RSS

03.L’assassin des petites filles (3e partie)

8 juillet 2011

Histoire

Histoires vraies
L’assassin des petites filles (3e partie)

Résumé de la 2e partie : Bien que tout l’accuse, Gustave Kobler continue à clamer son innocence et à réclamer son épouse…

Ses trois codétenus le maintiennent solidement écartelé sur son grabat, visages penchés sur lui, grimaçants, vociférants :
«Espèce de vieux salaud ! Tueur de petites filles ! Au lieu de pleurnicher, tu ferais mieux de nous raconter comment ça s’est passé ! Allez, bon sang ! Raconte ! Allez, parle !»
Ils le pincent, le giflent, lui tordent les bras :
«Allez ! Dis-nous ce que tu leur as fait, vieille ordure.»
Cela pendant des heures, jusqu’à ce que, lassées de torturer un vieillard qui ne leur répond pas, les trois fripouilles s’endorment.
Désormais, Gustave Kobler craint la vengeance de ses codétenus et n’ose se plaindre au gardien, ils vont le torturer ainsi deux nuits encore. Le jour c’est l’interrogatoire, la nuit c’est la torture.
Un matin, tout de même, Karl Heffiz Drews, un vieux flic moustachu chargé de l’enquête, confronté avec lui dans le bureau du juge, remarque qu’il a du mal à s’asseoir. Quelques instants plus tard, montrant une ecchymose sur sa joue, il demande :
«Qu’est-ce que vous avez là ?»
Le vieux avouant enfin la vérité, le juge lui fait attribuer une cellule où il sera désormais seul.
Quatrième jour : à tout bout de champ, Gustave Kobler demande :
«Où est ma femme ? Je veux voir ma femme !»
Il finit par s’étonner qu’à cette question, ni le juge, ni les policiers, ni les gardiens ne répondent jamais. Enfin, le neuvième jour, un geôlier ouvre la porte :
«Une visite : c’est ta femme.»
Il est déjà dans le parloir, le front appuyé contre le grillage, lorsqu’il voit entrer la lourde silhouette en manteau noir marchant à petits pas comme pour économiser ses forces. II remarque le souffle court, la voix étouffée, lorsqu’elle murmure, si près qu’il sent la chaleur de son haleine :
«Gustave, mon pauvre Gustave.»
Comme il est incapable de parler, c’est elle qui monologue :
«Je n’ai pas pu venir plus tôt parce que j’ai eu un malaise. Ne t’affole pas, un petit accident cardiaque de rien du tout. C’est fini. Un petit tour à l’hôpital et tu vois, je suis d’aplomb. Dès ma sortie, je ne suis pas restée les deux pieds dans le même sabot, tu penses bien. Hier, j’ai engagé un avocat. Et j’ai télégraphié à notre fils en Australie.
— Qu’est-ce que tu lui as dit ?
— Je ne lui ai pas donné de détails. Je lui ai simplement demandé de faire le voyage de toute urgence.
— Oui, tu as bien fait. Il vaut mieux qu’André soit là. Il pourra nous aider. Enfin, peut-être.
— Mais sûrement, Gustave. Sûrement… Beau-coup de gens sont comme moi, tu sais. Ils croient dur comme fer à ton innocence. D’ailleurs, l’avocat m’a dit que dans quelques jours tu seras relâché. Il faut que tu tiennes le coup, Gustave.
Mais toi ?
— Ne t’inquiète pas pour moi. Tout va bien.»
Bien sûr, elle ne dit pas la vérité. Elle ne dit pas qu’en rentrant chez elle elle s’effondrera en larmes. Elle ne parle pas des lettres anonymes qui s’accumulent dans la boîte aux lettres. Certaines regrettant que la peine de mort n’existe plus. D’autres affirmant que son mari, «l’infanticide», ne sera pas nourri grassement en prison aux frais de la princesse : «On le sortira du cabanon et il sera lynché.» D’autres, encore, injuriant la pauvre femme, la soupçonnant d’on ne sait quelle complaisance, sinon même de quelle complicité. (A suivre…)

Pierre Bellemare

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...