RSS

02.Il était gentil, papa (2e partie)

8 juillet 2011

Histoire

Histoires vraies
Il était gentil, papa (2e partie)

Résumé de la 1re partie : Mme Crombee à qui Carolyn a dit que son père a tué sa mère et sa grand’mère, avertit la police…

La police a cerné la maison. Les voisins aux fenêtres, les gens sur les trottoirs se rapportent l’événement : il y a, au troisième étage de cet immeuble d’un quartier de Londres, un assassin armé d’un fusil, qui vient d’abattre froidement sa femme et sa belle-mère. On le dit barricadé avec ses enfants, on le dit fou, sanguinaire on dit n’importe quoi car on ne sait pas.
A cette heure matinale, les voisins n’ont même pas prêté attention aux coups de feu. Ils n’ont pas vu les enfants s’enfuir, car ils étaient sous la douche ou plongés dans leur breakfast, à écouter les autres nouvelles à la radio, celles du monde, celles de l’Angleterre en pleine guerre des Malouines.
Les policiers cherchent à se renseigner sur l’homme, qui refuse d’ouvrir sa porte : Sam B., entrepreneur de peinture, trente-sept ans, encore marié il y a moins d’une heure avec Sarah, son épouse de vingt-huit ans, sans profession, et vivant avec sa belle-mère, Betty, cinquante ans, veuve, sans profession également.
Les voisins savent peu de chose sur cette famille sans histoires : Sam B. a toujours payé son loyer régulièrement, les commerçants le voyaient peu. Sarah, l’épouse, faisait les courses, toujours en compagnie de sa mère. Deux femmes bavardes, toujours bien coiffées et maquillées. «Le genre qui ne travaille pas», précise une commerçante.
Tout cela n’apporte rien sur le moment.
Carolyn et Franck, les deux enfants, ont bu leur chocolat chaud en silence, avec Mme Crombee. La peur physique est passée, mais l’angoisse les paralyse. Un policier interroge Carolyn, le plus doucement possible.
«Sais-tu pourquoi ton père a fait ça ?
— C’est maman qui l’a mis en colère. Elle arrête pas de le mettre en colère. Elle crie tout le temps.
— Carolyn, fais bien attention à ce que je te demande. Est-ce que ton père est violent ?
— Non, monsieur, il est gentil. Je vous jure. Il est gentil.
— Ecoute, il ne veut pas ouvrir la porte. Il ne veut pas qu’on entre, et il faut qu’on entre, tu comprends ? Il faut qu’on aille voir ce qu’il est arrivé à ta maman et à ta grand-mère, et puis qu’on les emmène à l’hôpital si elles sont blessées.
— Maman est morte, monsieur, j’ai bien vu, elle me répondait pas.
— Il faut que nous entrions, Carolyn, et si possible sans faire de mal à ton père ou qu’il nous tire dessus, tu comprends ?
— Je comprends, monsieur.
— Est-ce que tu crois qu’il t’écouterait si tu lui demandais de sortir ?
— Je veux pas retourner là-bas, monsieur, j’ai peur et mon petit frère aussi.
— Tu ne vas pas y retourner. Il y a le téléphone chez toi, tu vas lui parler au téléphone, tu veux bien ?
— Oui, monsieur.»
Le policier entraîne la petite fille dans un car de police, Franck toujours accroché à ses jupes, il ne veut pas la quitter. Installée sur une banquette, devant le radio-téléphone, Carolyn attend sagement au milieu des uniformes que la communication soit établie. Puis elle demande :
— Qu’est-ce que je lui dis à papa ?
— Qu’il laisse son fusil et qu’il descende dans la rue.
— Vous allez le mettre en prison ?
— Ça dépend. Pour l’instant il faut qu’il descende. Sans le fusil. Tu es prête ?
— Oui, monsieur.»
Un grésillement, une sonnerie qui résonne comme un écho dans le car de police, une sonnerie longue, longue. (A suivre…)

Pierre Bellemare

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...