RSS

Avis sur les réformes politiques à entreprendre Association Défense et Promotion des Droits des Femmes Par : Mme Atika Ouared

6 juillet 2011

Contributions

Avis sur les réformes politiques à entreprendre Association Défense et Promotion des Droits des Femmes Par : Mme Atika Ouared dans Contributions logo_imp
Edition du Mercredi 06 Juillet 2011

Contribution

Avis sur les réformes politiques à entreprendre

Association Défense et Promotion des Droits des Femmes


Par : Mme Atika Ouared

La contribution qui suit a été transmise à la commission Bensalah. Elle aborde plusieurs volets qui aboutissent à une même conclusion : le changement doit intervenir pacifiquement et l’alternance au pouvoir est un gage de la démocratie.


Nous sommes à la veille du 50e anniversaire de l’Indépendance de l’Algérie et nous continuons à tâtonner. Faut-il élargir les textes, entreprendre des réformes, cela paraît totalement dérisoire, d’autant plus que la loi fondamentale de notre pays, à savoir la Constitution et la législation du travail, qui sont des textes intéressants consacrant l’égalité entre les citoyennes et citoyens, n’a pas vu leur application dans leur intégralité au profit des Algériennes et Algériens (…). L’efficacité d’une loi réside dans son application.

1- Le code de la famille
Des textes anticonstitutionnels, tels que le code de la famille, ont vu le jour ; voilà une aberration, condamnant une grande partie de notre peuple à une minorité permanente. Est-ce le résultat qu’auraient souhaité Hassiba Ben Bouali, Malika Gaïd, Ourida Meddad, les sœurs Badji, Meriem Bouatoura, Fadéla Saâdane et bien d’autres martyrs ? (…)
(D’où la nécessité de) l’abrogation de ce texte et son remplacement par des lois civiles.
2- Violences à l’égard des femmes
Sociétale, parentale ou conjugale, cette violence constitue un fléau qui tend à prendre des proportions alarmantes. Des souffrances physiques, psychologiques et morales sont le lot dramatique de milliers de femmes, causant parfois leur mort. (…) L’État doit prendre des dispositions juridiques et veiller à leur application, afin de protéger celles qui en sont les victimes et délivrer notre pays de ce honteux fléau.

3- L’enfance
Étant femmes et mères ou appelées à l’être, nous ne pouvons ignorer l’avenir des enfants qui doivent recevoir une éducation, un enseignement adéquat, basé sur le savoir et les droits humains, seul moyen à même de former des êtres respectueux les uns envers les autres (garçons et filles) sans laisser planer des suspicions ou des exclusions. (Il faut donc) leur donner les moyens didactiques à même de leur permettre de rejeter la discrimination et les inégalités.

4- La jeunesse
À nos jeunes laissés-pour-compte, dans le désarroi, la mal-vie, l’abandon (…), l’État doit prendre toutes les mesures et dispositions qui s’imposent, et en priorité, afin de les soustraire à la violence, la criminalité, la drogue, la harga, l’immolation, source de mort et de désolation. En outre, doivent-ils être pénalisés par une loi qui les prive de leur liberté, lorsqu’ils sont sauvés de la mer ? Car ils ont tenté de fuir la misère, le manque de prise en charge par l’État, l’injustice, le mépris (…). Nos jeunes méritent mieux. Ne constituent-ils pas les véritables gestionnaires de l’Algérie de demain ? Une politique spécifique doit être arrêtée en urgence.
5- Le terrorisme intégriste
Des lois telles que celle de la réconciliation nationale méritent-elles de faire partie de notre arsenal juridique ? Une loi qui bafoue le courage et la mémoire des victimes du terrorisme intégriste, peut-elle effacer d’un coup d’éponge les fleuves de larmes et de sang ?
Dans ce cadre précis, les lois doivent être salvatrices, basées sur la justice, la morale à même de mener notre pays vers la construction d’une vraie paix (…). La loi doit être au-dessus de tous, respectée par toute personne vivant sur ce territoire.

6- État de droit
Peut-on parler d’un État de droit lorsque les droits fondamentaux des citoyens ne sont pas reconnus par les pouvoirs publics ? Et pourtant, notre pays a paraphé la Déclaration universelle des droits de l’Homme et d’autres pactes consacrant les droits fondamentaux des citoyens, liberté d’opinion, d’expression, de pensée, des droits syndicaux… À quoi sert l’adhésion de notre pays à ces textes s’ils ne sont pas appliqués ?

7- La société civile
La société civile constitue et demeure le contact direct avec les citoyens et citoyennes avec qui elle est en relation quotidienne, (des citoyens qui) ressentent leur malaise, leur difficulté, leur incapacité à les résoudre tous seuls. C’est aussi le lien entre les citoyens et les pouvoirs publics.
Si le rôle des ONG demeure méconnu et dérange certaines sphères du pouvoir, il n’en demeure pas moins qu’il constitue une volonté d’encadrer, d’aider les personnes en difficulté et une soupape de sécurité. L’État se doit de leur octroyer une aide et des subventions.

En conclusion
Nous vivons dans un environnement régional bouillonnant et il incombe au système
d’en tenir compte. Les interdictions d’expression des mouvements revendiquant leurs droits à l’expression de leurs opinions peuvent mener à des confrontations et à des explosions, et ce n’est pas ce que recherchent les Algériens.
Le changement doit intervenir pacifiquement et l’alternance au pouvoir est un gage de la démocratie.
Deux mandats pour la présidence de la République suffisent largement et permettent à un sang nouveau de faire sa preuve et de rendre compte aux électeurs.
A. O.

(*) Présidente de l’association Défense et promotion des droits des femmes

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...