RSS

67.Si l’Algérie m’était contée (67e partie) Par K. Noubi

6 juillet 2011

1.Extraits, K. Noubi

Une ville, une histoire
Si l’Algérie m’était contée (67e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 66e partie : Le prince parle à son père de Loundja qu’il veut épouser. Le roi lui dit alors qu’il s’agit de la fille de l’ogre et de l’ogresse…

Bien entendu, le roi refuse. Alors, le prince devient taciturne. Il garde sa chambre est refuse de manger. Alors, son père va le retrouver et lui dit.
— Je vais envoyer des soldats dans la forêt où vivent Loundja et ses parents et la faire enlever.
Le prince refuse aussitôt.
— Si tu la fais enlever, elle ne m’épousera jamais !
Le roi s’emporte.
— Tu ne voudrais pas que j’aille demander sa main à des ogres ?
— Non, mais moi, je peux la retrouver. je lui donnerai des preuves de mon amour, et elle ne refusera pas de m’épouser !
— Et si elle te mange ?
— Elle ne me mangera pas !
— Alors, je vais te donner des gardes !
— Non, j’irai seul !
— Tu cours des risques !
Le prince regarde son père.
— Père tu m’as élevé dans la solitude la plus complète ; aujourd’hui, je veux apporter la preuve que je suis un homme et que je peux affronter tous les dangers !
Le roi soupire.
— Je vois que je ne peux te retenir ! Va mon fils et que Dieu te guide
Le lendemain, le prince est emmené, par les gardes de son père jusqu’à la forêt où vivent les ogres.
— Maintenant, leur dit-il, partez !
Il marche longuement, parmi les arbres touffus ; mais il ne rencontre nulle âme qui vive, susceptible de l’aider.
«La nuit va tomber et je n’ai rencontré ni Loundja ni ses parents ! Peut-être que cette jeune fille que l’on dit si belle, n’est qu’une légende !»
Il s’assoit sur un rocher et se met à réfléchir. C’est alors que surgit un homme haut de taille et qui paraissait d’une grande force. Il ne savait pas que c’était un ogre.
Celui-ci lui dit :
— Que fais-tu là jeune homme ?
Le prince sursaute.
— Rien, je réfléchissais.
— Tu sembles triste, raconte-moi ce que tu as !
Le prince regarde l’homme. Il se dit qu’il est si puissant et semble si primitif qu’il croit comprendre que c’est un ogre. Il prend peur et n’ose pas lui dire ce qu’il cherche.
— Alors, dit l’ogre, tu ne veux pas me dire ce que tu as ?
Il roule des yeux et ses mains, velues, s’apprêtent à serrer son cou.
— Je cherche du travail, dit-il !
alors, la face de l’ogre s’éclaire d’un sourire.
— Moi, j’ai du travail à t’offrir ! (A suivre…)

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...