RSS

Rien que des chimères La nouvelle de Adila Katia

4 juillet 2011

1.Extraits

Rien que des chimères La nouvelle de Adila Katia dans 1.Extraits logo_imp267 dans 1.Extraits
Edition du Lundi 04 Juillet 2011

Des gens et des faits

Rien que des chimères

La nouvelle de Adila Katia


RÉSUMÉ : Tewfik en veut beaucoup à sa sœur. Il ne lui parle plus. Sorreya et Mehdi ne se voient plus. Ils attendent que les autres oublient. Leurs sentiments sont restés les mêmes. Mehdi fera tout pour la revoir…


-Sorreya ! C’est un amour qui ne te mènera nulle par sauf à ta perte… Regarde-toi ! depuis cette fameuse sortie, tu as maigri, tu es pâle. Cet amour va te tuer.
Sorreya serre la main de Lila comme pour lui demander de se taire. Cinq mois ont passé sans qu’ils aient eu l’occasion de se voir et cela a rongé Sorreya. En plus d’avoir changé de lycée, Mehdi a aussi déménagé dans un autre quartier. Comme il n’avait plus son portable, elle ne pouvait pas le contacter la nuit. Il l’appelait à son travail mais ils ne pouvaient pas discuter librement, comme ils le voulaient. Sorreya rêvait du jour où elle le retrouverait.
- Sorreya ! tu me fais de la peine. C’est un amour impossible. Tu ne veux pas te marier avec lui ! Tu ne veux pas qu’il divorce mais tu veux le fréquenter ! C’est toi qui rends la situation impossible à vivre.
- Je ne veux pas que sa famille souffre à cause de mon amour, murmure-t-elle.
- Tu as de la chance que tous ignorent cette relation. Tu n’aurais eu droit à aucun égard ! lui rappelle son amie. Tu connais notre société. On ne pardonne pas la femme quand elle réussit. Alors quand elle faute ! Toi, tu es sur un chemin interdit. Personne ne te le pardonnera. Tu devrais l’oublier Sorreya.
- Je n’y arriverai jamais. Je l’aime. Sans lui, la vie n’a aucun attrait. Il y a des moments où je me demande ce que je fais en ce bas monde.
- Alors pourquoi refuses-tu de te marier avec lui ? s’écrie son amie. Je ne te comprendrais jamais. C’est comme si tu trouvais du plaisir à torturer.
- Je t’en prie, changeons de sujet ! Tu es en train de remuer le couteau dans la plaie. La pause est finie Lila, tu devrais retourner à ton poste.
À cet instant, le téléphone sonne. Très lasse et encore toute retournée par les souvenirs qui secouent son cœur, elle ne décroche pas tout de suite. Mais elle est contrainte à le faire dès que son supérieur apparaît, attiré par la sonnerie. Sorreya s’efforce de sourire tout en décrochant.
- Allo, … Ah, c’est toi Tewfik. Oui. Un petit problème…
Comprenant que c’est familial, son supérieur sort en fermant la porte. Sorreya soupire de soulagement.
- Tu vas bien ? demande-t-elle, tout heureuse d’entendre la voix de Mehdi. Tu me surprends par cet appel. Tout à l’heure, tu ne m’as pas dis que tu rappellerai !
- Oui. mais j’ai eu du nouveau. Je ne pouvais pas attendre demain, répond-il. On pourra se voir si tu veux ?
- Bien sûr. Mais où ?
Mehdi lui explique où et comment le trouver le lendemain, dès midi.
Sorreya doute de sa chance. Il y a tellement longtemps qu’elle souhaite le revoir que s’il n’y avait pas eu ces notes sur le bout de papier qu’elle a sous la main, elle n’y aurait pas cru.
Les mois passés à attendre ce jour lui paraissent avoir été plus supportables que ces heures qui allaient la rapprocher de lui.
Toute la nuit, elle pense à lui. Elle craint ses retrouvailles. Il y a eu cette séparation puis tous ces problèmes, chacun de son côté. Sorreya craint que leur amour ne soit plus aussi fort, aussi intense. Certes, au téléphone, les choses lui semblent ne pas avoir changé. Il a beau lui dire qu’il l’aime toujours, elle n’est pas rassurée. Quelque chose en elle lui dit que tout ne sera pas comme avant, comme cette fameuse journée où l’amour avait tout transformé.
Ce jour-là, Sorreya quitte son travail bien avant midi. L’adresse en tête, elle n’a aucun problème pour localiser la rue puis repérer la cage d’escalier dont lui a parlé Mehdi. Elle monte au deuxième. Elle n’aura pas à frapper. Mehdi a eu le temps de la voir arriver, en surveillant depuis la fenêtre.
Sorreya est si surprise et si intimidée de se trouver dans un lieu fermé avec lui, qu’elle répond à son bonjour, dans un souffle, sans lui tendre la joue, sans pouvoir le regarder dans les yeux.
(À suivre)
A. K.
 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...