RSS

64.Si l’Algérie m’était contée (64e partie) Par K. Noubi

2 juillet 2011

1.Extraits, K. Noubi

Une ville, une histoire
Si l’Algérie m’était contée (64e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 63e partie : La reine meurt. Le roi, qui tient compte de la malédiction de la sorcière, protège son fils. L’enfant grandit, le roi veut le marier.

Settoute eut vent de l’affaire.
— Tiens, se dit-elle, l’enfant que j’ai maudit va se marier !
Le temps a passé mais elle a toujours de la rancune contre le roi qui ne l’avait pas invitée.
— Ainsi, se dit-elle, il n’a pas eu les malheurs que je lui ai prédits, mais il ne perd rien pour attendre et je prendrai ma revanche !
alors, elle se rapproche du palais et lie connaissance avec une servante qui va lui apporter toutes les informations sur le prince.
Le roi a organisé une réception où il fait défiler devant son fils les plus belles filles qui se sont présentées au palais.
— Mon fils, choisis celle qui te plaît !
Le prince répond :
— Toutes sont belles mon père !
— Alors, prends ton temps, réfléchis bien et dans trois jours tu me diras laquelle tu auras choisie et ainsi nous te marierons !
La servante rapporte aussitôt l’information à Settoute.
— On lui a montré les plus belles filles et son père lui a donné le temps de réfléchir !
La vieille sorcière réfléchit.
— Le moment est, peut-être, venu de me venger !
Elle dit à la servante.
— Quand tu lui apporteras son repas, pose-le devant lui, puis demande-lui s’il a effectué son choix. S’il te dit qu’il l’a fait, alors tu lui diras : «Mon prince cette jeune est très belle, tu ne peux trouver mieux dans ce pays !». Sa curiosité sera aussitôt attisée et il te demandera s’il existe d’autres filles encore plus belles, tu lui diras que tu vas te renseigner et que tu lui apporteras la réponse !
La servante est effrayée.
— Que pourrais-je lui dire après ?
— Je te dirai ce qu’il faudra faire !
— J’ai peur que le prince m’en veuille !
Settoute la regarde de travers et lui dit : «Veux-tu que je te change en crapaud ?»
La servante s’affole.
— Je ferai ce que tu diras !
Elle rentre au palais. Le prince, lui, est absorbé : il a vu tellement de belles filles que maintenant, il hésite. Mais il sait aussi qu’il doit effectuer un choix.
Le soir, quand la servante lui apporte son repas, il lui dit.
— Toi, tu as vu les jeunes filles que mon père m’a présentées ?
Elle répond, en tremblant :
— Oui, mon prince !
— Alors si je t’indique une jeune fille, tu pourras me dire si elle est belle ?
— Oui mon prince. Mais as-tu fait ton choix ?
— Oui, je l’ai fait ! (A suivre…)

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...