RSS

38.Les pendules (38e partie)

2 juillet 2011

1.Extraits

Suspense
Les pendules (38e partie)

Résumé de la 37e partie : L’inspecteur va tenter de glaner quelques informations auprès des enfants Ramsay…

Ravis, les garçons promirent le silence.
— Ramsay, dit Colin songeur, voyage à l’étranger. Part sans prévenir, semble-t-il, du jour au lendemain. Sa femme nous déclare qu’il est ingénieur des travaux publics, et ne paraît pas en savoir plus long sur lui…
— C’est une brave femme, dit Hardcastle.
Le genre de gibier que tu chasses ne s’encombrerait sûrement pas d’une femme et de deux gosses.
— On ne peut jurer de rien, fit Colin. Tu n’imagines pas jusqu’où vont les agents pour se camoufler.
— Le monde où tu vis est bien étrange, Colin. Nous ferions mieux d’aller chez les McNaughton.
Devant la grille du 63, l’inspecteur s’arrêta.
— Encore une maison qui touche au 19, fit-il. Comme celle des Bland.
— Quels renseignements as-tu sur ces gens ?
— Peu de choses. Ils n’habitent ici que depuis un an. Un vieux couple. Professeur à la retraite. Passionné de jardinage.
La porte leur fut ouverte par une jeune femme aux traits souriants, dans une blouse fleurie.
— Vous voulez ? fit-elle.
— La main-d’œuvre étrangère, souffla Hardcastle, et il lui tendit sa carte.
— Mon Dieu, fit Mrs McNaughton apparaissant dans le salon au bout de quelques minutes. Mon Dieu, monsieur l’inspecteur, mais nous ignorons tout de cette histoire. Pourquoi venir nous voir, nous ? C’est au sujet du meurtre, n’est-ce pas ?
Après le lui avoir confirmé, Hardcastle tendit une fois de plus la fatidique photo.
— Avez-vous jamais vu cet, homme, Mrs McNaughton ?
Elle le dévorait des yeux.
— Je crois que oui. J’en suis sûre. Mais où donc ? A moins que ce ne soit celui qui est venu me proposer d’acheter une nouvelle Encyclopédie ?
— Il ressemble à la photo ?
— Non, pas exactement, dit Mrs McNaughton. Parce que, à la réflexion, il était beaucoup plus jeune. Mais tout de même, je suis persuadée que je l’ai déjà vu.
— Hier, peut-être ?
Mrs McNaughton s’assombrit :
— Non, pas hier, fit-elle. Du moins (elle hésitait)… je ne pense pas. (Puis reprenant espoir.) Mon mari s’en souviendra peut-être. Il est au jardin.
Elle les y précéda et d’une voix haletante :
— Ces messieurs sont de la police, Angus, annonça-t-elle. Ils désirent te montrer une photo de la victime.
Après un bref coup d’œil
— Jamais vu ce type, dit McNaughton. D’ailleurs, je travaillais au jardin quand c’est arrivé.
— Vraiment ?
— Enfin, quand la fille a hurlé.
— Qu’avez-vous fait ?
— Oh ! fit Mr McNaughton un peu honteux, rien. D’ailleurs, j’ai cru que c’étaient ces sacrés garçons d’à côté. Ils font toujours un tel tapage, à pousser des cris, à brailler. (A suivre…)

D’après Agatha Christie

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...