RSS

01.Eveil printanier (1re partie)

2 juillet 2011

1.Contes

Au coin de la cheminée
Eveil printanier (1re partie)

Au commencement, était le froid, le froid sec, vif, piquant, pénétrant, impitoyable de février. Il gelait à pierre fendre et tous grelottaient, tremblotaient, frissonnaient en dépit des écharpes, des moufles, des bonnets. Certains plus frigorifiés encore que d’autres s’enrhumaient, souffraient de gerçures, de crevasses ou d’engelures. Des visages étaient plus pâles que des draps.


Ce jour-là, le maître qui surveillait la récréation avait les mains gourdes, les pieds insensibles, la chair de poule. Machinalement, il se mit à battre la semelle pour se réchauffer un peu. Plusieurs enfants l’observèrent, s’en amusèrent, puis se mirent à l’imiter. Ainsi naquit une sorte de ronde qui les combla de joie. Ils allaient de plus en plus vite, ils riaient de l’espèce de musique qu’ils créaient de la sorte. Les corps tout entiers participaient à la danse.
Jour après jour, ils ajoutèrent quelques mouvements des mains, des bras, des hanches, des épaules, de la tête. Ils mêlèrent à leur jeu jusqu’aux plus jeunes et aux plus âgés de l’école, jusqu’aux surveillants.
Clap, clap, clap, clap. «Allez. Venez. Dansez avec nous. Réchauffez-vous.» Clap, clap, clap, clap.
Certains eurent l’idée d’apporter de vieilles marmites et d’assortir la danse de judicieux tambourinages réalisés du plat de la main. Certains ajoutèrent des baguettes pour que le résultat de leurs frappes constitue une plus grande harmonie sonore.
Clap, clap, clap, clap. Aux heures de récréation, les sons se faisaient entendre jusqu’au-delà du bourg.
Puis ils résonnaient encore dans les têtes des heures durant. Un tel rythme mettait de bonne humeur, rendait nettement moins frileux, bravait la froidure, la bise glaciale, les frimas. De village avoisinant en village avoisinant, se propagea cette nouvelle occupation enfantine.
Clap, clap, clap, clap. Début mars arriva avec son soleil timide, ses fleurs sur le point d’éclore. Jaunes, bleues, blanches, les fleurettes montrèrent le bout du nez. Jacinthes, jonquilles, narcisses, crocus, primevères apparurent plus rapidement dans la région que partout ailleurs dans le pays. La lumière solaire y fut plus généreuse. Les premières hirondelles choisirent, elles aussi, de s’installer là. Chacun y alla de sa petite ou grande explication, selon son imagination, son intelligence des choses et sa sensibilité. (A suivre…)

Michelin Boland

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...