RSS

75.Si l’Algérie m’était contée (75e partie) Par K. Noubi

1 juillet 2011

1.Extraits, K. Noubi

Une ville, une histoire
Si l’Algérie m’était contée (75e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 74e partie : Aïcha Tabehloult, en s’habillant correctement, devient très belle. Elle fait l’admiration des hommes, notamment d’un jeune homme.

Et voilà que Aïcha, naguère indifférente aux garçons, qui tombe amoureuse. Elle ne cesse de jeter un regard attendri au jeune homme, de surcroît le plus beau du village ! Dans d’autres versions de la légende, on rapporte que Aïcha est devenue folle après avoir été abandonnée par l’homme qu’elle aimait. Il devait l’épouser mais un beau jour, il est parti et n’a plus donné de ses nouvelles. Elle l’a longtemps attendu, puis sa raison a chaviré et elle est devenue Aïcha Tabehloult, Aïcha la Folle. Mais revenons-en au fait. Le jeune homme qui s’était extasié devant Aïcha, est chambré par ses camarades.
— Alors, quand vas-tu te marier ?
Le jeune homme est surpris.
— Moi, me marier ?
— Oui, tout le monde en parle !
Le garçon secoue la tête.
— Je n’ai pas l’intention de me marier !
— Tout le monde sait que tu t’es épris de Aïcha !
Il proteste énergiquement.
— Ce n’est pas vrai !
— Si, tu vas épouser Aïcha Tabehloult !
Les enfants, qui avaient pris l’habitude de se moquer de Aïcha, se retourne contre lui.
— Voilà l’amoureux de Aïcha !
— A quand le mariage !
Aïcha, elle, est toute remuée. Elle croit vraiment que le garçon est amoureux d’elle et qu’il va demander sa main. Les femmes du village ne cessent de la taquiner.
— Alors, Aïcha, le garçon a-t-il demandé ta main ?
Elle secoue la tête.
— Non, pas encore !
— Qu’attend-il donc ?
La pauvre fille répond :
— Je ne sais pas !
— Est-il venu te voir ?
— Non, non !
— Peut-être devrais-tu aller le voir !
Elle ne comprend pas.
— Comment faire ?
— Va l’attendre, dès qu’il passe, tire le par le bras et dis-lui : «Qu’attends-tu pour venir demander ma main ?»
— Je peux le faire ?
— Bien sûr, il n’attend que ça !
Alors, elle va se poster dans la rue et fait ce qu’on lui a dit. Dans le village, c’est un immense éclat de rire. Le jeune homme, honteux, doit se cacher. Mais comme il ne peut faire cesser les moqueries, il préfère s’en aller… (A suivre …)

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...