RSS

27.Comme un parfum de trahison (27e partie) Par K. Yerbi

1 juillet 2011

1.Extraits

Ainsi va la vie
Comme un parfum de trahison (27e partie)
Par K. Yerbi

Résumé de la 26e partie : Après la rencontre – il est vrai un peu forcée avec son cousin – sa mère pense qu’elle est revenue à de meilleures intentions…

La quarantaine est totalement levée. On lui parle désormais et Baya autorise sa cadette, Souad, à retourner dans la chambre qu’elle partageait auparavant avec sa sœur. On ne lui parle pas de Rabah pendant quelques jours, puis, un soir, après le dîner, son père va la retrouver dans sa chambre.
— Ma fille, dit-il, ta tante et son mari nous pressent pour que nous fixions une date pour les fiançailles !
La jeune fille lève vers lui des yeux effrayés.
— Les fiançailles ?
— Je croyais que la question était tranchée…
Pour toute réponse, elle éclate en larmes.
— Voyons Nadjet !
— Papa, je ne veux pas…
— Je croyais que tu étais revenue à de meilleurs sentiments. Je croyais surtout que tu me respectais !
— Je te respecte papa !
— Pas en me faisant manquer à ma parole ! Pour qui vais-je passer auprès de ton cousin et de son père ? Pour un menteur ?
— Non !
— si ! dit Belkacem.
Il se lève, prêt à partir. Mais il ne part pas.
— Tu ne veux donc pas te montrer raisonnable ? ton cousin est-il horrible au point que tu refuses de l’épouser ?
— Non, dit-elle.
— Alors, quelle est la raison de ce refus obstiné ?
Va-t-elle lui donner les explications qu’il demande ?
Va-t-elle lui parler de l’homme qu’elle aime ? Non, elle n’a pas été habituée à faire ce genre de confidences à son père, même pas à sa mère.
— Nadjet, dit Belkacem, tu me déçois.
Cette fois-ci, il est prêt à partir mais Nadjet sait que si elle ne dit rien, il ne lui parlera plus, c’est la quarantaine qui reprendra. Elle tend la main vers lui.
— Papa…
Elle a une pensée pour Salim… Mais elle se dit qu’elle a trop résisté, qu’elle a trop souffert et qu’elle n’a plus de force pour continuer.
— Oui ? demande Belkacem.
— Je ferai ce que tu voudras !
— Je veux que tu épouses ton cousin !
— Je ferai ce que tu voudras, répète la jeune fille.
Elle ne peut dire plus. (A suivre…?)

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...