RSS

L’ALGERIE: DE L’INDEPENDANCE A LA RECONSTRUCTION ET LA MODERNISATION

29 juin 2011

Contributions

BACHIR a écrit:
L’ALGERIE:
DE L’INDEPENDANCE A LA RECONSTRUCTION ET LA MODERNISATION

L’Algérie s’apprête à fêter le 05 juillet date de son indépendance. En effet, au prix de plusieurs soulèvements et d’une guerre de sept années, le 05 juillet 1962 marque le recouvrement de l’indépendance après une colonisation qui a duré 132 ans. Tout au long de cette période coloniale, le peuple algérien n’a cessé de vivre soulèvement après soulèvement, depuis l’Emir Abdelkader, en passant par Bouamama , ou encore el Mokrani et jusqu’à la date du 01 novembre 1954, date de la révolution bénie.

Il convient, ici, d’exprimer une pensée particulière, d’abord à nos Martyrs qui ont donné leur vie pour que vive l’Algérie libre et indépendante d’une part, et à notre armée nationale qui a su mettre en échec toute les stratégies de guerre de l’occupant. Il convient également de saluer le rôle de l’armée dans la sauvegarde de l’unité nationale au moment de crises que l’Algérie a traversés et notamment cette maladie du siècle qui est celle de l’intégrisme et du terrorisme.

En effet grâce à la mobilisation de l’armée, des patriotes, des citoyens et des forces vives, la paix est revenue et l’Algérie a pu retrouver sa place dans le concert des nations, et, aujourd’hui, grâce à une politique de clairvoyance le pays a renoué avec la prospérité.

La jeunesse algérienne véritable richesse de notre pays constitue l’espoir et l’avenir de la patrie. Les cadres supérieurs, les intellectuels, les chercheurs et hommes d’affaires algériens qu’ils soient installés en Algérie ou à l’étranger sont appelés à travailler ensemble pour un avenir toujours meilleur, pour que l’histoire ne soient pas oubliée.

GLOIRE A NOS MARTYRS

Abdelkader.BACHIR

Site Web: abbach@hotmail.fr

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “L’ALGERIE: DE L’INDEPENDANCE A LA RECONSTRUCTION ET LA MODERNISATION”

  1. BACHIR Dit :

    Cinq juillet,
    Jour béni te voilà de retour ! Tu ne peux être que béni, et pour cause : Tu rappelles à plus d’un égard, au monde entier, l’histoire sacrée du pays qu’est le notre, et la bravoure de tout un peuple vaillant et combattant. Si le rouleau compresseur, dévastateur de la machine coloniale dotée de tous les moyens pour soumettre l’Algérie, effacer son identité, dresser ses habitants les uns contre les autres, a usé de toutes les stratégies, de tous les subterfuges, pour réaliser sa mission, la bravoure du peuple algérien en a décidé autrement : L’Indépendance au rendez-vous.
    La colonisation a spolié les terres, et à mis main basse sur les richesses de l’Algérie. Elle a commis les pires atrocités : Enfumades, extorsion de richesse, expropriation par la force, expulsion des villageois, instauration de la ségrégation, fermeture des écoles, utilisation de personnes comme chair à canons lors de la Première et Seconde guerres et en fin un million et un demi million de martyres. Devant cette situation chaotique les Algériens ne sont pas restés les bras croisés : ils ont résisté, combattu, sauvegardé, jusqu’au jour béni qui est venu annoncer la consécration et le recouvrement de l’indépendance totale. 05 juillet.
    Le présent article vise un acte de rappel et il n’a pas l’ambition de retracer l’histoire, ni de la réécrire. Il vise le rappel pour ne pas laisser place à l’oubli.
    Au lendemain de l’indépendance la situation est catastrophique. Le pays est en ruine, les caisses vides, l’infrastructure ébranlée. Pourtant, la ténacité du peuple algérien a encore une fois fonctionné pour redresser le pays, construire ce qui a été détruit et rejoindre le concert des nations libres. En quelques années seulement, l’Algérie, Mecque des révolutionnaires, a pu devenir un modèle de progrès et de stabilité. Plus de khammass, ni de soumission. Une autre révolution est mise en route : formation, enseignement, industrialisation, construction, etc.
    Malheureusement, l’Algérie a dû faire face, encore une fois, à une situation difficile, celle de la décennie noire. Période qui nous a couté chère en vies humaines et en matériel, sans oublier l’impact sur le plan moral et psychologique. En effet, plusieurs intellectuels ont été assassinés, plusieurs agents de l’ordre ont payé de leurs vies, plusieurs infrastructures ont été incendiées et détruites, plusieurs villages et douars vidés de leurs habitants et plusieurs personnes ont pris le chemin de l’exil. Durant cette période, au moment où des pays, parfois frères, voyaient en Algérie un laboratoire en guise d’expérience et d’essai, d’autre se précipitaient pour instaurer un embargo. Toutefois, l’armée algérienne a su défendre le territoire algérien tout en restant républicaine. Pas une seule fois l’amalgame a été fait entre Islam et intégrisme. Grace à cette clairvoyance, grâce au caractère républicain, le pays a pu s’en sortir.
    Aujourd’hui, dans un contexte international, on ne peut plus morose, entre crise économique et conflits, l’Algérie fière de son passé, continue a faire des jaloux qui cherchent par tous les moyens, à l’entrainer dans une situation qui ne sied point à sa vision des choses. L’Algérie ne se mêle pas des affaires des autres.
    L’Algérien ne doit pas oublier ce passé glorieux. Il doit être fier du 05 juillet. La colonisation a cherché des alliés parmi la population algérienne. Seuls les vrais chouhadas méritent le statut de Martyrs. Seuls les vrais combattants ont droit à la fiche communale. L’administration coloniale a, pendant 132 ans, essayé d’opposer le berbère à l’arabe. Aujourd’hui, la main dans la main on doit continuer à honorer la mémoire de ceux qui ne sont pas tombés dans ce piège. Nous devons continuer à brandir notre fraternité, notre union, notre algérianité. Hier la colonisation a voulu séparer le nord du sud algériens et nos aïeux ont refusé, ont résisté et n’ont voulu que d’une indépendance et l’intégrité totale du pays du nord au sud et d’Est en Ouest. Aujourd’hui pas de place au régionalisme. Telle devrait être notre devise. La colonisation a enrichi, hier, les Caïds et a corrompu certains fonctionnaires. Aujourd’hui, on ne doit pas laisser place à la corruption, au détournement et à l’usurpation. Honorons le sang de nos martyres qui ont donné de leurs vies pour que vive l’Algérie.
    Dans un monde de manipulation médiatique et d’instrumentalisation, restons vigilants. Pourquoi avoir annoncé le Président mort ? Pourquoi certains cherchent à entrainer l’armée populaire et républicaine sur un terrain qui n’est pas le sien. Pourquoi certain l’ont clairement appelé à intervenir ? A-t-on oublié le passé ? Notre armée a répondu, cependant, sagement.
    Pourquoi certains partis politiques appellent à destituer un président élu ? Où v-t-on ? Le régime en Algérie, contrairement à d’autres pays, n’est pas bâti sur la personnalité d’un homme. Les instances sont républicaines et solides. Le Président a le droit de se soigner, de se reposer et de prendre, ensuite, la décision qui lui paraitra la meilleure pour la patrie.
    L’Algérie, plus que jamais, a besoin de mobilisation autour des principes et idéaux du 01 er novembre et du 05 juillet. La mondialisation d’une part et la crise économique d’autre part, ne sont qu’une nouvelle façon de coloniser les pays détenteurs de richesses. Créer des troubles est la nouvelle arme des prédateurs. Ces troubles, que certains appellent, intentionnellement, printemps, ont fini par ébranler des pays millénaires sombrant ainsi dans des conflits ethniques.
    Le cinq juillet nous rappelle notre passé glorieux, nous renseigne sur notre histoire et nous arme pour l’avenir.
    Abdelkader BACHIR

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...