RSS

La fin pitoyable de nos dictateurs Par : Mustapha Hammouche

29 juin 2011

Contributions

La fin pitoyable de nos dictateurs Par : Mustapha Hammouche dans Contributions logo_imp
Edition du Mercredi 29 Juin 2011

Chronique

La fin pitoyable de nos dictateurs

 


Par : Mustapha Hammouche

C’est le second chef d’État arabe sous mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale. Omar Al-Béchir, qui a réalisé l’œuvre de mener son pays à la partition, et Kadhafi qui fait courir le même risque au sien.

Deux autres chefs d’État, Ben Ali et Moubarak, sont en attente d’être déférés devant la justice de leur propre pays. Un cinquième, Saleh, est hospitalisé dans un état dont on ignore la gravité et qui rend son destin encore plus hypothétique.
Ces despotes, et les autres dans le monde arabe, ont en commun d’avoir tenu en laisse des nations entières, d’avoir durablement sévi par la force contre leurs concitoyens, puis de les avoir réprimés et d’en avoir assassiné bon nombre quand ceux-ci en sont venus à demander la fin de leur emprise. Ils partagent une tradition putschiste, une conviction et une pratique de la prééminence de la force sur le droit et une tendance à l’appropriation dynastique du pouvoir politique. En somme, une culture qui leur interdit d’accéder à la notion même de démocratie.
La tragédie palestinienne a longtemps servi à ces dictatures de bouclier contre le désaveu international. En prolongeant le statut de la cause palestinienne, arabe ou islamique, elles partageaient avec le peuple palestinien son statut de victime : elles pouvaient tranquillement sévir en famille sans risque d’endurer les réprobations de la communauté internationale. Elles seraient automatiquement repoussées comme une atteinte à la souveraineté arabe déjà gravement offensée en Palestine. La fonction de pourvoyeurs en pétrole ajoutait à cette sécurité politique : nos maîtres locaux s’octroient en contrepartie de cette utilité stratégique le privilège de maltraiter leurs sujets, en toute… souveraineté, dans des espaces confinés. Leurs méfaits y échappent même au regard de l’opinion mondiale. D’où leur haine de la communication et de tout ce qui rend possible le voyage transfrontalier de l’information.
Trois soudaines évolutions ont remis en cause ce statu quo. En premier, l’explosion de l’efficacité communicationnelle des réseaux sociaux et du téléphone portable, déjà révélée par les émeutes d’Iran.
Ensuite, la résistance du peuple tunisien et sa persévérance obstinée à conduire sa révolution jusqu’à l’élimination du clan Ben Ali-Trabelsi, malgré l’indifférence générale du début du mouvement : n’oublions pas que l’ex-ministre française des Affaires étrangères a commencé par proposer le “savoir-faire” de sa police.
Enfin, le discours du 19 mai de Barack Obama, se plaçant franchement du côté du mouvement pour le changement dans les pays arabes et saluant le sacrifice du jeune Bouazizi. L’Amérique venait de montrer son camp à la communauté internationale. Désormais, là où le peuple se soulève, le dictateur, tenté par la répression, n’est plus assuré de la complaisance internationale.
Mais ces évolutions et leurs implications sont inaccessibles à l’entendement de nos dictateurs parce que la nécessité démocratique leur est culturellement inconcevable. Comme certains gastéropodes, ils ne peuvent se détacher de leur point d’attache que par la force. Observons comment ils finissent tous par sortir par la plus petite porte possible. Ils se ferment ainsi, par le crime, toutes les issues. Sauf celle de la chute finale.

M. H.
musthammouche@yahoo.fr         

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...