RSS

34.Comme un parfum de trahison (34e partie) Par K. Yerbi

29 juin 2011

1.Extraits

Ainsi va la vie
Comme un parfum de trahison (34e partie)
Par K. Yerbi

Résumé de la 33e partie : Nadjet sort de l’université où elle suit des cours de magistère quand elle est abordée par Salim. Il ignore qu’elle s’est mariée…

Elle a dû l’accompagner au salon de thé où ils avaient l’habitude de se rendre autrefois. Et là, il lui a raconté toutes les souffrances qu’il a endurées. Puis, à la fin, il a dit.
— Tout cela c’est du passé, il ne faut plus penser qu’à l’avenir maintenant ! Et l’avenir, c’est nous deux !
Elle a baissé les yeux et s’est mise à pleurer. Salim, qui a pris ces larmes pour des larmes de bonheur, lui a pris la main et l’a serrée fortement.
Quand elle s’est levée, il a voulu la retenir.
— Mes parents, dit-elle.
Il s’est aussitôt renfrogné.
— Ils te surveillent toujours aussi étroitement ? Il faudra que nous officialisions notre liaison, ainsi nous pourrons sortir librement !
Il a tenu à l’accompagner, ce qui l’a forcée à se rendre… chez ses parents !
C’est sa mère qui lui ouvre. Elle est surprise de la voir, et dans un état de grande excitation.
— Ah, maman, maman ! Il est revenu !
Baya ne comprend pas.
— Voyons, de qui parles-tu ?
— De Salim, maman ! Il est sorti de prison, il est venu me retrouver à l’université !
— Quoi !
Nadjet éclate en larmes.
— Il ignore que je me suis mariée, maman ! Il croit que je vais l’épouser !
La brave femme secoue la tête, incrédule.
— Ce n’est pas croyable !
— Il m’a reproché de ne pas avoir gardé le contact avec lui…
— Tu aurais dû lui dire la vérité.
— J’avais peur maman !
— Tu as raison d’avoir peur de lui. C’est à ton père et à ton frère de lui parler, et s’il ne veut pas entendre raison, il aura affaire à la police… Mais il faudra agir discrètement pour que ton mari et ta belle-famille ne soient au courant de rien !
— Il va certainement revenir à l’université… Rabah, qui m’accompagne, risque de le voir !
— Alors tu n’iras pas à l’université, jusqu’à ce que cette affaire soit réglée !
Nadjet frémit.
— J’ai peur, maman !
Sa mère la rassure.
— Ne t’inquiète pas, tout va être réglé… N’oublie pas que ce garçon a fait de la prison, il aura peur d’y retourner…
Elle secoue de nouveau la tête. Sa mère continue.
— Et puis, quand il saura que tu es mariée, il ne tournera plus autour de toi ! Et tu en seras débarrassée… Pour toujours ! (A suivre…)

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...