RSS

05.Dieu, ma patrie et mon droit (5e partie)

29 juin 2011

Histoire

Histoires vraies
Dieu, ma patrie et mon droit (5e partie)

Résumé de la 4e partie : Malgré les demandes de Dennis, sa mère refuse d’envoyer Molly – sa petite-fille – chez Béatrice, sa maman…

«Je n’y crois pas… dit-elle.


— Comment, vous n’y croyez pas ?
— Non. Mon fils ne peut pas avoir écrit en toute liberté une lettre pareille !»
Et avec un bon sens qui rejoint la folie tout comme la loi souvent dépasse l’absurde, elle explique :
«Si mon fils n’était pas en prison, il n’aurait pas écrit cette lettre. Il a écrit cette lettre parce qu’il est en prison. Il l’a écrite pour être libre donc s’il me demande d’envoyer sa fille en Angleterre c’est sous la contrainte. Et vous appelez ça de la justice ? Je refuse ! Si mon fils revient en Irlande, si je le vois ici, dans cette maison, libre d’agir comme bon lui semble, alors il fera ce qu’il voudra. S’il décide d’emmener la petite en Angleterre, il l’emmènera.
En attendant je refuse. Il pourrait m’écrire cinquante lettres depuis sa prison que ce serait inutile.»
En Angleterre, l’avocat rondouillard et zozotant se sent peut-être dépassé par les conséquences du coup joliment tordu qu’il a si bien mis au point.
Accompagné de sa cliente, il va trouver la justice anglaise, faisant valoir que l’important pour Beatrice c’est de récupérer son enfant. Or son enfant ne peut lui être rendue que si son ex-mari va la chercher lui-même en Irlande. Ne pourrait-on envisager de le libérer ? Provisoirement, en quelque sorte. Après quoi, comme il aurait rendu l’enfant, il ne serait plus coupable devant la justice de ce pays qui pourrait alors le libérer définitivement.
«Refusé ! Dennis Corcocan est coupable. Un coupable doit purger sa peine. Il ne sera pas libéré.
— Mais…
— Il n’y a pas de mais… La justice c’est la justice. Trouvez une autre solution.»
Les mois passent. Le sort du placide Dennis Corcocan est positivement tragique.
En Irlande, dans une maison primitive du pauvre petit village de Bishopswood, au cœur du comté de Tipperary, la mère de Dennis Corcocan pleure silencieusement à longueur de journée depuis qu’elle sait que la justice anglaise a refusé de rendre provisoirement la liberté à son fils. Il suffirait d’un geste à Mary Corcocan pour que son fils sorte de prison. Ce geste que son fils, paraît-il, attend, comme il le lui a écrit dix fois. Mais dix fois elle a refusé de le croire, persuadée qu’il écrit sous la contrainte. C’est du moins ce qu’elle prétend.
En attendant, elle garde près d’elle la petite Molly qui a maintenant six ans et écrit presque chaque dimanche à son père :
«Papa, pourquoi ne reviens-tu pas à la maison ?»
La lettre est adressée «Prison de Winchester-Cellule 121.»
«Je suis sûre que Dieu est avec moi, dit la vieille catholique fanatique. Et puis après tout la justice m’a donné raison.»
A Southampton, Beatrice s’attendrit sur le sort de celui qui fut son mari, gémit sur l’argent qu’elle dépense à traîner dans les cours de justice, pleure sur sa propre solitude, mais conclut avec rage :
«Je continuerai à m’opposer à ce que notre petite fille reste avec sa grand-mère, même si je dois mourir de dénuement et si Dennis doit finir son existence entre les quatre murs d’une cellule. Après tout, j’ai la justice pour moi.» (A suivre…)

Pierre Bellemare

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...