RSS

25 juin 2011

1.LECTURE

«A fleur de silence» et «Apprendre à vivre ensemble»
Des textes et des images contre l’oubli

Publication : Ces deux ouvrages sont parus chez Barzakh à la mémoire des victimes du terrorisme pour dire le traumatisme et ses séquelles chez ces nombreux Algériens ayant vécu l’innommable et qui restent depuis murés dans le silence.


Conçus à la demande du Cisp (Comitato Internazionale per lo Sviloppo dei Popoli- Comité international pour le développement des peuples), une Ong italienne installée en Algérie depuis 1999, les deux publications A fleur de silence et Apprendre à vivre ensemble se veulent un hommage aux personnes disparues, assassinées par les terroristes et s’inscrivent dans un «processus de mémoire afin de prévenir contre le danger de l’amnésie». Comment guérir des blessures causées par la violence terroriste ? Comment rétablir la cohésion au sein d’une société meurtrie ? Comment se reconstruire, «se réconcilier» et pouvoir enfin dépasser ses traumatismes, après de telles épreuves ? Les deux livres tentent d’apporter des réponses à tous ces questionnements, à travers des photographies, des témoignages et des analyses sur l’«après-terrorisme».
Alger, Blida, Boumerdès et d’autres régions de la Mitidja où des massacres collectifs, des assassinats ciblés et des attentats à la bombe ont été perpétrés contre des civils sont les principales régions re(visitées) à l’occasion de l’élaboration de ces ouvrages, conçus pour «laisser une trace par l’image, le témoignage et rendre compte d’événements terribles, censés pourtant échapper à tout récit, à toute narration», selon l’ONG italienne. A fleur de silence, un recueil de photographies réalisées par Anaïs Pachabézian, photographe indépendante qui vit et travaille à Paris, montre des personnes qui ont vécu d’une manière intime la tragédie-drame, en fixant l’objectif sur les conditions de vie très modestes, voire précaires, des rescapés de la terreur. Les personnes photographiées dans cet ouvrage préfacé par l’écrivaine Maïssa Bey affichent toutes une mine mélancolique : des visages prématurément ridés par la terreur, des regards évasifs et irrémédiablement tristes. Elles relatent brièvement leur malheur. L’indicible. «C’était en 1996. Ils ont égorgé mon neveu et mon frère. Nous habitions dans la montagne, près de Si Mustapha» (Ahmed, Boumerdès). «Mon mari a été assassiné le jour du mariage de ma fille. Il allait chez le voisin et une bombe a explosé» (Bakhta, Blida). «Le 23 janvier 2003, à 17h, ils ont abattu mon mari pendant qu’il garait la voiture» (Mme Hirèche, épouse d’un patriote à Boumerdès), sont les quelques extraits de témoignages, parmi tant d’autres, qui accompagnent les photographies. Le second livre Apprendre à vivre ensemble, réalisé sous la direction de Ghania Mouffok, journaliste, présente les processus de réconciliation mis en œuvre dans des pays d’Afrique (Afrique du Sud, Rwanda…), pour garantir le «vivre ensemble» après des années de «violences internes». Cet ouvrage se termine par un entretien avec Cherifa Kheddar, présidente de Djazaïrouna, une association de soutien aux familles victimes du terrorisme dans la Mitidja, et par un portrait à Nacer Meghmine, fondateur de l’association culturelle «SOS-Culture Bab El Oued» en 1995, au cœur de ce quartier populaire d’Alger, devenu dans ces années, l’un des fiefs de l’intégrisme et de la subversion.
R. C. / APS

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...