RSS

04.La soif des richesses (4e partie) Par K. Noubi

25 juin 2011

1.Extraits, K. Noubi

Ainsi va la vie
La soif des richesses (4e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 3e partie : Manal est issue d’une famille modeste qui a juste donné le nécessaire à leurs enfants. Mais ses parents se sont fait un point d’honneur de les avoir instruits.

Bien que jouissant d’une grande liberté, Omar a élevé ses filles dans le respect des traditions et leur a enseigné que la chose la plus précieuse pour une jeune fille, c’est son honneur.
«Ne l’oubliez jamais !» répète-t-il.
Quant à la mère, elle enseigne cette règle :
«Plutôt mourir que de se laisser séduire !»
Omar a un peu tiqué quand il a appris que sa fille aînée, Djamila, sortait avec un garçon. Et il n’a été tranquille que lorsque le garçon a demandé sa main. On a récité la Fatiha, façon de lier la fille à l’homme, et on l’a laissé sortir avec elle. Bien entendu, pas question de monter dans sa voiture, d’aller loin avec lui, de fréquenter des salons de thé et des restaurants où des parents et des relations pourraient la voir.
La fille va, bien sûr, au restaurant avec son fiancé et elle monte souvent dans sa voiture, mais en prenant soin que son père ne la voie pas. Sa mère qui est au courant, ne cesse de la pousser à la prudence.
— Fais gaffe à toi ! Ton père pourrait te surprendre !
Mais il n’y a pas que son père : elle doit aussi se méfier de son fiancé.
— Il ne faut faire confiance à personne !
La jeune femme proteste.
— c’est mon fiancé, maman !
— il pourrait te séduire, puis t’abandonner !
Elle proteste encore.
— il ne fera pas cela !
— des hommes l’ont déjà fait !
Et elle finit toujours ses recommandations :
— les hommes ne cherchent qu’à profiter des femmes, cela, ma chère, il ne faut jamais l’oublier, même s’il s’agit de ton fiancé !
Manal, témoin de ces recommandations, hausse les épaules.
— voilà des idées d’un autre temps ! dit-elle.
Sa mère s’emporte.
— Toi, tu n’as pas l’intention de respecter les traditions familiales !
— Tout dépend de ce que tu appelles les traditions familiales !
Alors la mère fait sa leçon habituelle :
— C’est l’honneur, l’honneur, l’honneur ! Un mariage propre, sain, pur, dans les règles, que ta famille agréera …
— et l’amour dans tout cela ?
La mère éclate de rire.
— l’amour ? qu’est-ce que cette invention ?
Et si Manal s’avise à dire qu’elle épousera l’homme qui lui donnera une vie de luxe, sa mère la gronde.
— Ne pense donc pas à l’argent et à la vie de luxe, l’important est que tu rencontres un homme honnête avec qui tu t’entendras ! (A suivre….)

K.N

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...