RSS

03.Le cabecilla

22 juin 2011

1.Contes

Au coin de la cheminée
Le cabecilla

Résumé de la 2e partie : Le cabecilla gracie tous les prisonniers. Seul un d’entre eux, le plus jeune, s’approche du prêtre». Qu’a-t-il à lui demander ?


Rien… J’attends que vous décidiez de mon sort.
— Mais ton sort sera celui des autres. Je n’ai nommé personne. La grâce était pour tous.
— Les autres sont des traîtres et des lâches…. Moi seul je n’ai pas crié.
Le cabecilla tressaillit et le regarda bien en face :
— Comment t’appelles-tu ?
— Tonio Vidal.
— D’où es-tu ?
— De Puycerda.
— Quel âge ?
— Dix-sept ans.
— La République n’a donc plus d’hommes, qu’elle est réduite à enrôler des enfants ?
— On ne m’a pas enrôlé, padre… Je suis volontaire.
— Tu sais, drôle, que j’ai plus d’un moyen pour te faire crier : «Vive le roi !»
L’enfant eut un geste superbe : Je vous mets au défi !
— Tu aimes donc mieux
mourir ?
— Cent fois !
— C’est bien… tu mourras.
Alors le curé fit un signe, et le peloton d’exécution vint se ranger autour du condamné, qui ne sourcilla pas. Devant ce beau courage, le chef eut un mouvement de
pitié : «Tu n’as rien à me demander avant ?… Veux-tu manger ! Veux-tu
boire ?
— Non ! répondit
l’enfant ; mais je suis bon catholique, et je ne voudrais pas arriver devant Dieu sans confession.
Le cabecilla avait encore son surplis et son étole : «Agenouille-toi, dit-il en s’asseyant sur une roche, et, les soldats s’étant écartés, le condamné commença à voix
basse : «Bénissez-moi, mon père, parce que j’ai péché….»
Mais voici qu’au milieu de la confession, une fusillade terrible éclate à l’entrée du défilé.
— Aux armes ! crient les sentinelles. Le cabecilla bondit, donne des ordres, distribue les postes, éparpille ses soldats. Lui-même a sauté sur une espingole (fusil court à canon évasé) sans prendre le temps d’ôter son surplis, lorsqu’en se retournant il aperçoit l’enfant toujours à genoux.
— Qu’est-ce que tu fais là, toi ?
— J’attends l’absolution.
— C’est vrai, dit le prêtre…. Je t’avais oublié.
Gravement, il lève la main, bénit cette jeune tête inclinée ; puis, avant de partir, cherchant des yeux autour de lui le peloton d’exécution dispersé dans le désordre de l’attaque, il s’écarte d’un pas, met son pénitent en joue, et le foudroie à bout portant.
Alphonse Daudet

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...