RSS

20 juin 2011

Nora Aceval

 dans Nora Aceval constlogo

 

Arts et Culture Edition du 20/2/2007

C’était le garant de la mémoire collective
Il était une fois le meddah

Oralité :C’est de bouche à oreille, et au fil des siècles, que le legs ancestral s’est transmis de génération en génération.

Longtemps, la mémoire, l’histoire et l’identité algériennes se sont construites sur l’oralité ; c’est de bouche à oreille, au fil des siècles, et sous forme de contes, de légendes, de proverbes, de chansons, de poésies…, que tout le legs ancestral s’est transmis de génération en génération, assurant ainsi la continuité de la société et l’affirmant comme telle, avec ses images, ses valeurs et sa sensibilité, et constituant, du coup, le maillon de ce qui est appelé le socioculturel (d’un pays).
Mais toute cette oralité, dense et variée, réservoir de l’authenticité, est vouée à sombrer dans l’oubli. Le passage de la société d’un mode de fonctionnement social et culturel traditionnel à des pratiques modernes, notamment soutenues, relayées par les nouvelles technologies, fait que cette oralité se perd.
L’oralité se perd lorsque son garant ne joue plus le rôle de transmetteur, lorsqu’il n’a plus de place comme tel dans la société, lorsqu’il est remplacé par des artifices (modernes) de la communication. La radio, la télévision et, plus tard, lnternet ont, progressivement, apporté un coup imparable à l’oralité.
Autrefois, l’oralité était exercée dans l’espace et assurée dans le temps par nombre d’acteurs. Il y avait parmi eux le meddah, ou le goual, à la fois poète et conteur, sillonnant les places publiques, comme les marchés, et allant d’un village à l’autre, d’une ville à l’autre, disant sa poésie, narrant des récits en échange de quelques pièces pour subvenir à ses besoins quotidiens.
Cet orateur racontait dans sa poésie ou disait dans ses contes, épopées et faits avérés, et tout ce qui a trait à une société comme habitudes, images, croyances, valeurs, matière et sensibilité.
Les gens l’écoutaient et retenaient ce qu’il disait et à leur tour, le communiquaient à leur entourage qui faisait pareil. C’était ainsi que la culture populaire se transmettait au fil du temps, de génération en génération.
Mais ce meddah a disparu des sociétés modernes. Il n’en reste (certainement) que très peu, çà et là, dans les régions reculées, où les effets du progrès n’ont pas encore agi sur des sociétés restées traditionnelles. La disparition du meddah s’avère une grande perte, une perte irréversible de l’héritage culturel populaire, d’où l’urgence d’entamer un travail de collecte, de transcription afin d’archiver cette littérature, voire cette histoire avant qu’elle ne disparaisse à jamais. Une amorce de ce travail a été déjà faite par quelques initiatives individuelles (Kaddour M’hamsadji, Hadj Slima, Mohamed Belhalfaoui, Nora Aceval…), mais l’essentiel reste à faire.

Y. I.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...