RSS

11.Rien que des chimères/ La nouvelle de Adila Katia

19 juin 2011

Contributions

11.Rien que des chimères/  La nouvelle de Adila Katia  dans Contributions logo_imp106 dans Contributions
Edition du Dimanche 19 Juin 2011

Des gens et des faits

Rien que des chimères 

La nouvelle de Adila Katia

Résumé : Sorreya est sous le charme de Mehdi. Elle lui remet son numéro du bureau. Elle a envie de faire un bout de chemin avec lui. Même si c’est mal vu puisqu’il a déjà sa petite famille…

11eme partie

Quand le téléphone sonne, Sorreya ne décroche pas tout de suite. Elle se donne le temps de prier pour que ce soit Mehdi.
Il est plus de dix heures et elle a déjà reçu cinq appels mais c’étaient des amis qui tenaient à lui apprendre qu’ils passeraient chez elle pour voir la petite. À chaque appel, elle perdait un peu d’espoir. Elle souhaite tellement entendre Mehdi.


- Décroche Sorreya ! J’ai cru que tu n’étais pas dans le bureau, s’excuse une collègue qui venait d’entrer en entendant le téléphone sonner plusieurs fois.
- Je terminais mes calculs.
Sorreya décroche tout en regardant sa collègue, comme pour lui demander de sortir. Tout de suite, la voix de Mehdi retentit, demandant s’il s’agissait de la banque X et s’il pouvait parler à Sorreya O .
- C’est bien moi !
- Bonjour, c’est moi, Mehdi, dit-il. Je voulais prendre de tes nouvelles et puis comment vont Nora et Yasmine ?
- Bien et vous ? Avez-vous pu dormir après ce départ voulu par le père de Nora ? demande Sorreya.
- Ce qui m’a empêché de dormir, n’est pas ce départ imposé mais ton image, lui confie-t-il. Tu es si belle. Ta mère aurait dû t’appeler Zina !
- Sorreya aussi est un beau prénom, répond-elle. Tu es au travail ?
- Oui, je voulais t’inviter à déjeuner
- Hélas, je ne peux pas !
- Pourquoi ? Tu ne veux pas me revoir ? demande-t-il.
- Non, ce n’est pas ça, je dois rentrer m’occuper de Nora et de Yasmine, répond-elle.
- Tu ne peux pas te libérer une heure plus tôt ? Il faut que je te voie, je tomberais malade sinon ! Sorreya, essaie de quitter plus tôt ! la prie-t-il. Je ne peux pas attendre demain ou un autre jour !
- Mais où allons-nous nous voir ? s’inquiète-t-elle.
- Je vais récupérer ma voiture du garage tout à l’heure. Si tu es d’accord, on ira faire une petite balade !
- Pour ce qui est du déjeuner, ce sera pour une autre fois, mais j’accepte de me balader, lui apprend-elle. Si tu peux passer à quinze heures, tu me trouveras aux arrêts de taxi de la place Audin.
- J’y serais.
- À tout à l’heure !
Sorreya fait distraitement son travail et tous attribuent le bonheur qui fait rayonner son visage à la naissance de Yasmine. Sorreya ne les détrompe pas. Mais s’ils savaient, il est sûr qu’ils passeraient tout leur temps à jaser sur son compte. Sorreya sait que cela arrivera un jour mais elle ne veut pas que ce soit pour tout de suite. Car se serait alors la fin. Et elle a déjà mal en songeant qu’il y aurait un jour, une fin.
À midi, elle appelle la maison et prend des nouvelles de Nora et de Yasmine. Toutes deux dorment. El-Hadja lui apprend que des voisines leur ont rendu visite, qu’elles étaient déçues de ne pas la trouver. Sorreya aurait pu rentrer le temps de la pause du déjeuner mais pour pouvoir sortir avec Mehdi, elle avait accepté d’aider un collègue pour être libérée un peu plus tôt.
Les deux heures qui la séparent de sa sortie lui paraissent être plus longues que d’habitude, c’est comme si le temps a voulu lui prouver qu’il n’appréciait pas cette idée de sortie avec un homme marié. Mais Sorreya n’arrive pas à écouter la voix de la raison qui lui ordonne de ne pas y aller et de ne pas s’accrocher à une illusion de bonheur. Cet homme n’est pas à elle. Il peut l’être quelque temps mais un jour ou l’autre, il repartira vers sa femme qui lui avait donné deux enfants. Que peut-elle espérer de lui ? Rien…

(À suivre)
A. K.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...