RSS

“Athmane Bali a laissé 266 textes non composés” LE CHANTEUR NABIL BALI À LIBERTÉ Par : Sara Kharfi

18 juin 2011

Non classé

“Athmane Bali a laissé 266 textes non composés” LE CHANTEUR NABIL BALI À LIBERTÉ Par : Sara Kharfi logo_imp3162
Edition du Dimanche 31 Janvier 2010

Culture

“Athmane Bali a laissé 266 textes non composés”

LE CHANTEUR NABIL BALI À LIBERTÉ

Par : Sara Kharfi

Du haut de ses 25 ans, Nabil Bali est le nouveau prince de la musique targuie. Avec son groupe Tihidjal, il sillonne les routes avec son luth qu’il a hérité de son père et partage sa passion pour la musique avec tous les amoureux des rythmes entraînants et méditatifs de la musique du Sahara.

Liberté : Vous avez si vaillamment repris le flambeau et vous perpétuez l’œuvre de votre père en poursuivant votre petit bonhomme de chemin dans la musique avec votre groupe Tihidjal. Comment ça se passe donc avec cette nouvelle formation ?
Nabil Bali : Nous avons formé le groupe Tihidjal, composé de six personnes, notamment ma sœur Houda, ainsi que trois musiciens français, Didier Malia, Loïc Diedrish et Steve Sheahan, musicien et producteur. Ces trois musiciens se sont déjà produits avec mon père. Nous avons fait jusque-là cinq concerts : deux à Grenoble, deux autres à Lyon et un à Paris. Aussi, Tihidjal est-il à la base le nom de l’oued qui traverse Djanet et qui a emporté, en 2005, Athmane Bali.

Quel est le plus qu’apportent ces trois musiciens à la formation Tihidjal ?
Je compose moi-même les textes, mais je leur soumets ces compositions et ils intègrent des sons eux aussi. Leur apport est dans les arrangements. C’est de la fusion en fait, ainsi, on ne se sent pas dépaysé nous-mêmes, et il y va de même pour l’oreille occidentale habituée généralement à des sons plus classiques. Tout le monde s’y retrouve. En tout cas, on travaille sur les textes et on essaie de trouver de nouvelles compositions. Quasiment toutes les chansons qu’on sort sont à lui, ses textes à lui.

Vous avez sorti deux albums en l’espace de deux mois. Le premier Awalin (ma promesse) est sorti le 3 novembre, et le deuxième, Tamghartiw (ma mère), le 3 janvier dernier, chez Safar Productions en France. Pouvez-vous parler de ces deux albums et de leur particularité ?
Le premier album Awalin est comme un  message que nous avons voulu faire passer par rapport à la promesse que nous avons donnée de porter le flambeau ; et il comporte dix-sept titres. On joue les titres d’Athmane Bali avec des arrangements plus modernes. Je suis moi-même auteur et compositeur, et dans le second album,Tamghartiw, composé de dix-sept chansons, il y a aussi mes propres compositions. Parmi les titres du dernier album, il y a entre autres Azefdoura (l’argent et l’or), Mena (la sécheresse) ou encore Nekareqa (je t’aime).

Vous êtes-vous déjà produit pour la promotion de l’album Awalin. De quels types d’organismes recevez-vous généralement des invitations, des centres culturels, des associations ?
Nous nous sommes produits récemment en Belgique et au Canada (ce dernier concert avec Ferda et Cheikh Sidi Bémol) et le public de différentes nationalités arabes, notamment du Liban et de l’Irak, a réellement apprécié. Sinon, je reçois généralement des invitations de festivals étrangers et la réaction du public est toujours extraordinaire. Les gens nous demandent des copies du concert puisque nous enregistrons chaque soirée ce que nous animons, ou alors ils nous demandent notre album.

La plupart des textes  sont donc d’Athmane Bali, mais comment les travaillez-vous ?
Sur les titres de l’album Awalin, nous avons introduit des sons jazz, rock fusionné au targuis. On veut produire une chanson targuie différente par le biais de la fusion. Il y a des instruments comme le jambé ou la derbouka qu’on a également intégrés dans notre album, et je tiens à rappeler que ce sont des chansons d’Athmane Bali jamais composées. Car Athmane Bali a laissé 266 textes non composés.

Et vous, qu’est-ce qui vous inspire ?
Le Sahara. Mes textes parlent aussi de fraternité, de la société et d’amour. Je suis aussi un grand fan du Malien Ali Farka Touré, de la chanson française et, bien sûr, de mon père Athmane Bali.

Nous allons changer de registre. Parlons cinéma. Qu’en est-il du projet de documentaire sur la vie de votre père ?
C’est en cours, mais ce n’est pas encore fait. Mohamed Zaoui, le réalisateur, doit venir prochainement pour discuter avec la famille et récolter les informations et les documents concernant Athmane Bali. Nous avons décidé dans la famille de tout dire, de tout révéler sur la vie de mon père. Dans le passé, il y a eu des contacts pour faire un long métrage de fiction avec des Français, mais ils ont eu des difficultés pour les autorisations au niveau d’Alger.

Outre votre duo avec le jeune chanteur kabyle Allilou, vous préparez une chanson pour l’équipe nationale de football et vous préparez également une tournée de votre nouvel album…
Nous préparons un duo avec Lotfi Double Kanon avec la chanson Demaâ, d’Athmane Bali. Et nous préparons une chanson sur l’équipe nationale de football avec des artistes de la région de Djanet. Le texte est prêt et il est signé Choghli et Abdallah Mesbahi. Je vais la composer avec des rythmes targuis. Nous entamerons une tournée promotionnelle du nouvel album en mars prochain, notamment à l’Opéra de Lyon, à Paris, et éventuellement au Mexique. Je compte également travailler sur les textes de l’oncle de mon père, Athmani Athmane, qui était chanteur de l’imzad et qui a laissé des poésies et des textes exceptionnels.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...