RSS

Archive | 17 juin 2011

05.Rien que des chimères /La nouvelle de Adila Katia

17 juin 2011

Commentaires fermés

05.Rien que des chimères /La nouvelle de Adila Katia

Edition du Samedi 11 Juin 2011 Des gens et des faits Rien que des chimères La nouvelle de Adila Katia RÉSUMÉ : Tewfik a rejoint sa sœur à la cuisine. Il réalise qu’il l’a délaissée et qu’il en a fait qu’à sa tête. Il promet de se rattraper. Ainsi, il lui affirme avec certitude que […]

Lire la suite...

Edition du Samedi 11 Juin 2011 Culture Le contrôle militaire de la planète et les crampons de la discorde La chronique de Abdelhakim Meziani Par : Abdelhakim Meziani Ma voyante préférée de Fès m’a appelé. Non pas pour me féliciter pour l’intérêt manifeste que j’ai pour la construction du socle maghrébin, encore moins pour me raconter La Légende du pianiste sur l’océan, une adaptation à l’écran d’un monologue par le cinéaste italien Giuseppe Tornatore sur une musique d’Ennio Morricone. Et pourtant, elle sait que j’ai un faible pour le cinéma italien sans oublier les monologues de Boualem zid el goudem, pardon de Slimane Bénaïssa qui s’est rappelé à notre bon souvenir pour nous replonger dans notre fierté d’antan. Une dignité dangereusement hypothéquée par les temps qui courent quand elle ne risque pas d’être sacrifiée sur l’autel des ambitions néocolonialistes de quelques grands de ce monde. Elle aurait tout simplement peur pour moi. Elle me verrait même dans la peau de John Malkovitch ? Je la vois venir tant elle donne l’impression de préparer un coup fourré. Elle n’est pas frontale. Au lieu d’épiloguer sur la raclée footballistique qui nous fut justement administrée par le onze marocain, elle me lança un tendancieux “c’est vrai que vous allez ramener un entraîneur étranger de haut niveau ?” Le président de la FAF a encore raté l’occasion de se taire car pour qu’il y ait un entraîneur de haut niveau, il nous faut une Fédération d’égale compétence, un football national généreux en acteurs de qualité et un grand peuple surtout. Un peuple qui ne fait pas d’une simple confrontation sportive sa raison d’être alors que sa mission sur terre consiste à travailler et à produire pour sortir le pays de sa dépendance alimentaire vis-à-vis des nouveaux croisés. Un peuple qui, faute d’une classe politique digne de ce nom et d’une rupture avec son sempiternel statut d’assisté, se doit de s’impliquer et de se battre pour que le sport, les arts et les principes civiques et démocratiques soient enseignés à nos enfants dès l’école maternelle. Dans la peau de John Malkovich, je le suis quelque part tant le film de Spike Jonze recèle de purs instants hilarants (l’entrée de Malkovich lui-même dans son propre cerveau), et se décline comme un drame grinçant où le pathétique fait rire parce qu’il touche à l’absurde… J’ai beau rassurer Ma voyante préférée de Fès quant à mon insensibilité face à une déroute footballistique, mais en vain. J’ai beau lui annoncer que mon oncle maternel était plongé dans le coma et que la première parole qu’il prononça à son réveil fut “Kadhafi est un zaïm !” rien ne semblait l’arrêter dans sa course effrénée de porter la marque à cinq réalisations comme si un but par milliard jeté par les fenêtres de l’auberge espagnole ne suffisait pas… Je comprends mieux que quiconque le sentiment de mon oncle, ancien secrétaire de Benyoucef Benkhedda au moment où la Zone autonome d’Alger était dirigée par Abane Ramdane, un enfant de La Casbah éternelle autant qu’irascible supporter du Mouloudia d’Alger. Un club qui, à l’instar de l’équipe nationale, confirme l’esprit et la lettre de ce que Mao Tsé-Toung m’a enseigné : “La culture est sur le front idéologique le reflet de la situation politique et économique d’un pays…” Bien que je n’aie aucune considération pour les roitelets arabes, encore moins pour un quidam qui se croît éternel, nous ne savons rien en effet des membres du Conseil national de transition de Benghazi. À ses origines, le mouvement, a contrario de ce qui s’est passé en Tunisie et en Égypte, n’avait-il pas pris en Libye la forme d’une révolte armée, faisant feu sur l’armée, et non celle d’une vague de manifestations civiles ? Cette révolte armée n’a-t-elle pas immédiatement entraîné une intervention militaire des puissances impérialistes en butte à une crise économique sans précédent ? Au-delà de la “protection des civils” — du reste bombardés à souhait — et de la “démocratie”, le contrôle définitif du pétrole et le transfert de l’Africom (le Commandement militaire des États-Unis pour l’Afrique) à Benghazi ou à… Tripoli, ne seraient-ils pas le socle d’une nouvelle croisade à un moment où le peuple palestinien vit une situation dramatique au Golan sans que le complexe militaro-industriel américain et ses subalternes de l’Hexagone s’émeuvent ? Je comprends mieux la haine de mon oncle… A. M. mezianide@djaweb.dz

17 juin 2011

Commentaires fermés

Edition du Samedi 11 Juin 2011  Culture Le contrôle militaire de la planète et les crampons de la discorde La chronique de Abdelhakim Meziani  Par : Abdelhakim Meziani   Ma voyante préférée de Fès m’a appelé. Non pas pour me féliciter pour l’intérêt manifeste que j’ai pour la construction du socle maghrébin, encore moins pour me raconter La Légende du pianiste sur l’océan, une adaptation à l’écran d’un monologue par le cinéaste italien Giuseppe Tornatore sur une musique d’Ennio Morricone. Et pourtant, elle sait que j’ai un faible pour le cinéma italien sans oublier les monologues de Boualem zid el goudem, pardon de Slimane Bénaïssa qui s’est rappelé à notre bon souvenir pour nous replonger dans notre fierté d’antan. Une dignité dangereusement hypothéquée par les temps qui courent quand elle ne risque pas d’être sacrifiée sur l’autel des ambitions néocolonialistes de quelques grands de ce monde. Elle aurait tout simplement peur pour moi. Elle me verrait même dans la peau de John Malkovitch ? Je la vois venir tant elle donne l’impression de préparer un coup fourré. Elle n’est pas frontale. Au lieu d’épiloguer sur la raclée footballistique qui nous fut justement administrée par le onze marocain, elle me lança un tendancieux “c’est vrai que vous allez ramener un entraîneur étranger de haut niveau ?” Le président de la FAF a encore raté l’occasion de se taire car pour qu’il y ait un entraîneur de haut niveau, il nous faut une Fédération d’égale compétence, un football national généreux en acteurs de qualité et un grand peuple surtout. Un peuple qui ne fait pas d’une simple confrontation sportive sa raison d’être alors que sa mission sur terre consiste à travailler et à produire pour sortir le pays de sa dépendance alimentaire vis-à-vis des nouveaux croisés. Un peuple qui, faute d’une classe politique digne de ce nom et d’une rupture avec son sempiternel statut d’assisté, se doit de s’impliquer et de se battre pour que le sport, les arts et les principes civiques et démocratiques soient enseignés à nos enfants dès l’école maternelle. Dans la peau de John Malkovich, je le suis quelque part tant le film de Spike Jonze recèle de purs instants hilarants (l’entrée de Malkovich lui-même dans son propre cerveau), et se décline comme un drame grinçant où le pathétique fait rire parce qu’il touche à l’absurde… J’ai beau rassurer Ma voyante préférée de Fès quant à mon insensibilité face à une déroute footballistique, mais en vain. J’ai beau lui annoncer que mon oncle maternel était plongé dans le coma et que la première parole qu’il prononça à son réveil fut “Kadhafi est un zaïm !” rien ne semblait l’arrêter dans sa course effrénée de porter la marque à cinq réalisations comme si un but par milliard jeté par les fenêtres de l’auberge espagnole ne suffisait pas… Je comprends mieux que quiconque le sentiment de mon oncle, ancien secrétaire de Benyoucef Benkhedda au moment où la Zone autonome d’Alger était dirigée par Abane Ramdane, un enfant de La Casbah éternelle autant qu’irascible supporter du Mouloudia d’Alger. Un club qui, à l’instar de l’équipe nationale, confirme l’esprit et la lettre de ce que Mao Tsé-Toung m’a enseigné : “La culture est sur le front idéologique le reflet de la situation politique et économique d’un pays…” Bien que je n’aie aucune considération pour les roitelets arabes, encore moins pour un quidam qui se croît éternel, nous ne savons rien en effet des membres du Conseil national de transition de Benghazi. À ses origines, le mouvement, a contrario de ce qui s’est passé en Tunisie et en Égypte, n’avait-il pas pris en Libye la forme d’une révolte armée, faisant feu sur l’armée, et non celle d’une vague de manifestations civiles ? Cette révolte armée n’a-t-elle pas immédiatement entraîné une intervention militaire des puissances impérialistes en butte à une crise économique sans précédent ? Au-delà de la “protection des civils” — du reste bombardés à souhait — et de la “démocratie”, le contrôle définitif du pétrole et le transfert de l’Africom (le Commandement militaire des États-Unis pour l’Afrique) à Benghazi ou à… Tripoli, ne seraient-ils pas le socle d’une nouvelle croisade à un moment où le peuple palestinien vit une situation dramatique au Golan sans que le complexe militaro-industriel américain et ses subalternes de l’Hexagone s’émeuvent ? Je comprends mieux la haine de mon oncle…  A. M. mezianide@djaweb.dz

Edition du Samedi 11 Juin 2011 Culture Le contrôle militaire de la planète et les crampons de la discorde La chronique de Abdelhakim Meziani Ma voyante préférée de Fès m’a appelé. Non pas pour me féliciter pour l’intérêt manifeste que j’ai pour la construction du socle maghrébin, encore moins pour me raconter

Lire la suite...

Les dictateurs sont de mauvais élèves Par : Mustapha Hammouche

17 juin 2011

Commentaires fermés

Les dictateurs sont de mauvais élèves Par : Mustapha Hammouche

Edition du Jeudi 09 Juin 2011 Chronique Les dictateurs sont de mauvais élèves   Par : Mustapha Hammouche Comme pour Kadhafi, cela commence par un projet de résolution condamnant la répression qu’il inflige à son peuple en révolte. Le compte à rebours est donc lancé pour Bachar Al-Assad.

Lire la suite...

Premier livre, premier amour Souffles… Par : Amine Zaoui

17 juin 2011

Commentaires fermés

Premier livre, premier amour Souffles… Par : Amine Zaoui

Edition du Jeudi 09 Juin 2011 Culture Premier livre, premier amour Souffles… Par : Amine Zaoui Dans la vie, on adore les premières choses. On ne les oublie jamais. Les premières expériences sont toujours belles et resteront tatouées sur l’âme. Ancrées dans la mémoire.

Lire la suite...

“L’autofiction dans la littérature contemporaine” TROISIÈME RENCONTRE ALGÉRO-EUROPÉENNE DES ÉCRIVAINS Par : Sara Kharfi

17 juin 2011

1 Commentaire

“L’autofiction dans la littérature contemporaine” TROISIÈME RENCONTRE ALGÉRO-EUROPÉENNE DES ÉCRIVAINS Par : Sara Kharfi

Edition du Jeudi 09 Juin 2011 Culture “L’autofiction dans la littérature contemporaine” TROISIÈME RENCONTRE ALGÉRO-EUROPÉENNE DES ÉCRIVAINS Par : Sara Kharfi treize écrivains (algériens et européens) confronteront leur imaginaire et débattront de l’influence de la réalité sur leurs œuvres de fiction.

Lire la suite...

46.Les racines de l’amour/ La nouvelle de Yasmine Hanane

17 juin 2011

Commentaires fermés

46.Les racines de l’amour/ La nouvelle de Yasmine Hanane

Edition du Mercredi 08 Juin 2011 Des gens et des faits Les racines de l’amour La nouvelle de Yasmine Hanane Résumé :  Ghenima faisait des projets. À la nuit tombée, elle ira rejoindre Mohand, et ensemble, ils quitteront le village. Cette idée la rassura, mais, elle savait au fond d’elle-même que les remords la suivraient. […]

Lire la suite...

04.Rien que des chimères / La nouvelle de Adila Katia

17 juin 2011

Commentaires fermés

04.Rien que des chimères / La nouvelle de Adila Katia

Edition du Mercredi 08 Juin 2011 Des gens et des faits Rien que des chimères  La nouvelle de Adila Katia Résumé : Sorreya a pris deux jours où elle s’est occupée d’elle-même. Elle a aussi acheté des gâteaux et des fleurs. Nora est surprise et croit qu’elle a été promue ou qu’elle a quelqu’un dans […]

Lire la suite...

45.Les racines de l’amour/ La nouvelle de Yasmine Hanane

17 juin 2011

Commentaires fermés

45.Les racines de l’amour/ La nouvelle de Yasmine Hanane

Edition du Mardi 07 Juin 2011 Des gens et des faits Les racines de l’amour La nouvelle de Yasmine Hanane Résumé : Mohand s’était loyalement battu. Il avait été jusqu’à provoquer Aïssa devant la djemâa, mais ce dernier avait gagné la partie haut la main. Même l’oncle Saïd, connu pour sa grande sagesse, n’avait rien […]

Lire la suite...

03.Rien que des chimères /La nouvelle de Adila Katia

17 juin 2011

Commentaires fermés

03.Rien que des chimères /La nouvelle de Adila Katia

Edition du Mardi 07 Juin 2011 Des gens et des faits Rien que des chimères La nouvelle de Adila Katia Résumé : Son amie Lila est venue aux nouvelles. Elle est surprise que cela n’ait pas marché entre eux. Sorreya est malade de déception. Elle ne croit plus en sa chance, même si Lila a […]

Lire la suite...

Comment les frontières actuelles des pays d’Afrique ont été tracées REFLET CULTUREL Par : Abdennour Abdesselam

17 juin 2011

Commentaires fermés

Comment les frontières actuelles des pays d’Afrique ont été tracées REFLET CULTUREL Par : Abdennour Abdesselam

Edition du Mardi 07 Juin 2011 Culture Comment les frontières actuelles des pays d’Afrique ont été tracées REFLET CULTUREL Par : Abdennour Abdesselam La plupart, pour ne pas dire tous les pays d’Afrique tels qu’ils se présentent avec leurs frontières politiques d’aujourd’hui, étaient de vastes espaces géographiques dispersés et éparpillés avec des appellations très segmentées. […]

Lire la suite...

Culture “Libérer l’imaginaire” FESTIVAL INTERNATIONAL DE LA LITTÉRATURE ET DU LIVRE DE JEUNESSE

17 juin 2011

Commentaires fermés

Culture “Libérer l’imaginaire” FESTIVAL INTERNATIONAL DE LA LITTÉRATURE ET DU LIVRE DE JEUNESSE

Edition du Mardi 07 Juin 2011 Culture “Libérer l’imaginaire” FESTIVAL INTERNATIONAL DE LA LITTÉRATURE ET DU LIVRE DE JEUNESSE Par : Sara Kharfi

Lire la suite...

LE “KOURSI” EN BALLOTTAGE LES RÉPUBLIQUES DE LA RUE DANS LE MONDE ARABE Par : LAKHDAR YDROUDJ (*)

17 juin 2011

Commentaires fermés

LE “KOURSI” EN BALLOTTAGE LES RÉPUBLIQUES DE LA RUE DANS LE MONDE ARABE Par : LAKHDAR YDROUDJ (*)

Edition du Mardi 07 Juin 2011 Contribution LE “KOURSI” EN BALLOTTAGE LES RÉPUBLIQUES DE LA RUE DANS LE MONDE ARABE Par : LAKHDAR YDROUDJ (*) Les Arabes doivent être très fiers de leurs révolutions, puisqu’ils viennent d’écrire une nouvelle page de l’histoire contemporaine des peuples  et des sociétés

Lire la suite...

44.Les racines de l’amour/ La nouvelle de Yasmine Hanane

17 juin 2011

Commentaires fermés

44.Les racines de l’amour/ La nouvelle de Yasmine Hanane

Edition du Lundi 06 Juin 2011 Des gens et des faits Les racines de l’amour La nouvelle de Yasmine Hanane Résumé : Après des palabres qui n’en finissaient pas, la djemaâ a rendu son verdict. Aïssa a gagné la partie en spécifiant que Ghenima lui avait été promise tout au début de la cueillette des […]

Lire la suite...

02.Rien que des chimères/ La nouvelle de Adila Katia

17 juin 2011

Commentaires fermés

02.Rien que des chimères/ La nouvelle de Adila Katia

Edition du Lundi 06 Juin 2011 Des gens et des faits  Rien que des chimères La nouvelle de Adila Katia Résumé : Sorreya regrette d’être allée à un rendez-vous, arrangé par son amie. Jamais elle n’a été humiliée de la sorte. Toute sa vie, elle a souffert. Elle a subi la méchanceté de sa marâtre […]

Lire la suite...

“J’avais besoin de témoigner, même en voyant ma mort !” L’ÉCRIVAIN WACINY LAREDJ AU DIWAN ABDELATIF : Par : Hana Menasria

17 juin 2011

Commentaires fermés

“J’avais besoin de témoigner, même en voyant ma mort !” L’ÉCRIVAIN WACINY LAREDJ AU DIWAN ABDELATIF : Par : Hana Menasria

Edition du Lundi 06 Juin 2011 Culture “J’avais besoin de témoigner, même en voyant ma mort !” L’ÉCRIVAIN WACINY LAREDJ AU DIWAN ABDELATIF : Par : Hana Menasria Les rencontres littéraires de Diwan Dar Abdeltif, organisées par l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC), a accueilli samedi dernier l’écrivain Waciny Laredj.

Lire la suite...

43.Les racines de l’amour/ La nouvelle de Yasmine Hanane

17 juin 2011

Commentaires fermés

43.Les racines de l’amour/ La nouvelle de Yasmine Hanane

Edition du Dimanche 05 Juin 2011 Des gens et des faits Les racines de l’amour La nouvelle de Yasmine Hanane Résumé : Zineb avait une peur bleue de son mari. Lorsque ce dernier se saoulait, il devenait agressif, l’insultait et la battait. Pourtant en temps normal, Mokrane savait la gâter. Combien de fois ne l’avait-il […]

Lire la suite...

01.Rien que des chimères /La nouvelle de Adila Katia

17 juin 2011

Commentaires fermés

01.Rien que des chimères  /La nouvelle de Adila Katia

Edition du Dimanche 05 Juin 2011 Des gens et des faits Rien que des chimères  La nouvelle de Adila Katia 1re partie Pour la première fois depuis des années, Sorreya pleure comme une enfant. Jamais elle n’aurait cru que cela lui arriverait un jour, d’être humiliée par un homme. Mais c’était de sa faute à […]

Lire la suite...

Culture Mami PORTRAIT… Par : Hamid Grine

17 juin 2011

Commentaires fermés

Culture Mami PORTRAIT… Par : Hamid Grine

Edition du Dimanche 05 Juin 2011 Culture Mami PORTRAIT… Par : Hamid Grine “La plus belle voix du monde”, selon Sting. Une voix à émouvoir même un bourreau qui découpe les têtes à la chaîne. Mais si la voix est unique, Mami aussi l’est. Pas toujours dans le sens de sa voix. Il la prend […]

Lire la suite...

“Notre pays est une mosaïque millénaire” L’ARTISTE, SALIM SOUHALI, À LIBERTÉ Par : RACHID HAMATOU

17 juin 2011

Commentaires fermés

“Notre pays est une mosaïque millénaire” L’ARTISTE, SALIM SOUHALI, À LIBERTÉ Par : RACHID HAMATOU

Edition du Dimanche 05 Juin 2011 Culture Il a chanté les ancêtres, l’identité et la mémoire. Il a peint la femme, le pays et le terroir. Il a écrit, cherché et interrogé l’histoire. Et il continue à le faire.

Lire la suite...

42.Les racines de l’amour / La nouvelle de Yasmine Hanane

17 juin 2011

Commentaires fermés

42.Les racines de l’amour / La nouvelle de Yasmine Hanane

Edition du Samedi 04 Juin 2011 Des gens et des faits Les racines de l’amour  La nouvelle de Yasmine Hanane Résumé : L’attente durait. On était déjà au milieu de l’après-midi et aucune nouvelle ne parvenait du village. Inquiète sur son sort et pour les siens, Ghenima n’avait rien pu avaler depuis deux jours. Une […]

Lire la suite...
123456...8

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...