RSS

Hadj M’Rizek ou La Casbah, le Mouloudia d’Alger et le chaâbi au cœur La chronique de Abdelhakim Meziani

17 juin 2011

Contributions

Hadj M’Rizek ou La Casbah, le Mouloudia d’Alger et le chaâbi au cœur La chronique de Abdelhakim Meziani  dans Contributions logo_imp
Edition du Samedi 13 Février 2010

Culture

Hadj M’Rizek ou La Casbah, le Mouloudia d’Alger et le chaâbi au cœur

La chronique de Abdelhakim Meziani

Repliée sur elle-même, depuis plusieurs siècles déjà, exactement depuis l’assassinat du roi Sélim et-Toumi par Aroudj Barberousse, la société algéroise a pourtant donné le meilleur d’elle-même

dans la prise de conscience du fait national et l’émergence d’une dynamique culturelle salutaire. C’est dans cet esprit d’ailleurs qu’intervient la naissance du Mouloudia Club d’Alger, un espace d’expression qui va jouer un rôle déterminant dans la conscientisation des citoyens. Expression culturelle par excellence, le sport allait ainsi contribuer, dans ce cadre, à la promotion et à l’épanouissement de jeunes Algériens qui ne se reconnaissaient nullement dans le projet de société de la caste coloniale. Dans cet univers de souffrances et de violences, me confiera mon ami Omar Dib, le rappel incessant au passé glorieux, la défense du patrimoine culturel et artistique, les poèmes et les chants citadins constituèrent l’une des formes les plus actives de la résistance face à l’occupant. Ce qui fit dire à Charles-Roger Ageron que les poètes et les initiateurs d’un tel mouvement ont bien mérité de leur peuple. Ils se sont montrés des gardiens vigilants. Ils ont dit, jusque dans leur désespoir, l’invincible espérance d’un peuple croyant que l’aube du siècle dernier galvanisa, annonciatrice qu’elle était de bouleversements en profondeur et de l’émergence de potentialités religieuses, artistiques, intellectuelles et sportives insoupçonnées. Lorsqu’en 1930 naît l’association El-Djazaïria, la première société musicale musulmane, en pleine célébration du Centenaire de la colonisation, les milieux citadins ne manquèrent pas de pavoiser, tournant en dérision la culture de l’autre. Les rapports fructueux, qui s’établirent alors entre le Mouloudia et les défenseurs du patrimoine musical classique algérois, allaient contribuer valablement à l’émergence d’une vie artistique et culturelle refondatrice. C’est ainsi que le patrimoine musical citadin trouvera en le Mouloudia Club d’Alger un partenaire idéal qui mettra à sa disposition ses propres structures tant pour les répétitions que pour les concerts qu’animaient, à l’époque, de l’école musicale classique algéroise, Mohamed Benteffahi et Mahieddine Lakehal. La même expérience sera renouvelée avec El-Mossilia, en 1932, puis Gharnata El-Mizhar, sans oublier El-Hayat, jusqu’au jour où le chanteur nationaliste Hadj M’Rizek, par ailleurs athlète du Mouloudia, enrichit cet espace par l’introduction de concerts chaâbis. Pour Hadj M’Rizek, le MCA n’était pas un club ordinaire. Il était, et demeurait, à l’image de La Casbah qui nous avait vus naître, le fer de lance civilisationnel et culturel d’une société qui avait brillé, et brille encore, par son raffinement, son savoir vivre et son savoir-faire. Né à la rue de Thèmes, un des espaces emblématiques de La Casbah d’Alger, élégant autant que respirant à merveille la citadinité, c’est au Mouloudia d’Alger, où répétait une association de musique andalouse, qu’il enrichira sensiblement, sous la direction du grand maître, Cheikh Ahmed Shaïtane, son répertoire de musique classique algéroise, de aâroubi et de hawzi. Sa reconnaissance était telle qu’il se mit, sans discontinuer, au service d’un club dont il renforcera les assises en intégrant son conseil d’administration d’abord, avant de l’immortaliser avec une chanson, particulièrement connue, “Ô toi qui veux pratiquer le sport, rejoins le Mouloudia, le club le plus populaire d’Afrique du Nord”.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...