RSS

Dur d’être algérien ! Par : Mustapha Hammouche

17 juin 2011

Contributions

Dur d’être algérien ! Par : Mustapha Hammouche dans Contributions logo_imp
Edition du Mercredi 01 Juin 2011

Chronique

Dur d’être algérien !

 


Par : Mustapha Hammouche

Il était temps ! De supprimer le certificat de nationalité du dossier de pièces d’identité et de voyage.


Temps pour les autorités de reconnaître que ce n’est pas en infligeant la galère de la reconstitution de leur arbre généalogique aux Algériens qu’on peut compenser le sous-développement administratif de l’État. En cinquante ans d’Indépendance, on en est à réécrire les vieux registres des “matrices”, comme à l’ère des “khodjas” avec l’art de la calligraphie en moins.
Des citoyens n’arrivent plus à prouver leur algérianité parce qu’ils n’ont pas bougé de leurs douars depuis des millénaires et que les registres des chefs-lieux de commune ont simplement pourri du fait de leurs conditions d’archivage ou, parce qu’entre-temps, ils avaient oublié l’exacte date de décès d’un grand-père, mort trop jeune de peste. Si seulement la rigueur de la reconstitution généalogique était sérieuse et s’imposait à tous. On n’aurait au moins pas eu un Président qui, après avoir sévi contre nous des années, nous révèle, un demi-siècle plus tard, qu’il était du pays voisin. Et que, finalement, longtemps après l’Indépendance officielle, nous n’étions pas encore gouvernés par un Algérien.
Si les mêmes parcours du combattant bureaucratique étaient imposés à certains joueurs de l’équipe nationale de football, il n’est pas sûr qu’elle aurait  disposé de certains de ses indispensables titulaires actuels. Ou alors, il eut fallu que la loi disposât qu’il faille avoir un père et un grand né en Algérie ou… savoir jouer au foot à un niveau international pour avoir droit au passeport national. Mais, peut-être, qu’en ce domaine, on devrait retenir la leçon Ben Bella : d’ici que des joueurs de l’équipe nationale ne commencent à nous apprendre que, finalement, ils n’étaient algériens que pour jouer dans une sélection nationale…
D’ailleurs, c’était en toute illégalité que la galère administrative nous était imposée, puisque la loi stipule qu’il suffit d’être né de père algérien ou de mère algérienne pour avoir droit à leur nationalité.
Il y avait même une paradoxale ségrégation dans cette histoire de certificat de nationalité : il n’est pas exigé de ceux qui demandent leurs papiers d’identité dans un consulat mais obligatoire pour les papiers établis dans une daïra ! On sent la démarche empressée envers la “communauté nationale”, d’un côté, et la rigueur bureaucratique contraignante appliquée au citoyen resté au bled, de l’autre. Ceux qui ont une seconde nationalité obtiennent finalement plus facilement la preuve de leur algérianité que ceux qui se sont contentés de leur nationalité originelle ou n’ont pas décroché une de rechange ! Déjà qu’il a été plus facile d’être reconnu moudjahid parce qu’on a fait la guerre à Paris, Tunis, Oujda, plutôt que dans le maquis local ! Si l’État veut assainir le fichier national de la population, il aurait mieux fait de se donner les moyens humains et méthodologiques de cette entreprise au lieu d’infliger à ses administrés cette espèce de chantage à la pièce d’identité. Apparemment sans résultat, puisqu’il renonce, chaque jour, à un de ces obstacles érigés sur la voie de la miraculeuse identité biométrique.
Dur d’être algérien !

M. H.
musthammouche@yahoo.fr

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...