RSS

44.Les racines de l’amour/ La nouvelle de Yasmine Hanane

17 juin 2011

1.Extraits

44.Les racines de l’amour/ La nouvelle de Yasmine Hanane dans 1.Extraits logo_imp490 dans 1.Extraits
Edition du Lundi 06 Juin 2011

Des gens et des faits

Les racines de l’amour

La nouvelle de Yasmine Hanane

Résumé : Après des palabres qui n’en finissaient pas, la djemaâ a rendu son verdict. Aïssa a gagné la partie en spécifiant que Ghenima lui avait été promise tout au début de la cueillette des olives, prenant à témoin Da Kaci qui ne put que s’incliner. Ghenima attendait la suite du récit de son frère.

44eme partie

Elle jette un coup d’œil à Fatiha qui, comprenant l’allusion, demande à son mari :
- Personne d’autre n’a pu contredire la décision de la djemaâ et l’entêtement de Aïssa ?
Belkacem fait un geste de sa main et répondit :
- Si, beaucoup de villageois trouvèrent ce mariage déplacé. Même que certains avaient quitté l’assemblée avant la fin des palabres. Et puis il y avait Mohand le forgeron…
Belakcem se tut, et les quatre femmes l’interrogèrent des yeux, avides de connaître la suite.
- Mohand avait dit avoir l’intention de demander Ghenima en mariage avant la fin du printemps.
- Hein, pourquoi avait-il mis autant de temps pour se décider, demande Zouina, oubliant du coup qu’elle-même s’était opposée à cette idée, il  n’y a pas longtemps.
- Oh, je ne sais trop quoi te répondre. Je sais que son oncle Saïd avait été jusqu’à en faire la demande lui-même devant la djemaâ, dont il est l’un des membres. Hélas, personne ne pouvait rien faire, d’autant plus qu’Aïssa était à l’affût du moindre commentaire et avait fait face à tous les arguments avancés par les sages quant à son mariage avec Ghenima.
- Comment Mohand a réagi en fin de compte ? se hasarde à demander Fatiha.
- Il s’est emporté et il s’en fallut de peu pour qu’il s’en prenne à Aïssa, et même à notre père. Mohand semblait sincèrement déçu. Il avait l’air d’un animal écorché vif et blessé à mort. Des jeunes avaient dû l’éloigner et le retenir loin de l’assemblée.
Zouina met ses deux mains sur sa tête :
- Maudit sois-tu Aïssa, que la foudre s’abatte sur toi et que la mort t’emporte en enfer. Tu as fait de nous la risée du village, que Dieu fasse de toi un aveugle et t’empêche te voir la lumière pour le restant de tes jours.
Belkacem hausse les épaules :
- Mais cela n’empêchera pas ce mariage d’avoir lieu mère. Père a déjà pris ses dispositions.  Dans quelques jours, Ghenima devra rejoindre la maison d’Aïssa. En fait, elle est déjà légitimement sa femme, puisque la fatiha a été récitée devant la djemaâ et en présence de l’imam du village.
Zouina s’effondre en larmes et Fatiha accourut pour la soutenir. Ghenima gardait le silence. Elle n’avait rien dit, ni prononcé un mot depuis le retour de son frère. Le calme qu’elle affichait n’augurait rien de bon. Est-elle devenue muette tout d’un coup, se demande Fatiha.
Zineb s’empresse de venir vers elle et de tenter de la consoler :
- Ghenima, ma sœur, ce n’est peut-être pas encore le grand départ. D’ici ton mariage, beaucoup de choses pourraient se passer. Aïssa pourra mourir ou bien un malheur s’abattra sur sa maison, et comme il est superstitieux, il pensera que tu attires la poisse.
Ghenima lève une main suppliante à l’intention de sa belle-sœur. Elle ne voulait plus rien entendre. Rien, elle voulait juste se retrouver seule un moment pour méditer sur son  sort.  Elle escalade les quelques marches d’échelle, et retourne dans la soupente. Elle n’avait plus envie de pleurer, elle n’était même pas triste. Tout juste un peu mélancolique.
Elle s’étendit sur une natte et se dit qu’il était encore trop tôt pour sortir. Ce soir, son père va rentrer plus tôt que d’habitude pour les narguer tous. Il aura l’air de ce pacha à qui rien, ni personne ne pouvait résister. Il avait pu faire asseoir son autorité devant sa famille, bien qu’au fond de lui-même, il avait dû avoir piètre allure devant les gens du village et les sages de la djemaâ.

(À suivre)
Y. H. 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...

TESTING