RSS

40.Les racines de l’amour/ La nouvelle de Yasmine Hanane

17 juin 2011

1.Extraits

40.Les racines de l’amour/  La nouvelle de Yasmine Hanane  dans 1.Extraits logo_imp164 dans 1.Extraits
Edition du Mardi 31 Mai 2011

Des gens et des faits

Les racines de l’amour 

La nouvelle de Yasmine Hanane

Résumé : Après avoir récupéré Mokrane, Belkacem rejoint son père au village où devait se tenir l’assemblée de la djemaâ. Ghenima était inquiète. Aïssa ne lâchera pas le morceau de si-tôt, et si les jeunes n’en arrivaient pas aux mains, les vieux, eux, ne vont plus s’adresser la parole pendant un bon bout de temps.

40eme partie

Le plus pénible pour elle était cette attente. Elle avait l’impression que la journée refusait d’avancer, que le soleil montait de plus en plus haut dans le ciel et que la djemaâ ne mettrait jamais fin à son assemblée.
Que faisait son père ? Comment réagissait Mohand ? Que répondait Belkacem ? Quel  serait le dernier mot de la djemaâ ?
Des questions se bousculaient dans sa tête, et elle n’arrivait plus à trouver une issue aux innombrables suppositions qui se présentaient à elle.
En fin de compte, et n’en pouvant plus, elle escalade l’échelle menant à la soupente, et se retrouve seule.
Elle s’approche d’une petite fente qui laissait entrer quelques rayons de soleil, et se dit qu’elle aurait aimé être un grain de poussière pour se volatiliser ainsi dans les airs, et se disperser.
Quel soulagement cela aurait été pour elle !
Elle entendit des voix de femmes qui lui parvenaient de l’extérieur. Des femmes qui se jetaient des boutades et riaient. Elles revenaient des champs, ou de Tala. On était au milieu de la journée.
La jeune fille se redresse. Aucun sentiment n’arrivait plus à pénétrer son être. Elle se sentait comme morte intérieurement. Était-elle triste ? Était-elle insouciante ? Aurait-elle encore la force et l’envie d’aimer un homme, de fonder un foyer et d’avoir des enfants ?
Des idées contradictoires tourmentaient son âme. Elle poussa un long soupir. Ses neveux se disputaient, et elle entendit sa mère les chasser de la grande salle. Elle entendit Aghiles, le fils de Belkacem pleurer. Il a dû se cogner le front contre une poutre, ou tomber. Elle entendit Fatiha le consoler. Sûrement qu’elle l’avait pris dans ses bras, ou mis sur son dos. En réalité, il s’appelait Mohand Larbi, mais il était si beau, que Ghenima l’avait surnommé Aghiles (le lionceau).  Et c’est ce surnom qui avait prévalu.
Ghenima voulut descendre pour le serrer contre elle. Bien qu’elle aime ses neveux sans aucune distinction, elle avait une petite préférence pour Aghiles. Hormis ses yeux d’un bleu-vert qu’il avait hérité de sa mère, le petit garçon avait les traits de sa tante.
Est-ce pour cela qu’elle l’aimait tant ? Elle n’en savait rien. Mais son cœur saignait chaque fois que Aghiles pleurait.
L’attente durait. Que font donc ces hommes censés résoudre cette “énigme”  dont elle est le pion principal ?
Vont-il continuer leurs palabres jusqu’à la tombée de la nuit ?
La voix de Fatiha la tire de ses méditations :
- Ghenima, que fais-tu seule ici dans  cette soupente qui commence à chauffer ?
Ghenima se retourne vers sa belle-sœur et lance d’une petite voix :
- Rien Fatiha, je pensais à mon destin.
- Ne t’avance pas trop dans tes suppositions. Tant que les hommes n’ont pas terminé leur assemblée.
- Justement, c’est ce qui m’inquiète, l’interrompt Ghenima. Depuis des heures maintenant qu’ils  s’entretiennent, aucun homme n’est remonté du village. C’est mauvais signe tout ça, ne trouves-tu pas ?
Fatiha tente d’afficher un visage serein :
- Tu te fais des idées. Tu sais très bien que la djemaâ ne traite pas une chose aussi sérieuse qu’un mariage en un clin d’œil.
- Mais la djemaâ ne met pas non plus autant de temps à traiter des affaires bien plus complexes.
- Peut-être que l’un des membres est arrivé en retard et que l’assemblée n’a pu se tenir que tardivement.

(À suivre)
Y. H.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...