RSS

18.“La prison du silence” /La nouvelle de Adila Katia

17 juin 2011

1.Extraits

18.“La prison du silence” /La nouvelle de Adila Katia  dans 1.Extraits logo_imp3597 dans 1.Extraits
Edition du Dimanche 07 Février 2010

Des gens et des faits 

“La prison du silence”

La nouvelle de Adila Katia

RÉSUMÉ :  Après la mort de sa mère, Maya s’est comme éteinte. Elle ne quitte plus le lit et s’est enfermée dans un mutisme qui inquiète plus d’un dans la famille. Hakim amène souvent Ayoub, espérant une réaction de sa part…

18eme partie

Maya qui ne sortait plus, ignore que les visites fréquentes d’Ayoub ne sont pas vues d’un bon œil par ses oncles et ses grands-parents, même si Hakim affirme que c’est son ami intime.  Les mécontents eurent l’idée de parler à Fateh qui n’était jamais présent aux visites d’Ayoub, étant soit au travail soit avec sa fiancée. Il vit rouge et interdit à Hakim d’amener son ami.
Pourtant, même si Fateh s’attendait à ce qu’il proteste mais pas au point de crier après lui  dès qu’il lui fait part de son mécontentement et de celui de la famille, en général.
Maya sort de sa léthargie un jour, ne supportant pas qu’il critique son frère. Fateh est plus que surpris par sa réaction. Il est chanceux que Hakim ne soit pas là, sinon il lui aurait prêtée main forte.
- Ah oui ? Et tu oses crier ? dit-il. Si les voisins ne m’en avaient pas touché deux mots, je ne l’aurai jamais su. Toi et ton frère, vous êtes de vrais cachottiers !
- Il ne venait pas en cachette, rétorque Maya. C’est un ami de mon frère, je ne vois pas ce qu’il y a de mal à ce qu’il le reçoive !
- Comme s’il ne venait pas pour toi !
- À supposer qu’il vienne pour moi, quel mal y a-t-il puisque mon frère est présent ?
- Je refuse à ce que cela se fasse sous mon toit, lui affirme-t-il. Et jamais je n’accepterais à ce que tu sois sa femme, du moins de mon vivant !
Maya le regarde, les sourcils froncés. Une ancienne peur enfouie au fond de son cœur  vient de se réveiller brusquement. Le regard de son oncle reflétait tout ce qu’il ne disait pas.
- Pourquoi de ton vivant ? émet Maya.
- Parce que je t’aime, répond-il. Tu le sais…
Maya s’accroche au rebord de la table, saisie d’un vertige et d’une envie de vomir. Elle ne tente pas de se lever, doutant de la force de ses jambes si elles pourraient la supporter. Elle se sentait si vide, si faible.
- C’est pourquoi tu tardes à te marier ? demande-t-elle.
- Jamais, je ne me marierais, lui répond-il. Tu es la seule qui habite mon cœur. Toute petite déjà, tu as senti que je t’aimais et cela t’effrayait parce que je suis ton oncle. Pourtant, il n’y a rien de mal à ce qu’on s’aime.
Maya en a des sueurs froides. C’est le début du cauchemar. Maintenant qu’il lui avait avoué son amour, il n’hésitera pas à penser qu’il pouvait tenter de se rapprocher d’elle. Glacée, elle l’écoute poursuivre ses aveux.
- J’ai commencé à avoir envie de toi dès tes seize ans. Ta féminité très apparente m’empêchait même de dormir. Je rêvais de toi quand je finissais par sombrer dans le sommeil. Tu ne peux pas savoir combien j’ai souffert de cet amour impossible que je gardais pour moi. Maintenant, je me sens mieux.
- Tes aveux vont te délivrer car, comme tu le dis, c’est un amour impossible, lâche-t-elle. Tu es mon oncle et je suis ta nièce, lui rappelle-t-elle. Et…
- Ah non ! Ne me demande surtout pas ça ! Maintenant que tu sais, il faut que tu te montres compréhensive avec moi, lui dit-il fermement. J’ai attendu de longues années, tu ne peux pas me laisser comme ça !
- J’ai envie de vomir, déclare-t-elle. C’est tellement monstrueux ce qui m’arrive.
- En voulant me résister, tu réveilleras le monstre qui est en moi, lui dit Fateh en se levant. L’air dur et les yeux brillants, il se dirige vers elle. Tu as compris ? Ne me déçois pas et donne ce que j’attends de toi sans me forcer à le prendre moi-même ! Car, tu souffriras encore plus !
- Maman !
Maya a crié quand il a posé sa main sur son bras. Elle aurait tout donné pour être ailleurs que dans cette villa, avec cet ignoble pour oncle qui n’hésiterait pas à user de sa force pour satisfaire son besoin bestial.

A. K.
(À suivre)

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...