RSS

Deux Oranais qui ont laissé leurs empreintes Il était une fois, Moussa El Barhouch et Didi le Corse…

13 juin 2011

Non classé

B. BELKACEM JOURNALISTE DE LA VOIX

C’était durant les décennies cinquante et soixante, deux enfants d’Oran, Moussa El Barhouch et Didi le corse, deux noms d’hommes dits de « Rojla », d’hommes de parole. Ils détestaient la hogra, les exhibitions et coups fourrés de certains individus malhonnêtes.

Certains vieux oranais nous ont raconté comment ces deux personnes intervenaient aux profits des gens opprimés. Il suffit de les contacter dans leur lieu habituel au boulevard de la Soummam ou juste dans le café faisant angle face à la banque des gages, leur raconter avec exactitude votre histoire, un prêt non remboursé ou un différent dont vous êtes victime, etc. Ainsi l’intervention rapide de ces deux noms suffisait de régler le problème sans passer ni par le commissariat ni par la justice. Nous avons demandé par quelle méthode agissaient Moussa et Didi pour régler les contentieux. Etait-ce avec une méthode musclée ! Non absolument pas, répondaient nos interlocuteurs, seulement leur présence et leur nom. Ils étaient très respectés par leur comportement de vrais hommes, personne ne pouvait décliner leur intervention ou les ignorer. Ils ajoutent que même les policiers leurs reconnaissaient cette bonne initiative et plusieurs plaignants au commissariat étaient orientés vers eux : « allez y voir Moussa et Didi, votre problème sera réglé ». Les anciens oranais qui ont vécu cette époque, ont été pris d’une nostalgie pendant qu’ils nous racontaient « Moussa El Barhouch et Didi le Corse, n’ont rien à voir avec leur pseudonyme, Moussa n’était pas le et Didi n’avait rien de Corse », nous disaient ces vieux qui les avaient fréquentés quelques temps. En été, ils fréquentaient soit la pêcherie et Sidi El Houari, soit Aïn El Türck. Mais tout le monde les respectaient, dira Ami Dahou.

N°3527 – LUNDI 13 JUIN 2011 La Voix de l’Oranie

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...