RSS

Les élites pour faire bouger les choses en Algérie Par : Boudjmâa Tirchi

11 juin 2011

Contributions

Les élites pour faire bouger les choses en Algérie Par : Boudjmâa Tirchi dans Contributions logo_imp24245 dans Contributions
Edition du Dimanche 13 Février 2011

Contribution

La surprenante révolution tunisienne nous oblige à nous interroger sur nous-mêmes. Le peuple algérien est-il moins courageux ? Quels sont les acteurs qui peuvent sortir l’Algérie de sa torpeur ? Comment ? Voyons tout cela dans le détail.

Tel un tonnerre dans un ciel serein, le soulèvement du peuple tunisien en a surpris plus un. Dans leur grande majorité, les Algériens n’auraient guère parié un dinar sur la réussite du “chahut” de nos voisins. Mais la détermination, la bravoure et surtout l’intelligence de ces derniers auront fini par faire plier Ben Ali qui s’est sauvé comme un brigand. Cette déchéance affaiblira tous ses homologues de la région qui commencent déjà à se faire des soucis. En revanche, elle stimulera les peuples opprimés afin de se débarrasser de leurs tyrans. D’ailleurs, après le soulèvement de nos frères tunisiens, voilà venu celui des Égyptiens.Cette victoire des Tunisiens produit en nous, Algériens, deux sentiments quelque peu contradictoires : beaucoup de satisfaction et de fierté pour nos voisins ; mais aussi un peu de jalousie. En effet, alors qu’ils sont en train de chasser leurs oppresseurs un par un, nous sommes réduits à supporter les tronches de nos dinosaures, sur l’ENTV, tous les soirs à 20h. Cette situation traumatisante risque de nous créer un complexe d’infériorité qui ne pourra être guéri par aucun psychanalyste.
Mais à tête reposée, est-il vraiment opportun de saluer la “victoire” de la révolution du Jasmin ?
Sans vouloir jouer aux oiseaux de mauvaise augure, le succès n’est pas encore acquis pour les Tunisiens. Certes, ils ont remporté une magnifique première mi-temps, mais n’ont pas encore gagné la partie, car le match n’est pas terminé. Dans nos pays sous-développés, il est plus facile de chasser un dictateur que de le remplacer par un régime procurant un bien-être salvateur. Le peuple algérien en sait quelque chose, lui qui fut trahi à maintes reprises par des semeurs des germes du malheur.
- 1962, pendant que le peuple dansait pour célébrer la victoire sur le colonialisme, les “planqués” de la Révolution firent un putsch au GPRA pour s’emparer du pouvoir et instaurer un régime dictatorial ;
- 1980, le “Printemps berbère” fut le premier soulèvement de grande envergure contre l’oppression ;
- 1988, le cataclysme du 5 octobre ébranla le régime, car le mouvement était national et concentré sur les symboles de la dictature : parti et syndicat uniques, administrations, entreprises étatiques, etc. La Révolution du 5-Octobre fait vaciller le système, sans le renverser. Ce fut l’ouverture démocratique avec la création de près de soixante “associations à caractère politique” ; l’ouverture de la télévision à tous les Algériens (avec l’avènement de Abdou B.) ; l’organisation de marches pacifiques regroupant plus d’un million de personnes, sans aucun incident notable ; des débats politiques dignes d’un pays démocratique. Puis… l’horreur : des luttes fratricides avec des atrocités étrangères à l’humanité ; des morts évalués par centaines de milliers ; des traumatisés à vie non dénombrés ; une perte de vingt milliards de dollars pour notre économie. C’est le scénario catastrophe à ne pas souhaiter à la révolution du Jasmin après la chute du tyran Ben Ali ;
- 2001, la Kabylie (encore une fois) sera en révolte contre le système, durant plusieurs mois.
Assurément, le peuple algérien ne doit guère éprouver de complexe d’infériorité envers qui que ce soit, car il réalisa l’une des plus grandes révolutions des temps modernes en triomphant de la 4e puissance du monde ; il ébranla la dictature et son parti unique, bien avant la chute du mur de Berlin. Pourtant, malgré tous ces sacrifices, il est toujours opprimé en ayant pour choix la soumission, la fuite en haraga, ou la dernière mode : s’immoler par le feu pour attirer l’attention sur son désarroi. Le peuple algérien n’étant pas faible, la raison de cette médiocrité provient-elle de la malchance ou de la malédiction ?
En fait, on pourrait citer deux causes possibles, le régime et les élites :
1. c’est le régime qui est “fort” : 1962, il marcha sur les cadavres d’un millier de vrais moudjahidine pour s’emparer du pouvoir ; 1980, il prit le risque de provoquer une guerre civile, en dressant les non-Kabyles contre la région de Kabylie ; 1988, il décréta l’état de siège, fit sortir les chars dans les rues et ce fut le carnage : près de cinq cents morts ; 2001, en Kabylie : les responsables restent sourds, malgré plus de cent vingt morts. Alors que le “doux” Zinochet abandonna le pouvoir après cinquante victimes ;
2. ce sont les élites qui sont faibles : 1962, elles se sont tues, ont collaboré, se sont exilées ou furent assassinées ; 1980, elles se sont fait acheter ou bien furent divisées ; 1988, les opportunistes ont squatté les symboles de la nation (islamité, berbérité, arabité, Révolution, etc.) pour en faire leurs propriétés privées ; 2001, les “chefs” du soulèvement, crédules ou manipulés, exigèrent l’impossible.
Le résultat de ces deux fléaux est aujourd’hui connu : une minorité qui accapare le pouvoir et les richesses du pays, alors que l’écrasante majorité de la population est abandonnée sur la route du progrès.
Que faire face à ce marasme qui s’est emparé de l’Algérie ? Participer au festin avec les vautours, s’exiler, se suicider ou lutter pour instaurer un nouvel état d’esprit. Cette dernière option est la plus indiquée, mais comment s’y prendre pour la réaliser ?
La réponse est peu-être dans cet extrait d’une contribution publiée sur TSA, le 10/12/2009, “Pourquoi ce silence des Baathistes et des Islamistes face aux attaques des Égyptiens ?” (“googlable”) :
“Contrairement au football, nos représentants politiques ne semblent pas chercher la grandeur de l’Algérie et des Algériens. Espérons une prise de conscience des élites militaires et intellectuelles, car la classe « boulitique » actuelle (pouvoir et opposition) n’est là que pour « mandjer ».”
Le salut de l’Algérie est entre les mains de ses élites, qu’il faut tenter de définir.
Dans un article d’un quotidien du 27/1/2011, un ex-chef de gouvernement affirme que ces “élites” appelées à sauver le pays doivent être des “gens puissants, possédant richesses et/ou savoir”. Autrement dit, des milliardaires et de grands diplômés : ce qui est nettement insuffisant. En effet, comme la compétition économique est déloyale, les milliards gagnés proviennent souvent de l’argent sale ; alors qu’un grand diplômé dépourvu de créativité, de sensibilité pour comprendre sa société est semblable à un perroquet ou un DVD qui reproduit ce qu’on lui avait appris. Cet individu ne sera qu’un froid “technocrate” qui fait plus ou moins bien son métier : parole d’un autodidacte non diplômé.
Le sympathique Si Ahmed s’auto-désigne comme “zaïm” (leader), définit quatre objectifs à atteindre, sept principes à respecter scrupuleusement et cinq missions à exécuter par ces “élites” subalternes : le monde virtuel de Facebook n’est qu’un outil de communication, il est fort éloigné de la vie réelle !
À vrai dire, les “élites” existent dans tous les domaines, mais celles qui sont susceptibles de sauver l’Algérie proviennent des intellectuels et des militaires : les premiers possèdent le savoir ; les seconds, le pouvoir. À ces qualités, il faut ajouter au moins quatre autres : l’amour de la patrie et de son peuple, le sens de la grandeur de la nation, l’oubli de son intérêt personnel au profit de celui de la collectivité, le leadership ou charisme afin de communiquer les qualités déjà citées à toute la société pour la “faire rêver”, comme l’a judicieusement préconisé le docteur Abdelhak Laâmri.
Les élites intellectuelles du changement doivent se recruter en priorité auprès des jeunes diplômés qui ne sont pas encore corrompus par la vie : n’oublions pas que la révolution algérienne fut l’œuvre des trentenaires. Le modèle de ces futures élites me semble être Fodil Boumala. Pour cela, il est nécessaire de contacter le maximum d’intellectuels afin de créer un forum pour débattre de notre pays en répondant au moins à ces questions : où est et où va l’Algérie ? Que faut-il faire pour arrêter la descente aux enfers ? Comment ? Avec qui ou quoi ? Quand ? C’est cette mission d’éveilleurs des consciences et de guides pour le progrès qui est, par définition, dévolue aux intellectuels. Cet état d’esprit est inaccessible à nos actuels hommes (ou femmes) “boulitiks”, sortis tout droit du film Carnaval fi douar. En opportunistes, tels des rats après la tempête, ils viennent de sortir de leurs trous afin de s’emparer des fruits de la révolte des jeunes.
Quant aux militaires, depuis l’assassinat de Abane Ramdane, ils ont accaparé le pouvoir pour ne plus le lâcher.
Maintenant, certains défendent l’idée d’une “armée républicaine”, mais tous les gens sensés savent qui tire les ficelles des marionnettes (pouvoir et opposition) qui s’agitent sur la scène “boulitik”.
Si enfin, ils veulent quitter le pouvoir, ils doivent faciliter la transition vers la démocratie en ouvrant, d’abord, les médias publics aux intellectuels compétents, ambitieux, altruistes et surtout honnêtes. Les militaires ne peuvent partir sur la pointe des pieds en abandonnant le pouvoir aux “charlots” sortis de leurs laboratoires. Pour preuve : n’ont-ils pas ramené un candidat (qualifié de “canasson”) et qui sera “élu” à la Brejnev par un peuple soumis ?
Pour sauvegarder les privilèges du système, l’armée n’a-t-elle pas tiré sur les foules, en 1988, en faisant des centaines de victimes ? En 2001, s’est-elle interposée entre les services de sécurité et les manifestants, comme vient de le faire l’armée tunisienne ? Si cette dernière avait pris la défense du régime de Ben Ali, on aurait dénombré des victimes en grande quantité et la révolte aurait, peut-être, été matée.
En rendant le pouvoir aux Algériens, notre armée entrerait dans l’histoire par la grande porte en réalisant sa révolution pacifique, à l’exemple de celle de la Corée du Sud, de la Grèce, du Portugal, etc. Par la même occasion, en digne héritière de l’ALN, elle parachèverait notre grandiose Révolution, en appliquant, enfin, la résolution ayant coûté la vie à l’architecte du Congrès de la Soummam : “Le civil prime sur le militaire” ; c’est-à-dire l’intelligence sur la force. En réalisant cet objectif, notre pays sortira de l’animalité (loi du plus fort) pour entrer dans l’humanité (force du droit) où nous avons tant de choses à apprendre et à réaliser, comme les autres peuples civilisés. Inch Allah ! En retour, aucune nation ou organisation (tels les adeptes du débile “Qui tue qui”) ne pourront faire chanter nos militaires. Car, à la moindre alerte, les Algériens, reconnaissants, sortiront dans la rue pour crier à tue-tête : “Armée, peuple sont avec toi, frère !”

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...