RSS

Humeur et gestion par Yazid Dib

10 juin 2011

Contributions

Ould Kablia les a tous réunis. Ils étaient là totalement différents les uns des autres. Seul Smail El harrez comme un troubadour chaabi tente de trouer la qassida qui somnole ces walis.

Devant cette façade, toute une gamme variée et sériée de voitures est en confusion de stationnement. Un quiproquo. Il ne peut s’empêcher de passer par ce café «p’tit prince» pour cuver son café, comme il aime le dire. El Harrez, en ce matin de février, n’a pas dérogé à son usage. Seulement que sa mine laissait aisément se mettre en évidence une note visible de mélancolie, enfin de peu d’empressement usuel. Dans le «p’tit prince» se trouvait une troïka d’amis. L’on discutait de tout. Mais l’avis se le disputait à l’avis. El Harrez, en bon orateur cherchait, avec une certitude de maitre à convaincre ses interfaces sur les vertus qu’aurait sur la circulation sanguine le gingembre. En fait, il savait en toutes circonstances rendre l’imposition de son avis en une croyance scientifique. Il arrive même à justifier par une légalité d’urgence, son défaut de bien positionner sa Mégane.

Le micro ordinateur laisse apparaitre comme écran de veille quelques poissons d’eau douce faisant des glouglous. Cette astuce que lui offrent les nouvelles technologies de la graphie, permet à Smail El Harrez d’exceller davantage dans son excès de prudence. Dans son bureau, dressé à l’égal d’un cadi de la période coloniale tant le décor n’est que classement, propreté et un bel agencement de dossiers et de chemises. Son meuble de bureau est désert. Seul un journal y est installé majestueusement, trônant tel un empereur de papeterie. Il est chargé d’affaires, officiellement conseiller du wali. Il ne veut donc, que personne n’ait à faire tomber son œil ou son flair sur cet écran mystérieux qui en fait, est pour lui la caverne secrète de tous les ordres, instructions et autres secrets de sérail. Il est le souffle de la wilaya. Tout y est dedans. Des listes attributives de logements, des rapports sur le déroulement des élections jusqu’aux lots marginaux et surtout les fondements de la coopération internationale au niveau local. En fait sa wilaya entretenait toute une diversité de liens avec les collectivités étrangères. Notamment avec Rennes et Lyon. Ceci variait des dossiers de jumelage avec certains centres de grandes métropoles françaises à de l’assistance technique municipale. En fait, il est le nœud gordien des affaires dites réservées. C’est lui qui les gère avec toute réserve. Sans exclusive.

Le sourire qui ne le quitte jamais fait penser que c’est un homme tout à fait heureux. Et pourtant il y a quelques jours une annonce spontanée et non vérifiée le laisse pantois et perplexe. Le départ du wali. Ce haut fonctionnaire en qui le «conseiller» s’est mis avec acharnement à faire au mieux son travail. Il lui vouait par ailleurs toute une plage d’admiration et de dévouement. L’information est enrobée dans une rumeur publique que certains quotidiens habitués du sensationnel ont tenu à répandre. Le mouvement de ces gouverneurs serait imminent. Le commentaire ne se limite pas à l’évocation de noms inscrits dans une case de départ, mais s’étend également à ceux qui s’inscrivent dans celle de l’arrivée. Comme un registre de courrier. Ce débroussaillage sera différemment traité dans les coulisses de la wilaya. Partira, partira pas ? Telle est la question qui ne cesse de perforer la profondeur du chargé d’affaires.

Isolé et pris en tenaille, il finira par se convaincre qu’en définitive ; le mouvement est bel et bien réel. La décision du président de la république tombe comme une estocade dans sa tête et s’emmagasine déjà dans son compartiment informationnel bien avant que l’édition attendue du journal de vingt-heure ne se soit faite. Le monde tourne autour de lui au moment où il tourne en rond dans son vaste bureau. Il pense par anticipation d’abord à ces instants de séparation, ensuite à l’incertitude de son lendemain. Pour ce dernier la vision est intrinsèquement opaque, confuse et ambigüe. L’oubli de ces minutes interminables vient à son secours. Il essaye d’évacuer la sensation qui le prendrait en de mauvaises serres le moment des adieux, dans cette vaste salle des banquets.

La nature est ainsi faite, se dit-il. Quel que soit l’apparat que l’on porte, l’uniforme que l’on endosse ou le poste que l’on occupe, l’essence profondément humaine finira un jour, le temps d’une pause ou d’une collation d’adieu; par redécouvrir sa véritable espèce. La faiblesse. Dans tous ses sens nobles et positifs.

L’homme du fait d’une activité quelconque tend à produire une copie de son être en vue de paraitre ce que peuvent croire ses vis-à-vis. Dans son temps, le temps coule à flot sans qu’il puisse à intermittence s’en rendre compte. Epris par cette idylle fonctionnelle, cherchant à chaque coup le comment fabriquer une image qui n’en est pas authentiquement sienne, l’homme-lige, héros d’un mandat, acteur principal s’oublie vite et se perpétue à croire à la durée du rôle. Un policier sous son uniforme donne une autre impression, une fois qu’il s’en dévêt. Pour une raison ou une autre, positive ou négative ; le rideau tombe, qu’il fend sous une émotion capable de le déshabiller le laissant se voir dans toute sa nudité d’homme sentimental, sensible et périssable.

Ses mains tremblotent. Son cœur palpite. A le voir l’on croirait, s’apprêtant à écrire quelque chose. Son micro le regarde autant qu’il trouve une soudaine envie d’aller déposer dans le ventre de ce micro, comme d’habitude ; toute l’énergie rageuse qui le morfond.

En ruminant ses états d’âme, Smail el Harrez se projette déjà dans la teneur du cérémonial qui devait avoir lieu, ce soir, ou demain. Il en a vu de ces passations de consignes dans sa vie tumultueuse. La différence n’était que dans l’espèce sentimentale que pouvait dégager le partant ou le nouveau récipiendaire.

Aussi, le mouvement des walis aura à entrainer est-il persuadé, lors de réceptions d’adieu, beaucoup de pleurs, d’aigreurs et de regrets. Ce seront des instants pleins de silence plaintif et de soupirs sans cris. Pour une dernière fois, l’amabilité et la sincère courtoisie, se dispenseraient des usages d’un protocole. Certes recommandé, mais contraignant et inutile. Justement, c’est ce lourd protocole auquel, l’homme se soumet ou tient à y soumettre les autres, qui dans de pareils moments ; fout le camp et brise les cadenas de toute chasteté.

Les premières touches de lettres qu’il tente de pianoter sur son clavier font un titre aussi fort en émotion. «Adieu monsieur le wali». Il s’arrête le temps de se remuer pour tirer encore une cigarette. La énième depuis moins d’une heure. Il pense être dilué dans l’espace de cet entre-temps, de cette l’obligation de réserve qui tout au long de son cheminement carrièral a fini par le fondre dans la peau d’un véritable otage du système. Un prisonnier de la parole. Il se tait en toute circonstance. Le mutisme est une garantie de survie. Du moins en ce qui concerne la cuisine de l’Etat et partant celle de la wilaya. Autrement il trouve tout mot à toute question.

Si la postérité locale aura à juger sinon à tenter de faire une approche évaluative d’un wali, commençait-il son dessin alphabétique transcrit en temps réel sur le plasma de cet écran lumineux qui lui fait face. Le résultat serait de clamer que Monsieur Nour El Bédoui est justement de ces commis de l’Etat qui n’ont de cure que le développement local en toute conformité aux lois de la République et aux intérêts suprêmes de la cité. La réhabilitation du service public visant le rapprochement de l’administré à l’administration, dans sa bouche n’est pas un vain mot. C’est une vérité qui s’est inscrite dans le registre des réalisations. Ainsi la majorité des daïras ont eu leurs nouveaux sièges. Toutes sont munies de services de proximité d’entre police, protection civile et autre. Le logement ici, est une marque déposée avec authentification des droits de son auteur. Ce logement démultiplié deviendra un calvaire pour la ville. L’intrusion et les campagnards de tout bord ont déjà pris pignon sur route. Les campus et les instituts universitaires fleurissent comme des roses aux belles couleurs. Hélas ils seront très tôt fanés par défaut de prise en charge. Car le remplaçant du wali parti, est mal en point avec son environnement. Grabataire, il se raccroche à tout.

Smail el Harrez en transcrivant ces aveux, il sait de quoi il parle. Ce sont, en toute simplicité ses idées qui se sont réalisées. Il était pour beaucoup dans le tracé de la feuille de route infrastructurelle de l’élan de développement de la wilaya. Il est quasiment derrière l’ensemble des projets structurants. Parce qu’il était écouté par Nour El Bédoui, qu’il a intériorisé à son égard une tendance de totale loyauté. Il entretenait de l’exaltation face à ce personnage, qui pourtant n’était pas un canon de labeur ou un foudre de guerre, peuvent dire les lointains observateurs. Juste bon élève. Bel entrepreneur. Un wali-logeur. Bien des walis avant lui, ont fait les annales de la cité. Ils ont pu renverser des casquettes, démystifier des empires et casser de la mauvaise résistance.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...