RSS

La Constitution: la femme la plus violée en Algérie par Kamel Daoud

29 mai 2011

Contributions

Qui a lu ou lit encore la Constitution algérienne ? A peine les gens qui sont assis dessus. On en parle, on gouverne avec, on marche dessus, on la change comme un tricot de peau à chaque suée, mais le texte fondateur du pays est à peine connu.

Aujourd’hui, on veut encore réformer la loi fondamentale mais en parlant d’elle à la troisième personne d’un lointain singulier: on n’en sait rien chez nous, en bas, côté peuple. La Constitution algérienne est donc un objet vestimentaire apportant l’élégance mais sans convaincre sur son utilité. C’est un peu comme la cravate: c’est beau, c’est porté par certains lors des occasions d’exception ou pour aller travailler, mais la cravate reste inexplicable du point de vue de l’utilité, de la raison ou de la rationalité. Et comme la Constitution, c’est surtout une habitude que l’Occident a fait acquérir aux gens du Sud où la chaleur n’a pas permis l’invention de la cravate mais a encouragé celle du tarbouche. La prochaine Constitution algérienne sera donc discutée, votée, amendée, triturée mais jamais lue. Contrairement à l’Ailleurs universel ou au proche ailleurs : le Maroc. Là, deux jeunes Marocains ont eu une idée qui rend jaloux: ils ont créé un site sur le net, avec la Constitution marocaine, article par article et deux boutons pour les clics du peuple : « j’aime » ou « je n’aime pas ». Avec une grosse colonne pour ceux qui voient les choses autrement, qui veulent réécrire la loi et le texte ou qui veulent en amender des détails. A la fin, le tout a été imprimé et remis à la commission installée par Mohammed VI pour revoir la loi du pays. Un travail de pro, de siècles futurs, permettant d’associer le peuple aux affaires du peuple et donnant à voir ce que les gens veulent vraiment.

La Constitution n’étant plus une affaire de scripts soumis ou de 250 invités à prendre un café à la Présidence mais celle d’un pays qui veut créer le consensus qui garantit les biens, le bien, le futur et le consensus.

Car, il faut le rappeler : la Constitution d’un pays n’est pas une autobiographie, elle n’est pas une ardoise à la craie, elle n’est pas la façade de sa propre maison, ni un pot de peinture. Elle ne s’écrit pas au crayon ni à la matraque ni derrière un mur ou après minuit quand le peuple dort. C’est l’avenir d’une grosse poignée de main entre le peuple et lui-même et dans laquelle il ne faut pas mettre le doigt et le nez. Aujourd’hui elle se fait sans nous et se fabrique dans notre dos. En terme juridique, cela s’appelle un viol, un rapport non consenti, un hold-up. C’est une affaire DSK contre un peuple de ménage dans un pays de luxe avant, qu’un jour, le pouvoir ne sorte en courant pour prendre le premier avion et qu’il ne soit arrêté.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...