RSS

«Service public» et secteur public de la presse: jeux pipés par Ahmed CHENIKI

20 mai 2011

Contributions

Parler de «service public» de la presse en Algérie, c’est tromper son monde car dans notre pays, cette notion reste encore ambiguë et impropre. Les journaux publics ou privés ne semblent pas séduits par la fonction de salubrité publique.

Les titres privés pourraient-être tentés, en bénéficiant de l’aide de l’Etat, à fonctionner comme un service public (à ne pas confondre avec le secteur public). Est-ce possible dans les conditions actuelles ? Les journaux, ignorant très souvent les jeux éthiques se transforment généralement en espaces de diffusion de tracts à tel point que les pages du journal, dépouillées de toutes informations sont inondées par des états d’âme et des positions politiques de journalistes qui n’informent plus, mais commentent l’actualité sans une sérieuse interrogation des sources, d’ailleurs unilatérales, à sens unique. Ce déni de l’actualité au détriment de l’info est symptomatique de cette tragique absence de formation qui dénature fortement la communication journalistique. Quand des quotidiens de large diffusion s’impliquent en usant d’une pléthore d’adverbes et d’adjectifs qualificatifs participant de la subjectivité du langage, en fustigeant la position du gouvernement algérien sur la Libye sans interroger la partie algérienne, soutenant explicitement les thèses du CNT libyen, sans observer une quelconque distance ou une certaine prudence, reproduisant uniquement El Jazira ou ce qu’on appelle le conseil national de transition libyen, transformant des «probabilités» en affirmations, publiant des «contributions» de personnalités ou de chefs de partis en pages réservées à l’actualité ou défendant par procuration des télés étrangères qui auraient déposé des demandes d’agrément sans vérifier l’information auprès des concernés (Ministère algérien de la communication et les directions de BBC Arabic et ABC). Ces pratiques dénaturent sérieusement la fonction d’informer, décrédibilisent la presse tout en mettant entre parenthèses la vocation de «service public» des journaux privés, justifiant les attaques des politiques considérant les journaux comme des espaces militants, incapables d’informer correctement leurs publics, confondant actualité et commentaires. Toute information devrait-être vérifiée et passée au crible de la critique des sources avant d’être publiée. Il se trouve que qu’à côté de l’info existent d’autres genres comme le commentaire ou l’édito pouvant prendre en charge les positions des uns et des autres, sans oublier celle du journal, s’il en a une. Si les choses sont quelque peu ambigües, sinon peu crédibles, du côté des organes privés, qu’en est-il de la presse dite publique ?

C’est un territoire gouvernemental. Ce n’est pas pour rien qu’on avait soutenu l’idée que le Président était le rédacteur en chef de tous les journaux publics, de la radio et de la télévision. Il aurait d’ailleurs mis en pratique cette idée en rédigeant une dépêche pour l’APS à propos de l’affaire Reuter dans le but de démasquer les «auteurs» d’une information «erronée». Ce qui n’avait nullement choqué les responsables de l’agence officielle qui ont poursuivi le plus normalement du monde leur mission.

Bouteflika avait eu l’honnêteté de dire ce que faisaient tous ses prédécesseurs qui, aujourd’hui, parlent continuellement d’ouverture du champ médiatique. Depuis l’indépendance, les journaux reproduisaient le discours du pouvoir, avec souvent quelques voix discordantes qui arrivaient à s’exprimer en profitant des conflits qui éclataient entre factions au pouvoir. Même un ancien ambassadeur à Paris, aujourd’hui recyclé dans l’opposition, avait dans les années 80 participé à la suspension de Abdelkrim Djaad de la direction de la rédaction d’Algérie-Actualité pour avoir rédigé un article que n’avait pas apprécié Jean Daniel. C’était du temps de Chadli. Tout le monde savait que Benyahia ne s’entendait pas avec Taleb, que Bélaid n’aimait pas spécialement Bouteflika… Certains journalistes cherchaient à dire certaines réalités en faisant des contorsions incroyables.

Cette situation n’était pas nouvelle. Avant l’indépendance, le journal El Moudjahid développait deux discours idéologiques distincts dans ses versions arabe et française. L’indépendance acquise, les dirigeants voulaient faire de la presse «une arme au service de la révolution et du socialisme». Pour Hocine Zahouane et Mohamed Harbi, l’information devait être une école du socialisme. Les slogans avaient pignon sur chartes (de Tripoli, d’Alger, Nationale double version) marquées par des restrictions insurmontables. Leurs rédacteurs (Harbi, Rédha Malek, Mostéfa Lacheraf, Ahmed Taleb, Bélaid Abdeslam…) changent aujourd’hui de ton et épousent l’idée de la liberté de la presse. Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Mais les dégâts occasionnés sont presque insurmontables.

Les premières années de l’indépendance, l’enthousiasme aidant, des journaux potables dirigés par des intellectuels doublés d’une certaine «légitimité révolutionnaire» arrivent à séduire le lectorat algérien. Il s’agit de Révolution Africaine (Mohamed Harbi), d’Alger ce soir et de Novembre (tous deux dirigés par Mohamed Boudia assassiné par le Mossad en 1973 à Paris) et d’Alger-Républicain (Abdelhamid Benzine). Le Peuple, organe officiel, faisait vraiment pâle figure dans les kiosques. Révolution Africaine qui avait de prestigieux collaborateurs (Charles Bettelheim, Georges Arnaud, Mourad Bourboune…) avait, en 1963-1964, ouvert un passionnant débat sur la culture nationale qui dérangea sérieusement à l’époque Ben Bella qui ordonna à Harbi la mise en veilleuse de ce débat unique et original qui partit d’un texte de Lacheraf et une réponse de Bourboune. C’était le premier cas flagrant de censure.

Ainsi, les présidents faisaient et défaisaient les directions des journaux. La nomination des directeurs était toujours le fait des appareils militaires et civils. Parfois, quelques malentendus surviennent comme ce fut le cas de Merzoug et de Morsli, grands patrons qui quittèrent leurs postes sans crier gare, c’est-à-dire dignement. Les chefs de bureaux à l’étranger de l’APS se faisaient agréer par l’un ou l’autre cercle et, bien entendu, acceptés par la police politique. Le responsable de la publication doit obligatoirement obéir à la lettre aux consignes de ceux qui ont désigné l ‘ «heureux» élu. Parfois, des divergences éclataient à propos de la nomination de telle ou telle personne.

Boumediene lisait souvent de très bon matin El Moudjahid, même s’il savait qu’il ne trouverait rien de nouveau préférant ses «contacts» avec ses «amis» Paul Balta et Lotfi el Kholi aux journalistes algériens. L’ancien président du conseil de la révolution dédaignait les plumes algériennes, cette tradition est toujours présente en Algérie. Le Monde était considéré comme le journal «officiel» des officiels algériens et Paul Balta était surnommé par ses confrères du quotidien parisien, «El Mondjahid».

La presse «publique» ne pouvait qu’être médiocre, même si certains journalistes possédaient de remarquables qualités. D’autres, non qualifiés et sans diplômes, faisaient tout ce qu’on leur demandait. Certains s’étaient enrichis en se faisant les porte-parole de tel ou tel ministre ou de tel ou tel wali. Ainsi, des journalistes de Révolution Africaine furent sanctionnés en 1987 après avoir fait un reportage sur la Wilaya d’Alger, le wali d’Alger leur avait retiré les décisions d’attribution de boutiques au sous-sol de la Grande Poste. Dans les journaux gouvernementaux, on trouve de tout, analphabètes, policiers, indicateurs, fonctionnaires khobzistes et journalistes talentueux. Comme d’ailleurs dans les titres privés.

Les équipes de direction changent en fonction de chaque ministre de l’Information et de la Culture. Ahmed Taleb El Ibrahimi installe Nait Mazi, un ancien responsable de la presse du MNA (il rejoint le FLN en Allemagne en 1958) et Mohamed Said à la tête d’El Moudjahid et d’Echaab. Dociles, employés zélés, ils servent le maître du moment. Rédha Malek, sans grands pouvoirs, ne put rien faire d’autre que de nommer un nouveau directeur à la tête d’Algérie-Actualité, M. Zouaoui Bénamadi à la place du discret et trop peu encombrant Mohamed Abderrahmani. Cet hebdomadaire qui tirait avant l’arrivée de la nouvelle direction à 60.000 exemplaires triplait son tirage et ses ventes et atteignait le chiffre de 200.000. Ce n’est pas étonnant que Mostéfa Lacheraf, alors ministre de l’Education Nationale, fut descendu en flammes dans la presse en 1977 sous la dictée de certains ministres du gouvernement Boumediene. Lacheraf n’a jamais compris ce qui lui était arrivé. Ce fut la première fois qu’on s’attaquait à un ministre dans la presse. Ainsi, l’auteur d’Algérie, Nation et Société qui, lui aussi, jouait le jeu du silence, comprenait à ses dépens qu’il n’était pas intouchable, malgré la protection de Boumediene.

Ces jeux rendaient la vie insupportable dans les rédactions où magouilles, manœuvres, contre-manœuvres battaient le tambour dans les couloirs. Les «anciens», souvent non diplômés avaient, par endroits, mal vécu l’arrivée de nouveaux journalistes, sortis tous frais de l’université, contestataires et bien outillés. Beaucoup d’entre eux allaient connaître la censure, l’interdiction de signature, le licenciement, le chantage au logement…Ils vont contribuer à changer les choses. Mais déjà, certaines lueurs brillèrent à Oran dans un journal dirigé par l’excellent Bachir Rezzoug, La République avant son arabisation et à Alger Echaab (1975, rubrique culturelle dirigée par Tahar Ouettar), Algérie-Actualité (1978 -1985) que l’ancien premier ministre, le colonel Abdelghani considérait comme un journal d’opposition, Révolution Africaine (1963-1964 et 1985-1988). Ces deux journaux, Algérie-Actualité et Révolution Africaine connu de forts moments de tension, à la suite de profonds désaccords entre les deux équipes. Algérie-Actualité soutenu, à l’époque par l’équipe de la présidence (Belkheir, Hamrouche, Moggedem, Belkahla) développait un discours néolibéral, avec comme collaborateurs extérieurs des gens comme Lotfi Maherzi et Nourredine Boukrouh alors que Révolution Africaine, forte de la présence de plumes prestigieuses (Abdou B, Mouny Berrah, Bachir Rezzoug, Mostefa Lacheraf, Mourad Bourboune, Josie Fanon…) défendait la nécessité d’un secteur public fort et de sérieuses réformes.

La censure était et est toujours le lot quotidien de cette presse marquée par la médiocrité et le manque flagrant de professionnalisme. A El Moudjahid, un rédacteur zélé a même censuré la météo (il faisait chaud ce jour là) un certain 5 octobre 1988. En 1984, le dessinateur Slim a osé caricaturer Chadli, la police intervient pour bloquer le numéro en question et obliger la direction à confectionner un autre journal. A El Moudjahid, en 1986, lors de la discussion de la charte nationale, seconde version, le directeur faisait écrire des «lettres de lecteurs» par ses journalistes qui signaient en utilisant des noms fantaisistes. Des listes noires de journalistes, d’écrivains étaient établies. Révolution et Travail est suspendue après le coup d’Etat avorté du colonel Zbiri en 1967. Un journaliste de la télévision qui, après avoir donné les informations nationales, avait utilisé une expression quelque peu suspecte avant de passer aux nouvelles internationales, «passons aux choses sérieuses», fut tout bonnement suspendu de ses fonctions. Malika Abdelaziz et M.S.Ziad connurent le licenciement après avoir parlé de «prince blanc» et de blancheur ; c’était du temps de Chadli. La presse publique était instrumentée pour des raisons précises. L’affaire Merbah en 1989 était un coup monté par certains barons au niveau de la Présidence. Au bout de six mois, le directeur d’Algérie-Actualité de l’époque fait un bilan négatif d’un exercice à peine entamé, sans compter la fausse «pénurie» du tabac.

Les choses ne semblent pas s’arranger dans le secteur «public» qui connaît des tirages très bas et un niveau professionnel quelconque. Mais ce qui est certain, les luttes d’un certain nombre de journalistes ont mené le pouvoir à reculer et à ouvrir le secteur. Ces plumes, certes ne constituant pas la majorité, ont payé un prix fort (brimades, humiliations, licenciement, interdiction de plume…) pour arriver à cette nouvelle situation. Ils se démarquaient souvent publiquement des lignes de leurs journaux (pétitions et A.G de 1980 60 journalistes et de 1988, environ 75 ; tables rondes organisées dans des lieux publics…). Certes, Mouloud Hamrouche, prétendant au poste de chef du gouvernement avait placé certains de ses pions qui, une fois, à la tête du gouvernement, allaient être récompensés par des postes de D.G d’organes publics. Aujourd’hui, les choses sont graves. Les journaux publics, malgré la faiblesse de leurs tirages, bénéficient d’une manne publicitaire conséquente. L’ANEP a la main légère quand il s’agit de journaux gouvernementaux dont la fonction essentielle est de mettre en exergue les «activités» des membres du gouvernement et du Président, comme si la société profonde ne l’intéressait pas. Mal gérés, fonctionnant comme de véritables machines bureaucratiques, les quotidiens publics, au nombre de six (El Moudjahid, Echaab, An Nasr, El Joumhouria, Horizons, El Massa) collectionnent toujours les invendus. Certes, leurs journalistes sont plus stables que ceux exerçant dans le privé où de très nombreuses plumes ne sont même pas déclarées à la sécurité sociale, gagnant, pour beaucoup d’entre eux, moins que le SMIG, sans parler des correspondants locaux du public et du privé, fonctionnant souvent comme la dernière roue d’une charrette boiteuse, mais certains d’entre eux trouvent ainsi leurs comptes en se débrouillant des «entrées» dans les espaces des responsables locaux, leur permettant peut-être de bénéficier de certains privilèges au détriment de l’éthique trop absente dans ce monde de la presse qui a grandement besoin d’un conseil de l’éthique et de la déontologie, crédible et sérieux, en dehors d’une loi sur l’information, inutile, dont la fonction serait d’embastiller les journalistes ou d’un illusoire conseil supérieur de l’information qui, peut-être était nécessaire dans les années 90.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...