RSS

Tchina et karkabou

Tchina et karkabou
Noir & blanc
Mustapha Mohammedi
Liberté : 12 – 04 – 2011

Il y a quelques années quand le pétrole se négociait à 10 dollars le baril et quelques cents, les Algériens qui n’étaient pas plus riches qu’aujourd’hui, savaient faire la fête. La bamboula, ils en connaissaient un bout. En Oranie plus spécialement. Mohammedia

par exemple, au sud-est d’Oran célébrait chaque année ce qu’elle produisait le mieux dans sa branche, les oranges.
Dieu sait que les Thomson de la plaine de la Habra étaient juteuses et particulièrement sucrées. Les terres de ce landerneau étaient si fertiles qu’elles se prêtaient à n’importe quelle spéculation agricole. Des fermiers ont même tenté et réussi à acclimater la culture du coton et du tabac et ce n’est pas rien… Et c’est vrai aussi que le barrage du Fergoug n’était pas envasé comme aujourd hui. Mais revenons à ces agapes rurales et républicaines qui dépassaient en faste et en fantasia toutes les ouaddates des saints patrons. D’ abord les choses n’étaient pas faites à moitié. Le sous-préfet invitait les notables, la kasma invitait ses militants, ces derniers et les notables invitaient la population du canton…Ensuite les organisateurs devaient s’en tenir au programme chronométré au millimètre. Cette foire comportait en réalité deux étages, comme une fusée. Le premier était convié aux zawalis qui avaient droit à une kermesse, une tombola, une zorna et des cavaliers qui devaient faire parler la poudre et soulever la poussière…Dans le second réservé aux VIP, les autorités avaient droit à un discours, des cadeaux, un repas feutré et des gâteaux aux amandes. Aujourd’hui il n’y a ni speech, ni karkabou ni karabila pour fêter les oranges de Mohammedia, les cerises de Tlemcen ou les olives de Sig. Au prix où elles sont sur le marché, elles feront bientôt partie des médicaments non remboursables par la Sécurité sociale.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...