RSS

LE DRAGON

LE DRAGON
Noir et blanc
Mustapha Mohammedi
Liberté : 27 – 02 – 2011

Lorsqu’ils l’ont créé en 1885, les Français l’ont baptisé saint Georges, en hommage à ce moine mythique qui aurait, selon la tradition, terrassé un dragon. Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais les colons aimaient donner à leurs villages les noms de saints. Regardez autour d’Oran,

saint Lucien actuellement Zahana, saint leu pour Béthioua, saint Cloud pour Gdyel, sainte Lucie pour Hassi Bounif et sainte Clotilde pour Hassi Ameur. À l’époque, saint Georges n’était pas un hameau, mais tout juste un lieu dit pour fermiers en quête de fraîcheur et de regroupement. Depuis, il a grandi. Forcément. Aujourd’hui, il porte le nom de Bouamama et le nombre de ses habitants dépasse certainement les 500. Si l’on excepte les femmes au foyer, les nourrissons et les écoliers, le village est composé de retraités, de hittistes et de saisonniers. Quelques-uns parmi eux travaillent dans les champs, d’autres chez le privé, dans les grands centres urbains, et le reste tue le temps en regardant passer les voitures. Bâti sur une terre plate et riche depuis laquelle on voit d’ailleurs les premiers buildings d’Oran, Bouamama a ceci de particulier : il n’a rien à offrir aux seniors et rien à proposer aux jeunes désœuvrés. Il faut tout faire soi-même. Pas de poste, pas de taxi, pas de café, pas d’école. Tout juste un vulcanisateur et un magasin d’alimentation générale. Pour se raser, il faut aller à saint Rémy. Pour se laver, il faut aller à Sidi Chahmi. Mais il ne faut pas croire que c’est la brousse intégrale. Le village dispose d’un éboueur et d’un tracteur, de deux abribus et de trois dos d’âne. Petite curiosité de l’histoire, tout près d’ici pourtant, un autre saint Georges : en 1943, le général en chef Eisenhower établira son état-major et dessinera ses plans de bataille pour terrasser un dragon nommé le IIIe Reich.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...