RSS

«J’ai chassé la France, je ne reculerais pas devant des indigènes!» par Kamel Daoud

18 mai 2011

Contributions

L’annonce de réformes en Algérie peut-elle être sérieuse ? Les hommes peuvent être honnêtes, le Pouvoir ne l’est pas. Il s’appelle le Pouvoir pas la Tendresse ou la Justice ou Paracétamol. C’est un grand animal qui a les pieds dans notre géographie, la tête dans son histoire et qui ne peut pas accepter la mort ou la retraite.

Face à la menace de la foule, il paye ou frappe. Que fait-il face à la menace de l’opposition ? Il morcelle, coupe le cheveu et détaille les plus petits détails. La Présidence a mis trois mois pour parler sept minutes. Elle mettra sept ans pour ce qu’elle peut faire en trois mois. La méthode ? D’abord annoncer des réformes sans détailler les réformes. Ensuite laisser passer beaucoup de pub et revenir. Avec quoi ? Avec un homme qui s’appelle Moussa Hadj Moussa : un Président des réformes qui fait partie des gens à réformer avec la casquette d’un parti qui est en même temps juge et partie. Bensalah, PDG d’un Sénat personnalisé, DG du RND et enfant du village natal. On laisse mijoter encore un mois, puis on annonce que le bonhomme, qui va parler à lui-même par le biais de gens qui sont d’accord avec lui, va être secondé par deux autre hadj Moussa : un militaire et un civil, les deux étant conseillers à la Présidence. Ensuite ? Ensuite, l’un des deux va être secondé par trois autres (un militaire, un civil et assimilé), l’autre aussi en fera de même. Cela fera Neuf dans neuf jours. En descendant plus bas dans l’échelle, on se retrouvera avec six cents ou sept, tous proches soit du ministre de la région soit du wali local. A la fin de la fin, le Pouvoir va dialoguer. Avec lui-même comme à chaque fois. Il va se dire. Murmurer en regardant son coucher de soleil, se parler à voix haute puis se donner une poignée de main avec ses deux mains puis signer un communiqué final qui était là au tout début. Le but de la chronique n’est cependant plus de dénoncer une arnaque. Depuis si longtemps, on en a l’habitude. Le plus tragique, c’est le temps et le message que prend ce temps. Il est signifié aux Algériens, et par la manière la plus directe, qu’il n’y aura pas de Révolution, de transition ou de vraies réformes. Seulement une récréation. On ne change pas ou seulement de veste. Et cela devient choquant. Le chroniqueur se rappelle la sensation physique de l’étouffement à chaque espoir déçu depuis Octobre. A chaque fois, l’âme se dit que c’est la fin, le changement, l’occasion de donner au pays son vrai âge et puis l’espoir est déçu et prend ses espadrilles et s’en va recoudre ses propres semelles avec le fil des idées. Même avec tout ce qui se passe dans le monde arabe, le Pouvoir chez nous trouve l’occasion de se dire qu’il est encore jeune, que sans lui c’est le chaos ou les colons, qu’il ne va pas céder à des gens venus si tard après l’indépendance qu’ils ne savent même plus qui ils sont et que son histoire n’est pas encore finie et que personne n’est encore à sa hauteur pour le déloger et que s’il a chassé la France, il ne va quand même pas céder devant des indigènes ! Même avec toutes les révolutions voisines, le Pouvoir a fini par conclure que cela s’éloigne vers l’est, ne va pas déranger sa toiture et que quand un homme veut faire la Révolution, il faut lui demander « combien ? » avant de s’attarder sur le pourquoi et le comment.

A la fin, il n’y aura rien ou le tout, tout d’un coup. Mais pour l’essentiel, les réformes s’annoncent déjà comme des formulaires à remplir ou à déchirer. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si les deux prénoms Bensalah et Benali riment par le commencement.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...