RSS

Le dessert par El-Guellil

12 mai 2011

Contributions

Le malaise qui frappe un peu partout le monde du travail, la désillusion qui renverse à tous les niveaux les derniers à traîner encore un quelconque espoir et la déception qui étale son voile, chaque jour, sur une partie plus grande de la société, doivent être considérés comme des signes sérieux d’un effritement qui hurle son nom. Et c’est ici que cela se passe, dans ce pays de merveilles dont les fleurs ont malheureusement appris à se faner à l’état de bourgeons et où la pluie continue à sécher avant de toucher le sol.

Il y a longtemps déjà que les mites rotatrices nous ont rongé les repères et il n’était nullement besoin que l’on perde encore l’objectif, seul et ultime recours pour une éventuelle correction du tracé, puis du trajet.

Sans repères et sans objectif, nous n’avons plus de référentiel : nous pouvons aller n’importe où et déboucher sur n’importe quoi sans trop savoir comment vérifier la sinuosité d’un parcours bêtement allongé ou l’irrationalité d’un effort naïvement éparpillé.

Où allons-nous ?

Perdus dans l’espace, nous ne pouvons que l’être encore dans le temps. Certains d’entre nous ne se sont même pas réveillés, alors que d’autres tentent de clouer la date à un mur qui ne tient plus en place. Mais où allons-nous donc de la sorte ?

A côté de tout ce tableau exposé dans une galerie sans issue, on tente de nous dire ou de nous faire croire que des changements sont à venir. Mais la ménagère qui tangue entre son couffin et son coup-dur ne comprend rien de tout cela. Pour elle, la politique ne trouve son expression que dans la marmita qu’elle se doit de préparer quotidiennement. Marmita qu’attend une famille nombreuse. Une famille sommée de dire bismillah avant la première bouchée et hamdoullah dès que la deuxième est avalée.

Une famille qui n’a que l’eau comme dessert… sur une meïda désert.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...