RSS

Vieux temps par El-Guellil

17 avril 2011

Contributions

Au bon vieux temps, temps qui a mal vieilli, sur les plages, il ne se trouvait pas une famille qui ne l’exposait pas. Elle trônait sous le parasol en attendant que les membres de la famille s’installent autour. Le moment venu, on en retirait la bouteille de Coca achetée «trabendo», les sandwiches préparés maison et la pastèque. Pour être sûrs d’être remarqués, on parlait à très haute voix. «Papi atini du gruyère». «Tu peux te servir, il est dans la glacièghe». C’était décibels familles… Le repas fini, les enfants se précipitaient vers les vagues. Mais c’était compter sans la grande culture de la maman.

- «Non mais, ça va pas? se baigner juste après la bouffe… je te jure tchu te noies, je te tchue».

C’était du temps où la glacière portable était à la mode. Il y en avait de toutes les tailles et couleurs. C’était un signe de raffinement, au point où on mangeait les tranches de pastèque et abandonnait leur peau sur le sable avant de quitter les lieux.

Avant l’ère des quatre saisons, au printemps des années fastes, le père chargeait toute la marmaille dans la voiture acquise chez Sonacome, grâce au bon d’achat offert par l’instituteur du fils du voisin, chauffeur chez l’oncle du secrétaire général de la mairie de… qui dénonçait les massacres perpétrés au Vietnam par el-imbirialia el maricania et leurs alliés, «la réaction dakhilia» qui dénonçait les francisants-communistes. Ils brandissaient l’article 120 et cent reproches, pour s’accaparer tous les articles importés. Le père chargeait donc les enfants à l’intérieur du véhicule et, sur les genoux du plus âgé, le poste téléviseur portable. Ils allaient passer une journée à la campagne. Camping, on s’arrête, on branche la télé fi la batterie et on suivait la transmission en direct du match de foot. C’était tous les voisins de camping qui étaient convoqués, décibels aidant, par décibels familles. On allumait un feu de bois, on faisait des grillades, de la kefta, on débranchait la télé, on s’en allait, et le feu… Bonjour les pompiers.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...