RSS

La gestion en co-propreté d’une ville par El Yazid Dib

17 avril 2011

Contributions

La grève des personnels communaux a réussi à s’investir plus dans la rue que dans les salons politiques. Neuf jours de «saleté» ont permis au chroniqueur d’oublier ses libertés publiques pour songer un peu à la salubrité publique.

L’homme est une entité capable de vivre sous toute contrainte. Son intelligence fait de lui une espèce privilégiée par rapport à celles autour desquelles il gravite. Il évolue donc dans tout un environnement. L’environnement qui est «l’ensemble des éléments biotiques ou abiotiques ; qui entourent un individu et qui s’intéressent à la nature au regard des activités humaines, et aux interactions entre l’homme et la nature» n’est pas un vain mot.

Toute la stratégie environnementale nécessite l’étude des milieux naturels, pour mieux cerner l’impact humain ainsi que la démarche à adopter afin de provoquer les éléments réducteurs à cet impact dans son volet négatif.

A Sétif la nature est une autre nature dans le comportement quotidien du citadin. Depuis peu, l’on s’initie à des actions d’envergure, se disant ayant une étroite relation avec les notions de l’environnement. Planter des arbres, prévoir des bacs à ordures, semer et tailler des pelouses n’est pas en fait ; une fin en soi.

Cadre légal : des avancées prometteuses

Les EIE (études d’impact de l’environnement) ont trouvé toute leur substantialité légale dans les dispositions de la loi cadre no 83-03 du 5 février sur la protection de l’environnement. Le détail applicatif s’est cependant mis en évidence subséquemment par un texte à valeur réglementaire le 27 février 1990. (Décret exécutif 90-78). En matière de texte, l’Algérie a commencé à se doter dès 1974 de tout un panel juridique. Le conseil national de l’environnement créé cette année a vu, après sa dissolution 3 années plus tard, le transfert de ses attributions au profit du Secrétariat d’Etat aux Forêts et à la mise en valeur des terres. Une Agence Nationale pour la Protection de l’Environnement (ANPE) fut créée en soubassement à ces missions en 1983. C’est dire que l’effort ne s’est point figé. Le souci de cet aspect d’environnement a fait de multiples migrations d’un ministère à un autre. Il fallait rajouter à tout cet arsenal juridique encore balbutiant toute une batterie de mesures allant de la protection de l’environnement au développement durable. Le ballotage de rattachement missionnaire se faisait du ministère de l’Intérieur, à celui de l’Education nationale, aux Universités, à la Recherche scientifique, jusqu’en 2007 où il fut institué organiquement un ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement. La législation nationale rentrait en droite symbiose avec les exigences universelles en la matière et se mouvait dans une flexibilité apte à satisfaire le besoin factuel.

ECOSET : «pour une écologie urbaine»

Pour l’exemple de Sétif, ville carrefour avec le million et demi d’habitants, la tâche quant à cette protection n’est pas une aisance managériale. L’existence d’un CET (centre d’enfouissement technique), érigé en entreprise à caractère industriel et commercial, dépendant du secteur public et fonctionnant en conseil d’administration dont le wali en assure la présidence ; est une réponse adéquate et spontanée à une forte demande en la matière. Ce centre, à la raison sociale, sonnante et pimpante «ECOSET» vient tout juste de se mettre en place. Situé à quelques encablures du chef-lieu de la wilaya, il s’étend sur une superficie de 54 hectares. Il dispose déjà d’une unité de tri. L’acharnement de quelques travailleurs nouvellement recrutés vient en assistance à la petite machine de presse, acquise par la direction de l’environnement ; pour nous afficher tout leur challenge à relever le défi qui s’impose à tous. Vivre mieux, sous un climat sain. Cette unité naissante, qui nécessite d’ailleurs une nouvelle ligne de traitement, fait dans la récupération et le tri, du plastique, carton et PET, en attendant leur recyclage. Cette action nous dira Monsieur Smati Saou, Directeur général «participe activement d’abord à améliorer le cadre de vie du citoyen» car selon ce responsable, la phase récupération que ses services effectuent de concert avec les différentes communes, tend à s’inscrire outre «dans une mission économique, mais aussi dans un objectif de réduction et d’élimination de tout effet néfaste et négatif sur le milieu environnemental.»

Il est unanimement connu et reconnu que la dégradation du milieu naturel au sens écologique reste invariablement sous une culpabilité humaine. Voire à son activité. Cette détérioration, selon certaines normes établies se mesure essentiellement par les pollutions apparentes, les traces de composés synthétisés par l’homme dans les sols, l’air et l’eau, la raréfaction des ressources naturelles, renouvelables ou pas ainsi que par la perte de la biodiversité. C’est dans ce cadre que notre interlocuteur s’évertue à nous clamer «il faudrait assurer la protection des terres, des eaux et de l’air, ce qui nous permettra de ne pas mettre en situation d’otages les futures générations. On ne doit pas les étouffer, les affamer ou les assoiffer» à faire cette similitude ô combien symbolique entre l’objet à protéger et l’effet à éviter.

Zones et sites humides à protéger :

Sétif est aussi une importante assiette comprenant des zones humides. Il existe selon la liste Ramsar près de 20 sites humides naturels et artificiels dont trois seraient classés parmi les 47 sites algériens. Il s’agit du chott Melloul dans la daïra d’Aïn Oulmène, chott El Frein dans la daïra d’El Eulma et chott El Beïda dans la daïra de Hammam Sokhna. Dans la wilaya de Sétif, les zones humides sont très nombreuses et certaines sont très importantes et n’attendent que leur valorisation et leur protection. Parmi les 21 sites humides naturels et artificiels recensés à travers l’ensemble de la wilaya de Sétif, trois ont été classés parmi les 47 sites algériens sur la liste Ramsar des zones humides d’importance internationale en 2010. Il s’agit du chott Melloul dans la daïra d’Aïn Oulmène, chott El Frein dans la commune de Bazer Sakhra, daïra d’El Eulma et chott El Beïda dans la daïra de Hammam Sokhna. Ces espaces sont d’une valeur écologique inestimable. Ce qui avait poussé les autorités, d’élaborer en 1995 un riche programme à même de réduire sinon circonscrire l’avancée de l’eau saumâtre. Celui se confinait alors dans une action forestière d’envergure consistant en la plantation d’arbres appropriés, tenant lieu de digue naturelle. Cependant l’eau salée gagne toujours du terrain. Mais rien ne semble emballer l’autorité locale pour restructurer le plan de sauvetage. Au moins avoir penser à vouloir le faire.

Une cité gérée en co-propreté :

Quant à monsieur le président de l’Assemblée populaire communale de Sétif, énarque et ancien cadre de l’Etat, il ne se prive pas de faire apparaître tout son honneur à avoir piloté d’innombrables opérations, toutes peuvent être à son sens anodines, mais qui contribuent grandement à l’éco-équilibre des systèmes. Faire des pelouses, de l’espace vert, des jardins est un acte de suivi quotidien et son principal point fort. Le maire de la ville, justement en étroite collaboration avec le Directeur général d’ECOSET, qui ne se trouve d’ailleurs que le vice-président communal ; tient à mettre tout en œuvre afin de rendre sa ville, à la légendaire propreté, une cité où il fait bon vivre. Avec ces milliers de visiteurs/jours, Sétif offre un beau label d’une ville qui se veut agréable, écologique et saine. «Nous avons voulu moderniser cette démarche classique qui est dévolue pratiquement à toutes les communes par un passage réussi de l’usuelle collecte à la notion de la co-propreté de la ville» nous dira le maire. Ainsi le citoyen est responsabilisé quant à la préservation des actions d’appui à l’hygiène collective. «L’espace vert est devenu maintenant une requête citoyenne» continue-t-il à nous affirmer.

Le mûrier, le platane, le micocoulier et non le palmier !

Nous saurons qu’un programme important est inscrit au titre de l’année en cours à la charge de l’APC. Consciente de l’enjeu majeur qu’impose une telle préoccupation quant à la protection de l’environnement, la municipalité, outre ses fonctions ordinaires de salubrité publique ; égratignée ces derniers jours par la «grève des braves» aspire à édifier une pépinière dans la vallée d’Oued Boussalem. Le besoin en matière de produits végétaux serait ainsi satisfait. Il en est de même pour que le jardin Emir Abdelkader (ex-jardin d’Orléans) situé en plein centre-ville soit transformé en jardin botanique et pédagogique.

Cependant le projet de planter (40 000) le long du trajet de part et d’autre, Sétif/Djemila (60 km), s’il suscite déjà une adhésion, il ne se trouve pas corroboré par l’ensemble, car semble-t-il serait planté par des palmiers. Une horreur contre-nature. Ce type, n’est pas approprié au paysage forestier et végétal de la région. Le caroubier, le mûrier, le platane, le micocoulier, forment entre autres, l’espèce la mieux indiquée qui lui sied. Ce constat es-qualité aurait été l’objet d’un rapport fait à la Société d’utilité publique sur les colonies suisses de Sétif en 1855.

«Les mains sales»

Ainsi «la grève des éboueurs «demeure plus fatale que celle de l’ordre des architectes, des pharmaciens ou autres corporations. Plus importante qu’une marche usant les gosiers que les godasses. Ils constituent en fait ; ces nettoyeurs matinaux la plus noble espèce du fonctionnariat. Pas la peine donc, de refuser de leur tendre la main, en susurrant en catimini «qu’ils ont les mains sales». Cela pourrait être bien vrai, que ces mains soient entachées de malpropreté, mais elles ne sont cependant souillées que par la saleté des autres. Ceux qui sont censés les écouter. Ceux à qui on en demande audience. Ainsi nous aurions su que toute notre culture s’exprime aussi à travers le contenu de nos poubelles. Si le débit labial (parler trop) égalisait le produit fécal ( ?), nos communes auraient à être assimilées à une benne à ordures neuves et saines.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...