RSS

L’Etat par lettres par Kamel Daoud

25 mars 2011

Contributions

Cycle de rumeurs : on va dissoudre les chambres (ou pas). On va organiser des élections (ou pas). On va agréer de nouveaux partis (ou pas). Bouteflika, dans sa dernière lettre envoyée à des étudiants,

a dit qu’il allait réformer (ou pas). Réformer quoi ? On a déjà un indice : cela ne se fera pas dans le dialogue mais dans le monologue : pour une éventuelle révision de la Constitution, le Régime ne va pas discuter avec ceux qui ne sont pas d’accord avec lui mais avec l’alliance présidentielle, c’est-à-dire le parti unique pluriel qui est d’accord avec lui-même avant lui. Continuons : au moment même où on promet d’ouvrir le système, on lance en orbite un code communal qui réduit le maire et donc le peuple qui l’élut à une photo de lointains oiseaux dans l’horizon. Un vrai code de l’indigénat pour ceux qui s’en souviennent. Et au moment même où le vent est à la liberté dans le monde, chez nous, on continue d’interdire les marches et on explique dès à présent qu’il est interdit, par la loi, aux pompiers de « parler à la presse ». Que peut dire un pompier à la presse de si stratégique mis à part le fait divers et le chiffre des sinistres ? Peut-être justement le chiffre du sinistre. Deux mois donc après la levée des vents de changement dans le monde arabe, on reste sur le constat national : il n’y pas de projet réel de changement. On ne sait pas quoi faire ni comment le faire. On appelle Belkhadem et Cie pour avoir un avis différent et on comprend vite qu’ils ne peuvent pas en avoir, par essence, par définition, par fonction. Que faire alors ? Lancer des rumeurs. C’est donc le seul pays dans le monde arabe où l’opposition et le régime s’envoient des lettres comme si les deux ne vivent pas ici : Mehri envoie à Bouteflika qui envoie à des étudiants.

D’ailleurs, sur la liste, tous ont parlé à leur peuple : Assad, Salah du Yémen, Mohammed VI et même le monarque malade de l’Arabie saoudite.

Le seul à correspondre avec son peuple par lettre et timbre, c’est le nôtre. Le seul qui ne nous a pas parlé, c’est le nôtre. Vingt ans aux Emirates, 12 ans dans la Présidence, à peine quelques semaines en Algérie réelle. Et dans un pays où les services de la Poste fonctionnent mal, la politique des lettres semble avoir de la bonne santé. Comme si personne ne veut voir personne. Comme si personne ne veut nous toucher la main, croiser notre regard, entendre nos sons ou avoir affaire à nos peaux et odeurs. Le peuple parle ? On lui envoie donc des lettres et de l’argent par poste. D’ailleurs, le peuple ne pourra jamais répondre: il ne connaît pas l’adresse du Pouvoir, le vrai expéditeur: on sait qu’il s’appelle Bouteflika, Zeroual,

Boudiaf, Chadli, etc., mais ce ne sont que des prénoms. Personne ne connaît le nom, l’unique.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...