RSS

De l’argent à gogo par Yazid Alilat

3 mars 2011

Contributions

C’est une véritable overdose de dinars. Comme si, tout à coup, il en pleuvait. Pas la peine ici d’en donner le montant, mais juste pour dire que chaque wilaya, et il y en a 48 jusqu’à preuve du contraire, a reçu son pactole. Pour ne pas faire des jaloux, ce sera à chacune un milliard de dinars qui seront déboursés par les banques au profit du Trésor aux jeunes promoteurs. Ben oui ! Faut avoir un projet pour pouvoir

avoir accès à la «salle au trésor». Mais à bien considérer les choses, combien sont ces jeunes qui ont vraiment des projets porteurs, qui peuvent avoir droit à un financement, qui peuvent être viables et durables pour créer de la richesse, du «Bénéf» et créer des emplois ? Faut bien sûr être très prudent là-dessus, car des projets autrement plus «musclés», qui ont reçu des centaines de milliards de dinars comme financements, ont lamentablement terminé leur triste saga dans les poubelles des banques ou chez le marchand de sardines en petites coupures de presse. Lancer les jeunes dans l’aventure du bizness, pour créer leurs entreprises, dans une conjoncture politique régionale marquée par des demandes de plus en plus insistantes pour de profondes mutations, par le départ précipité de deux des plus anciens dirigeants de ce côté-ci du monde, c’est assurément vu comme du marketing polico-commercial.

Pourquoi donner du pognon sous forme de subventions aux jeunes pour qu’ils aillent ensuite se casser les dents face à une administration qui fait tourner même un âne en bourrique, au lieu de le leur virer sur leurs comptes, et qu’ils aillent ensuite se faire voir ailleurs en allant grossir les rangs de la glorieuse diaspora à l’étranger. De cette manière, tout le monde aura réussi son coup: les banques pourront, dans une dizaine d’années, récupérer leurs crédits sous forme de transferts de devises, les jeunes aventuriers vivront là où ils pensent trouver le «nirvana», et les géniteurs de projets pour jeunes pousser un «on a réussi». Y a pas à dire, sur ce coup-là, trop d’argent pourra, en outre, faire apparaître de féroces appétits, même au niveau des administrations qui vont gérer ces projets. Pour le répit, même politique ou moral, de tout un chacun, c’est pas encore gagné. Mais, ne faisons pas la fine bouche et faut applaudir cette manne financière qui coulera à flot le long de robinets de banque hier encore à sec. Quel miracle peuvent susciter les jeunes, ces vernis à qui on a donné tout par les temps actuels. Sauf, bien sûr un visa.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...