RSS

L’hiver des dictateurs par Abdou B.

4 février 2011

Contributions

L'hiver des dictateurs  par Abdou B.  dans Contributions spacer

«Les dictatures sont comme le supplice du pal : elles commencent bien, mais elles finissent mal». G. Clemenceau.

Dans le monde arabe, chaque jour qui passe inflige des camouflets retentissants aux «révolutionnaires» de salon, à tous ceux qui assènent avec emphase, et l’air pénétré que l’Egypte, la Jordanie, la Moldavie du centre et l’Algérie ne sont pas la Tunisie et ne se ressemblent pas.

Ce truisme que n’oserait pas un élève de sixième dans un pays développé est décliné avec gourmandise et flagornerie dans les «hautes sphères» arabes et par les adeptes des courbettes qui mettent à mal des dos bien âgés pour l’exercice et qui trouvent des «spécificités spécifiques». Ces dernières existent mais sont effacées tout simplement parce que les peuples arabes partagent à 100%. Ce qui exacerbe leurs ressemblances quotidiennes, des similitudes devenues déterminantes et communes échappent aux nomenklatures arabes. Ces dernières, par l’autosuggestion croient depuis longtemps qu’un pays offert par des militaires, un coup d’Etat hard, soft ou hérité d’une guerre de libération ne peut leur être enlevé par les «gueux» ou par la conjonction d’intérêts de puissances qui se pressent de lâcher celui qu’ils ont aidé et trop méprisé, lorsque l’heure arrive.

Si les pays arabes et africains ont des histoires différentes comme dirait le préposé aux évidences, ils ont l’essentiel en commun, à la fin du siècle dernier et au début du 21ème. Le chômage, le niveau de vie, la pensée unique non mise à jour depuis des décennies, la prédation, des folles dépenses en armement, en «sommets bateaux», pour des «institutions» incapables de régler un litige entre deux mairies de 1300 habitants chacune sont caractéristiques des pays de l’U.A. et de la Ligue arabe. Ces pays partagent aussi le viol répété des Constitutions, un pluralisme taïwan, des élections avec des urnes magiques, l’étouffement des libertés, le contrôle forcené du téléphone, d’un internet sous-développé et des médias lourds héritiers d’un socialisme triomphant, la surveillance maladive du film, du théâtre, du livre et l’hégémonie sans partage de l’administration. Voilà pourquoi, malgré des différences, des cursus différents, les populations sous dictature ou des régimes autoritaires à la pensée bloquée ont beaucoup plus d’affinités, de ressemblances au quotidien que le pensent (vraiment?) les pouvoirs arabes et leurs supplétifs. Certaines armées et des partis dirigeants, lorsque leur échec est consommé, programment pour leur pays le vide politique achevé durant leur règne, le chaos, les destructions, le pillage et l’insécurité. Ils creusent des césures entre la société d’un côté, la police, l’armée et la politique de l’autre. Parce qu’ils n’aiment ni leur peuple ni leur pays. Ben Ali l’a fait avant de fuir et Moubarek l’a fait durant une semaine et plus au moment où ces lignes sont écrites. C’est la preuve de la schizophrénie et du mépris qu’ont de l’humanité les dictateurs. L’hiver 2011 est le leur, le début de leur chute sans calendrier ni hiérarchie télécommandés. Parce qu’ils ont tout fait et au-delà, pour oblitérer la simple éventualité d’une alternance, d’une transition pacifique et rendre impossible toute médiation politique. Alors la Tunisie ouvre le bal, et c’est à la rue, avec tout ce que cela implique, de prendre le pouvoir. Grâce essentiellement aux dictatures.

Imaginons l’Algérie sans aucune parabole, sans internet, sans téléphone ni facebook, et seulement l’ENTV comme source d’information, de culture et de distraction. Les jeunes, les vieux, les universitaires, les B.P. des partis, le syndicat unique, les chercheurs, les journalistes, les ministres, les services, les communistes, les intégristes, la famille «révolutionnaire», la main de l’étranger, le pied du parti de la France, les impérialistes et les chiens des multinationales qui volent les peuples, les chômeurs et les trabendistes deviendraient quoi? Des morts-vivants, incultes, sans aucune idée des évolutions du monde, de la science, du sport, des exploits de Messi, des tubes de Rihana, des prix Nobel, Concourt etc. Des estomacs branchés sur l’Unique pour être au bout de quelques jours, des «choses» sans cervelle, sans rêves. Heureusement que ce n’est qu’un complot ourdi, déjoué! La reine mère, la meilleure chaîne d’information continue au monde, les autres chaînes généralistes ou spécialisées ont capté l’opinion algérienne et chaque composante de la population intéressée par tel domaine, tel programme, tel sport, tel genre cinématographique, tel théâtre ou telle musique. C’est la dépendance vis-à-vis de l’extérieur que certains veulent combattre par la tchatche.

Et lorsque sur un ton sérieux, grave, avec un regard qui porte plus loin que l’horizon, un grand chef politique invite Ghannouchi à faire escale en Algérie, c’est que la maison Algérie n’a plus de cap.

Cette invite, déclinée par un homme qui n’a besoin que du soutien de ses militants, a pourtant délivré deux messages. Le premier est que l’Algérie concernée par le Sahel peut devenir La Mecque des islamistes. Le signal a sûrement été perçu 10 sur 10 par les grandes puissances. Le deuxième message est à consommation interne: un parti majoritaire, dans une alliance majoritaire et en son nom assène que la majorité au pouvoir aime les islamistes du monde entier. Dont acte. Pérorer sur l’influence de l’extérieur sur l’intérieur «au moment où la secte des dictateurs makfoufines arabes est sur un volcan c’est réellement n’importe quoi. Il est plutôt attendu des gouvernants, pour limiter la dépendance de proposer un plan pour arrêter le béton et développer massivement, de suite l’agriculture, le médicament, la culture du blé, la fabrication de véhicules, de laisser se développer un puissant audiovisuel (privé/public) et rapatrier l’opinion algérienne dans le pays le plus parabolé de la planète. Ce sont là des parades pour diminuer l’influence de l’extérieur sur le pays. Mais c’est compliqué de combattre les barons du béton comme ceux qui blanchissent dans l’informel, les vêtements du monde entier et le maintien coûte que coûte des paiements dans des sachets et des bureaux de change dont les propriétaires réels sont au dessus des lois. Les régimes peuvent établir des records mondiaux. Moubarak a fermé l’internet, la téléphonie (fixe et mobile), facebook pour l’ensemble des Egyptiens. Record unique! Les médias lourds publics de tous les pays arabes ont réussi un autre exploit: celui de ne montrer aucune image et ne rien dire sur ce qui se passe au Yémen, en Egypte, en Jordanie, en Tunisie, et dans les communautés arabes en Europe. Les résultats directs, immédiats sont faciles à analyser, même pour un ministre arabe qui n’a pas fréquenté l’université. Les citoyens arabes se branchent sur Al Djazira et les TV de l’Occident, à qui on reproche ses ingérences, perdent fierté devant la misère intellectuelle et informatique de leurs médias et reproduisent pour leur consommation d’images une dépendance tout aussi grave que celle pour les céréales, les médicaments et l’addition aux armements. Ce type de dépendance laisse de marbre les dictateurs qui, intuitivement, sans rien y comprendre, limitent, «régulent» et mettent sur écoute le téléphone, l’internet et les discours amoureux. Or, toutes les censures finissent parce que trop de censures tuent la censure. Les exemples des seisupes tunisien, égyptien et d’autres prévisibles doivent être médités et pacifiés par la négociation et l’ouverture. Vite.

Les dictateurs ont libéré la rue et lui ont ouvert toutes les portes. En verrouillant les médias publics devenus des copies conformes de ceux des pays de l’Est avant la chute du mur, en bidouillant les élections et le pluralisme, en surpayant des Parlements factices, en violant comme une vieille maquerelle la Constitution en créant des oppositions subventionnées, munies, contre décharge, d’une feuille de route, d’un cahier des charges et d’un «programme d’opposition gentille. Lorsque des craquements se font sentir, tous les régimes arabes activent le même logiciel certifié conforme par la Ligue arabe et l’U.A. Les déploiements spectaculaires de policiers et de militaires, le survol du pays par des hélicoptères, l’activation comme dans les films des sirènes d’ambulances, de véhicules de pompiers, de police, la répétition de communiqués lus à la TV d’une voix lugubre, l’état d’urgence, le couvre-feu, la répression féroce de la moindre velléité de manifestation, d’une expression «subversive», la circulation de rumeurs (agents étrangers infiltrés, casseurs et pillages par milliers, menaces aux frontières, dénonciation par les partis au pouvoir «des ennemis de la patrie», des «valets rémunérés par l’étranger» et «les jaloux» du haut niveau de notre économie et celui des analyses ô combien extraordinaires du zaïm (que Dieu le préserve de l’œil mauvais) et des partis qui gouvernent etc. etc. Le scénario de catégorie Z adoubé par les ministères préposés à la création, les intellectuels organiques, les professeurs de l’art de courtiser et de maîtriser les formules d’allégeance… Haro sur Al Djazira, les chaînes «mécréantes» à la solde du grand capital, et solidarité active entre les dictateurs jusqu’à la dernière minute qui arrive tôt ou tard!

Alors que reste-t-il aux peuples? Aucun parti dans le monde arabe ne peut provoquer ou diriger une révolution, une véritable révolte déterminante pour l’avenir de chaque pays. Tous ceux qui sont proches des pouvoirs se taisent lorsque les TV étrangères sont interdites sur le territoire, et en même temps, certains parmi eux réclament avec coquetterie, l’ouverture dans les médias, des élections anticipées, la dissolution du Parlement, l’ouverture politique tout en étant au gouvernement, au Parlement, dans les associations supplétives qui guerroient contre les ONG «hostiles» (au gouvernement ou bien aux peuples?), les cours internationales de justice, les oppositions, les syndicats autonomes, les médecins etc.

Aujourd’hui, les situations politiques sont identiques dans les pays arabes où les citoyens, les créateurs, les managers économiques, les initiatives hors système, hors corruption, les expressions politiques sont réprimés, humiliés, marginalisés. La colère des rues arabes, les immolations, les grèves, les émeutes, les destructions sont les mêmes et ont la même et seule cause: la nature politique des régimes. Lequel des dirigeants peut dire qu’il est aimé sinon respecté comme Mandela l’est par son peuple? Voir sur la TV publique en Egypte, les images d’un vieillard qui intronise un autre vieillard, seuls dans un bureau est terrifiant. Quel est le dirigeant qui va, demain, embrasser ce responsable égyptien, chef des services qui jouit de la confiance d’Israël?

Al Djazira, L.C.I, BFMTV, France 24 nous ont permis de voir des F17 et des chars neufs déployés pour faire peur aux Egyptiens. On a vu donc où va l’argent de certains peuples: pour l’achat d’armements destinés à les mater, les tuer, les avilir. En face, des jeunesses qui n’ont connu qu’un despote, un parlement servile bien payé, une pensée unique à plusieurs «théoriciens», l’état d’urgence, des médias incolores aux ordres, s’emparent de la rue. Les responsabilités dans chaque pays arabe n’incombent pas à un seul homme, même s’il a tous les pouvoirs. Des partis, des hommes politiques, des syndicats, des intellectuels, des technocrates peuvent être de parfaits gestionnaires de l’asservissement de leur peuple. C’est l’hiver des dictateurs makfoufines qui tomberont sur le court, le moyen ou le long terme pour leur refus d’ouvrir les yeux.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...