RSS

Le fumier magique par Boudaoud Mohamed

4 février 2011

Contributions

C’est tout simplement inqualifiable ! Où trouver des mots pour dire cette stupidité graisseuse qui dégouline de leur langue chaque fois qu’ils ouvrent la bouche ? C’est pourquoi aujourd’hui, j’ai décidé de rompre cette habitude qui nous réunissait presque chaque jour.

Désormais, je fuirai ces lourdauds. Je fabriquerai des raisons. À la longue, ils finiront par comprendre que je ne veux plus de leur compagnie. Au début, je sais qu’ils ne vont pas facilement accepter que je viole un rituel qui nous lie depuis de longues années. Mais je les aurai par l’usure. Quand il s’agit de couper une relation, je tranche comme on ampute un membre gangrené, froidement et sans la moindre hésitation. Comment pourrais-je encore une fois supporter leur verbiage ? Non, je ne veux plus rentrer à la maison les nerfs martyrisés par les sottises qu’ils pondent en se régalant, en gloussant de volupté.

C’est la troisième fois que sonne mon téléphone portable. Mais je ne répondrai pas. Bien sûr, ce sont eux qui m’appellent, qui désirent que j’aille les rejoindre dans ce café crasseux et enfumé, pour les écouter cracher des arguments idiots sur tout ce je dis, déchiqueter avec des moqueries acides mes analyses. En effet, pendant ces deux derniers mois, complices, ces trois diplômés lamentablement bornés bondissent sur chaque parole qui sort de ma bouche et la piétinent en poussant des cris de jouissance, attirant l’attention des consommateurs sur notre table.

«Tu es un rêveur ! me répétait le médecin, un sourire moqueur sur les lèvres. Je le connais beaucoup mieux que toi ce peuple ! Chaque jour, depuis des années, j’en étale au moins cinquante sur ma table ! Et je peux te dire, moi, qu’ils ne ressemblent pas du tout aux héros qui remplissent ta théorie ! C’est de la viande molle et malsaine qui vient pleurnicher dans mon cabinet chaque jour ! Tu m’étonnes ! Comment peux-tu sérieusement penser que ces paresseux chialeurs remplis de microbes sont sur le point de changer les choses ! Quel est ce miracle qui va les arracher au long sommeil gluant et fiévreux dans lequel ils ronflent depuis des siècles ? Mais cesse donc de rêver ! Ouvre bien les yeux ! Que vois-tu ? Des géants ? Dis-moi ! Regarde bien ! La vérité est là ! Devant toi ! Des corps ravagés par la sous-alimentation ! Des malades ! Des millions de malades ! Qui enfantent des enfants malades !»

L’hypocrite ! La cupidité a complètement ruiné sa raison ! Ses yeux de rapace ne voient partout que des patients qui se dirigent en foule touffue vers son cabinet ! C’est son désir le plus profond qu’il étalait ainsi dans le café. Ce charlatan avide de sous comme tous ses confrères doit prier jour et nuit pour que le nombre de malades augmente sans cesse. J’ai horreur de ces individus qui vivent de la souffrance des autres. Je ne serais jamais capable de me nourrir avec de l’argent soutiré à une personne minée par la douleur ! Comment pourrais-je ne pas haïr un être humain qui chaque matin se dirige vers son cabinet en priant Dieu de le trouver bondé de corps consumés par la fièvre ? Puis-je continuer de fréquenter un type qui saigne des misérables pour une consultation qui dure cinq minutes ?

Comme le médecin, avec la même vigueur, avec le même sourire moqueur sur sa face de singe, le juge ricanait quand il m’entendait exposer ma théorie. Cet individu qui fume cigarette sur cigarette est un sot qui se prend pour un grand penseur.

Avec sa voix rauque, il déclamait : «Qui est mieux placé qu’un juge pour te renseigner, mon ami, sur le contenu de la marmite ? Ma tête est bourrée d’histoires qui ne te laisseraient pas un poil sur le crâne ! Cesse donc de planer dans les nuages ! Rien de positif ne sortira de tes misérables ! Ils transformeront le pays en un dépotoir fumant ! Ce sont des centaines de milliers de jeunes aigris et très dangereux gonflés de deux désirs : saccager et piller ! Gâtés et paresseux, ils veulent posséder des choses sans verser une goutte de sueur ! Pour se procurer de quoi s’offrir un peu de drogue, ils n’hésitent pas à couper la gorge au premier qui se présente sur leur chemin ! Même les parents ne sont pas épargnés ! Pour le moindre mot, les couteaux sont tirés des poches et c’est la boucherie ! Les filles se prostituent pour s’acheter un portable et des chiffons. Pourquoi se priver quand on peut acquérir des gadgets aussi facilement ? Les adultes ne sont pas moins dérangés ! Ce sont eux qui ont enfanté ces écervelés qu’ils abandonnent à la rue ! Ce sont eux qui les ont corrompus ! Mais où sont donc tes héros ? Moi, je ne vois que des voleurs, des bandits, des drogués, des assassins, des incestueux, des fous et des lâches.»

Voilà ce qu’il me jetait au visage chaque jour, cet inculte ! Des âneries, de la fumée et de la salive, le tout enveloppé dans une haleine qui rappelle l’odeur d’un cadavre en décomposition. Comme le médecin, lui aussi s’engraisse avec les malheurs des autres. Borné, il ne voit pas que c’est justement cette misère qui le dégoûte qui lui apportera la lumière et l’air pur qui nettoieront ses poumons pourris. Non, c’est fini, jamais plus je ne lui permettrai de me souffler à la figure son discours puant le cadavre ! Jamais !

Il y a encore un autre idiot qui se permet de critiquer ma théorie. Celui-là est un enseignant universitaire. Jamais je n’ai vu un balourd pareil ! Ce type macère dans une imbécillité cotonneuse en p… de plaisir. Ses «analyses» sont d’une pauvreté qui soulève le cœur !

Pour appuyer les propos de ses deux compères et me contredire, il disait n’importe quoi : «Ils ont raison ! Le pays est plein de malades, mais surtout de voyous, qui se promènent avec des couteaux et des allumettes dans la poche ! Ces millions de bourricots que l’école a vomis dans la rue sont capables de tout ! C’est qu’ils ne possèdent pas de cervelle ! Le crâne vide, ces abrutis ne peuvent produire que du désastre ! Ceux qui envahissent l’université ne sont pas très différents d’eux. En général, ils sont nuls et ne pensent qu’à s’amuser ! La bibliothèque est tout le temps déserte. Ils préfèrent grouiller dans la cour ! La débauche s’affiche de plus en plus ! Combien de fois j’en ai surpris qui s’embrassaient sans aucune pudeur ! C’est avec cette pâte que tu veux faire notre bonheur, mon frère ! Avec des idiots aux mœurs dissolues ! Après avoir brûlé tous les pneus du pays, ils nous piétineront tous pour lâcher la bride à leurs fantasmes sans être dérangés !»

Comment aurais-je pu continuer de côtoyer ces «penseurs» ? Je m’enfermerai chez moi. Entre les murs de ma maison. Au milieu de mes livres. Je ne veux plus entendre leurs sottises. Au début, je croyais qu’ils faisaient exprès de me contredire pour m’énerver, me taquiner. Mais ils ne plaisantaient pas. Ils étaient sérieux. Alors, j’ai compris qu’il me fallait couper court à nos rencontres et rester chez moi.

Patiemment, je vais attendre mon événement. Bientôt, le cri de révolte parviendra à mes oreilles. Le cri béni qui nous libérera ! De la misère jaillira une colère qui brisera en mille morceaux le plâtre qui scelle nos corps depuis des siècles !

Les misérables, les exploités, les chômeurs, les mendiants, les drogués, les ivrognes, les prostituées, les repris de justice, se déverseront dans les rues, et baignant dans une lumière pure, avec leurs corps miteux, ils creuseront le chemin qui nous mènera au bonheur, et imprégnée de leur sueur, la terre se couvrira de fleurs au parfum magique, qui purifiera nos poitrines, et nous connaîtrons enfin la joie de vivre !

Ce sont les malheureux qui nous délivreront de la laisse qui nous déchire le cou ! La misère noire dans laquelle ils pataugent en ce moment est le fumier qui va bientôt fertiliser notre vie, l’épanouir, l’égayer. C’est ce que je n’ai pas arrêté d’expliquer à ces diplômés stupides que j’ai décidé de fuir. En simplifiant, j’affirme que la misère est indispensable pour défiger une société sclérosée comme la nôtre. Ce sont nos compatriotes qui vivent dans la boue qui nous sauveront. Ce sont eux les héros qui nous ouvriront les portes du bonheur. En s’immolant par le feu, en se suicidant, en se droguant, en se prostituant, en s’entretuant, en bravant les institutions, en transgressant les interdits, nos misérables nous arracheront aux mensonges dégoûtants qui boursouflent notre chair.

Je sens que bientôt je courrai vers la fenêtre pour assister au spectacle grandiose qui changera ma vie. J’espère seulement que l’émotion ne m’empêchera pas de jouir de cet événement que j’attends depuis des années. Des larmes embuent mes yeux. Des frissons courent dans mon échine. Je vais fermer le rideau et m’étendre un instant. L’obscurité m’apaise…

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...