RSS

Le «Je ne vous ai rien compris!» par Kamel Daoud

1 février 2011

Contributions

A Alger, pas un bruit, sauf celui, cosmique de la respiration retenue. Pendant près de deux semaines. Car pendant que les Algériens regardaient El Jazeera, le Pouvoir regardait les Algériens qui regardaient l’Egypte. Qui vont-ils manger ? Que vont-ils faire. Que faut-il faire ? La dernière question est la bonne. Selon la rumeur,

le Pouvoir cherche activement un nouveau chef de gouvernement. Hamrouche aurait dit non, sachant, par expérience malheureuse, qui commande dans le pays. Benbitour aurait posé des conditions. Belkhadem n’a même pas été sollicité. Restait le nom de Youcef Yusfi. Mais ce dernier aurait été lui écarté. Qui reste sur la liste ? Presque personne. Un des effets du vide créé par Bouteflika pour domestiquer la vie politique, est que le Pouvoir lui-même souffre du vide qui l’entoure. Il n’a plus personne sous la main, sauf lui-même. Comment alors réformer sans partir ? Ou rester sans perdre ? Ou répondre sans s’accuser ? Situation de paradoxes que le ministre, actuel, de l’Intérieur, a exprimé dans une belle synthèse absurde : selon Dahou Ould Kablia, dans un entretien à un confrère, les « jeunes manquent de liberté » mais pas de liberté politique. Les jeunes tournent en rond dans le pays mais c’est la faute des ambassades qui ne donnent pas suffisamment de visas. Les jeunes chôment mais c’est la faute du chômage. Les jeunes ont le droit de marcher sauf là où ils le veulent. Les jeunes ont besoin d’un rêve et «nous rêvons à leur place». Conclusion extraordinaire: «nous n’avons jamais senti que les Algériens ne veulent pas de nous» mais veulent seulement manger et s’amuser. Peut-on s’amuser dans un pays triste consacré à des vieux déconnectés ?

C’est dire que la situation est sans issue et cela fait peur aux Algériens qui ne veulent pas de morts pour rien. Les réformes, la révolution, le changement et des ministres de moins de 50 ans, sont urgents mais les urgences ne semblent pas être les mêmes pour tous. Là où le peuple veut la levée de l’état d’urgence, une justice indépendante, une télévision libre, le droit de marcher et de parler et de créer et d’entreprendre, le Pouvoir répond par le sucre, puis la semoule, puis la suspension des retraits de permis puis un changement de ministres avec les mêmes ministres qui ne changent pas. Deux pays dont l’un qui n’existe pas et l’autre qui n’existe plus. Peut-on changer à 78 ans ? Non. Ni d’âge, ni de vision. Il y a urgence et cela est possible de changer ce pays sans le détruire. Pour quelque temps. Après, cela sera trop tard.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...