RSS

Jil faten par El-Guellil

23 janvier 2011

Contributions

Nabil, pas plus haut que trois pommes, âgé d’un peu plus de six ans, apostrophe d’une petite voix son géniteur: «Avec ton colon, tu devrais manger autre chose que de la loubia, papa ! Du poisson blanc est très indiqué pour le mard ntaâque ! ».

Le père suspend sa cuillère et jauge son enfant en tentant de lire dans ses pensées. Il savait pertinemment que sa remarque avait un double sens. «Tu t’inquiètes pour ma santé, waldi, ou tu as envie de poisson blanc?», rétorque-t-il. Entre deux bouchées, Nabil explique en ignorant la question de son géniteur. «Pourquoi à la télé on dit que l’on devrait manger au moins trois fruits et deux légumes fe n’har et que l’on ne doit pas grignoter entre les repas» ? Le père réfléchit un moment sans parvenir à saisir où veut en venir son fils. Ce dernier renchérit en souriant, après trois cuillères de loubia. «C’est pas fortiche, papa ! C’est parce que, tout simplement, il ne faut pas croire tout ce qu’on montre dans les films à la télé ! C’est toi li goultli».

Pour éviter de s’étaler sur ce sujet, le père détourne l’attention de Nabil en abordant un autre thème. «Qu’est-ce tu as étudié à l’école ce matin» ? Un grand sourire éclaire le visage de l’enfant qui s’empresse avec gaité de cœur de dire: «La maîtresse nous a demandé de ramener chacun un flacon dans lequel nous mettrons un peu de terre et d’eau. Elle va nous apprendre comment planter de la loubia » ! Le père ne semble toujours pas comprendre ce que son fils veut insinuer. Nabil le devine et renchérit avec la même gaîté: «Notre maîtresse n’aime regarder que les moussalsalète à la télé. Elle déteste la publicité, comme toi papa ». Comme quoi, à malin, malin et demi.

Hada jil wala wach ? Nabil est toujours sur ses gardes, il répond du tac au tac et n’est jamais pris au dépourvu. Il sait nuancer ses propos, dire une chose tout en pensant à son contraire. Jil faten bezef. Dans quelle marmite sont-ils cuits ?

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...