RSS

Corrompus et corrupteurs dans le même sac ! par Ahmed Saifi Benziane

7 janvier 2011

Contributions

Primo, la corruption ne laisse rien pousser de sérieux. Même pas le gazon. Secundo, elle s’est généralisée de bas en haut et de droite à gauche. Tercio, elle a commencé par le haut.

En témoignent les chiffres vertigineux annonciateurs d’un suicide collectif. Quarto, il n’y a jamais eu de volonté politique pour transformer le système au lieu de continuer à faire remplacer Moussa El hadj par El Hadj Moussa. Continuer de croire qu’en changeant les hommes aux postes de l’Etat, on change la conception de l’Etat, ignorant qu’il faut d’abord construire un Etat, est un jeu qui n’intéresse que ceux qui le pratiquent. Par le bas ou par le haut, mais construire un Etat et lui donner un sens, des limites et une dynamique d’alternance selon des idées, des idéologies ou selon les solutions de l’époque.

Cette semaine a vu l’installation du président et des membres de l’Office Central de Répression de la Corruption. Enfin ! En fait, cet Office avait été annoncé par une ordonnance du 25 août dernier dans un titre « trois bis », complétant la loi du 25 février 2006, portant sur la prévention et la lutte contre la corruption. Les lois algériennes en la matière font suite à la ratification par l’Algérie de la convention des Nations unies contre la corruption. Ce n’est pas une revendication parlementaire ou gouvernementale, loin de là. On y parle, ainsi que dans les lois algériennes, de la corruption d’un agent public en précisant certaines notions de point de vue terminologiques, car dans la corruption, il y a deux parties, c’est un peu comme dans le mariage sauf qu’on s’entend pour la vie. L’article 25 de la loi précise que le fait de promettre d’offrir directement ou indirectement un avantage indu à un agent public «pour qu’il accomplisse ou s’abstienne d’accomplir un acte dans l’exercice de sa fonction» est une tentative de corruption. Cet article concerne les corrupteurs. Il précise aussi que «le fait pour un agent public de solliciter ou d’accepter directement ou indirectement un avantage indu pour lui-même ou pour une personne ou une entité afin qu’il accomplisse ou s’abstienne d’accomplir un acte dans l’exercice de sa fonction», ce qui définit le profil du corrompu. On peut s’arrêter à ces deux notions car la loi est plus explicite, reprenant pratiquement les termes de la convention onusienne. Rien n’a été laissé au hasard au point où même la promesse ou l’acceptation d’un cadeau peut être assimilée à de la corruption. Or en l’absence de statistiques à ce niveau et suite à la légalisation par les imams de la «hidaya», lors de leurs prêches, il se pose un problème de discernement que doivent faire les membres du nouvel Office créé. Première question: y a-t-il des agents de l’Etat qui ne soient pas encore corrompus ? Si l’on demandait à n’importe quel Algérien qui a été pris au moins une fois dans l’engrenage de la bureaucratie, on serait bien amené à constater que les appareils sont entièrement gangrénés. Par où alors va commencer le nouvel Office qui doit constituer un instrument de purification, mais qui risque aussi de se retrouver dans une spirale qui tournera au ralenti dans le meilleur des cas.

Constitué de fonctionnaires théoriquement avertis, rompus à la gestion des deniers publics et connaissant aussi bien le sérail que ses capacités de nuisance, l’OCRC pourrait bien très rapidement nous livrer quelques têtes dont on ne se doute même pas. Et il en a non seulement la mission mais aussi la capacité. Selon la loi. Selon cette même loi, la compétence de cette institution s’étend à «tout le territoire national en matière d’infractions de corruption et des infractions qui leur sont connexes». Un peu comme le FBI, sauf que le FBI peut aller au-delà des frontières et c’est ce qui le rend plus intéressant. Même le secteur privé n’a pas été oublié. Mais la loi parle aussi de la dénonciation. Ceux qui dénoncent abusivement sont punis tout autant que ceux qui s’abstiennent de dénnoncer. une infraction.

Mais on ne dit pas comment la loi protège les dénonciateurs, alors que la loi du silence révèle un manque de confiance dans la justice. La pratique de la corruption étant le résultat d’une situation qui s’est multipliée particulièrement depuis ces dix dernières années et à l’ombre des grands projets, faut-il s’attendre à un coup de pied dans la fourmilière ou un coup d’épée dans l’eau? Si le dispositif dont la mise en œuvre dure depuis 2006 ne fait que répondre à une validation du droit international, il est évident qu’il faut s’abstenir de crier victoire.

Si maintenant les membres de l’OCRC veulent imprimer une nouvelle politique qui sauvera les institutions et remettra de l’ordre dans la chose publique, il serait souhaitable de faire appel à toutes les bonnes volontés qui ont échappé à la tentation du diable et on peut en faire rapidement l’inventaire. Gardons à l’esprit qu’Al Capone a été «descendu» par le fisc sur la base des signes extérieurs de richesses. Ce sont ces signes qui permettent de comparer le train de vie avec le niveau des revenus. Il n’est pas rare chez nous de voir des personnes qui ne sont affiliées à aucun organisme de sécurité sociale ou à une subdivision des impôts, ou encore clients de banques, vivre comme des patrons de multinationales. Nul ne peut ainsi vivre sans protection d’un clan ou d’une personne influente dans les sphères de l’Etat. «En tirant sur la tige, on peut aboutir à la racine» dit un proverbe thèque. Et c’est précisément en commençant par les choses apparentes et qui crèvent les yeux, que les petits cachotiers qui restent plantés derrière un bureau entrent en scène malgré eux.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...