RSS

«Koul chi moumken» dans notre économie ROCHDI OULD YAHIA

4 janvier 2011

Contributions

Nous ne sommes plus dans la situation où il faudrait dissimuler son succès financier pour ne pas risquer de se voir accuser de compter parmi la «bourgeoisie» ou d’être accusé de posséder une propriété exploiteuse.

De tels propos ne sont plus actuels, ne sont plus en vigueur et se sont effacés devant la nouvelle politique économique. On ne s’intéresse plus à la méthode entreprise pour devenir riches, on ne s’intéresse même plus aux signes extérieurs de richesse, encore que c’est la direction des impôts qui en est concernée au premier chef. On ne pose plus la fameuse question du temps du parti unique, «min ayena laka hadha». Combien se sont-ils enrichis sur la base d’investissements productifs, qui ont su prendre des risques, qui ont su se donner le temps de la rentabilité, qui participent réellement au développement de l’économie du pays, qui réinvestissent leurs bénéfices et qui trouvent quand même les conditions de leur essor? Et combien se sont-ils enrichis sur la base des importations et de la revente en l’Etat? Nous ne savons pas quoi faire et comment le faire pour faire de l’argent, c’est-à-dire pour en a avoir beaucoup sans violation de la loi. Nous savons bien que quelques grands hommes d’affaires ont commencé avec rien mais ont su justement quoi faire pour y parvenir.

Beaucoup plus bas, nombre d’entre eux ont su monter pour parvenir beaucoup plus haut. Cela procurerait beaucoup d’espoir à nos jeunes que de savoir que «koul chi moumken» en Algérie et que rien n’est bloqué. Pourquoi nos hommes d’affaires pensent-ils qu’il ne faudrait pas qu’ils racontent leur vie, alors que tous les jeunes aimeraient bien savoir qu’en conjuguant la volonté et le marché, il y a des possibilités de réussir à devenir grands, ou à tout le moins à être à la tête d’une entreprise qui marche bien avec la satisfaction en sus de créer des emplois

N°3392 – MARDI 4 JANVIER 2011 La Voix de l’Oranie

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...