RSS

La fuite par El-Guellil

28 décembre 2010

Contributions

On va commencer par une question qui vous a déjà été posée. Qu’est-ce qui est le plus proche d’un bébé vingt-quatre heures par jour ? Un gars ness bekri, qu’on appelle actuellement périmé, répondra sans hésitation : «C’est sa mère». Reposez la même question à bnète el-youm, intelligentes et éveillées comme elles sont. Elles vous diront : «c’est sa couche». Les chtayatte.

Autrement dit, jadis, l’enfant était «sujet» de notre affection continuelle. Aujourd’hui, il est devenu «objet» de notre protection anti-fuites, en attendant de prendre vraiment la fuite à la recherche d’une affection qu’il ne trouvera peut-être pas et qu’il compensera à sa manière. L’exiguïté du logement aidant, la maman est pressée de mettre son enfant dehors pour faire le ménage. Quand toute la famille est réunie, le soir autour de la télé, c’est des «Chuuut… Skout ! Laisse-nous suivre le feuilleton !». Ou encore : «Va jouer fel balcon !». Avec tous les risques que cela peut engendrer. Plus grand, ce même enfant n’a de protection que la rue. Sans loisirs, sans espace vert, il ira s’oxygéner à la cigarette ou à la colle. Et snif et snif…

Les parents étant dépassés, il serait bon que les fabricants de couches investissent une part de leur budget publicitaire dans des organismes de prévention du suicide, fuite ultime de nos jeunes qui détiennent en ce domaine le record de la désespérance. Et si les parents se rapprochaient autant de leurs jeunes que leurs fameuses couches, peut-être qu’ils se sentiraient moins rejetés par une société habituée maintenant, non plus au «prêt-à-porter», mais au «prêt-à-jeter».

Que l’on dispose de diverses manières des couches jetables, cela regarde les environnementalistes et les écolos. Mais que l’on fabrique des enfants jetables autant que les couches qui les enveloppent, alors rien ne va plus !

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...