RSS

Point de vue Par M.B. Nom: Ouyahia, prénom: Hasni

26 décembre 2010

Contributions

Le Carrefour D’algérie

Point de vue  Par M.B.  Nom: Ouyahia, prénom: Hasni dans Contributions chemin_16

Point de vue

Par M.B.

Nom: Ouyahia, prénom: Hasni

Tout le monde a noté, avec plaisir ou avec le sourire, la référence insistante de l’actuel Premier ministre Ahmed Ouyahia, au défunt Hasni, lors de son face-à-face avec le Sénat pour la présentation de son bilan. Le message était habile : parler de la jeunesse avec le nom de l’un des martyrs de la jeunesse algérienne

Cheb Hasni, assumer des erreurs mais insister aussi sur des chiffres de réussite. Ouyahia commence, depuis quelques années déjà, à maîtriser la vraie langue politique algérienne, celle accessible à tous et qui n’hésite pas sur le tabou des références. Il est si rare de voir un homme politique parler de Hasni qu’il fallait le noter au passage et le 1er ministre en a compris le sens et la portée. Mais cela suffit-il ? Parler de Hasni suffit-il pour le ressusciter? Cela va-t-il aider à comprendre les trois-quarts de la population algérienne? A stopper la harga par la mer ou par la mentalité ? On en doute. Le discours sur la jeunesse algérienne est vieux comme… le socialisme. Il a été peaufiné, développé et assumé sans que cela ne se traduise dans les faits. Hasni ou ceux qui ont l’âge d’aimer Hasni, ne sont pas des hauts cadres dans le FLN ou le RND, ni des ministres, ni des SG, ni des walis. Ils n’ont pas de piscine dans les villages, de salles de loisirs mis à part les sinistres maisons de culture, ni où danser, ni où chanter, ni où décider de leur pays. Ceux qui aiment Hasni, ont si peu à faire qu’ils ont fait la joie des recruteurs terroristes ou des passeurs de la mer. Parler leur langage ne suffit pas. On parle de la jeunesse algérienne depuis si longtemps, depuis l’indépendance, qu’on a fini par la faire vieillir et la faire oublier. Et même pour les représentations, il suffit de regarder l’ENTV: encore une fois on y voit beaucoup d’Ouyahia et de gens de son âge et si peu de Hasni et de gens qui l’écoutent ou le chantent. Malgré ses bonnes volontés, l’Algérie n’arrive pas à se faire passer pour un pays de jeunes alors que c’est un pays… jeune. Par l’histoire mais pas encore par les chansons

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...