RSS

Rupture ou régression ? par Abdou B.

25 décembre 2010

Contributions

«Qui cherche dans la liberté autre chose qu’elle-même est fait pour servir». Tocqueville.



L’ANP n’a pas cessé, depuis au moins deux décennies, de mener des opérations contre les maquis du GIA, du GSPC, de l’AQMI! Depuis deux décennies, la police, la gendarmerie, le DRS n’ont cessé de faire une guerre sans merci au terrorisme, à ses bases arrière, à sa logistique et à ses réseaux dormants, financiers, actifs en Algérie et à l’étranger, à travers une large coopération internationale. Des hommes en uniforme, des agents des services de sécurité, des citoyens, depuis deux décennies, tombent de manière régulière sous le feu d’Algériens à 100%, décidés à instaurer la théocratie la plus obscure par le feu et le sang. Sur les versants idéologique et politique, des «théologiens», des imams payés par l’Etat, des «îlotiers», des partis et hommes politiques, des commis de l’Etat, des membres des corps enseignants (de la crèche jusqu’à l’université), des journaux, une perversion semée dans les programmes des médias lourds, sont mis en ordre de bataille. Depuis longtemps, cette armée, en deux divisions, celle de l’ombre et celle composée de vitrines légales, semi légales, officielles et à moitié officielles, est déployée dans les rouages de l’Etat, dans les quartiers, dans toutes les nervures de la société, dans l’espace public et privé…

Petit à petit, des maillons constitutifs des élites, de la société civile, du monde des arts et de la culture, de la classe politique (au gouvernement et conservateurs dans l’opposition), de la presse, sont désarmés sinon cessent toute résistance par lâcheté, pour garder ou espérer un poste, pour «sucer la roue», fermer les yeux et déposer le stylo. Or si le terrorisme est toujours actif, connaît des hauts et des bas et fait dans la durée, sa matrice, ses fondements doctrinaux, ses relais font dans la très longue durée, usant de toutes les méthodes et subterfuges soft, légaux ou tolérés par les pouvoirs publics. Dans les écoles, les cafés, les lycées, au cœur des administrations, dans les taxis (sales, malodorants, cassettes des versets du Coran à fond), dans les quartiers populaires et les ministères, l’intégrisme dans ses déclinaisons wahhabite, salafite, afghane est sur le front H 24. Les jeunes filles et les femmes sont surveillées, essentiellement sur leur coiffure, leur tenue vestimentaire, sur leurs horaires, etc. Dans les hôpitaux, les enceintes scolaires, l’administration qui dépend de l’Etat, les commerces, les différences doivent être spectaculaires, sonores pour mieux culpabiliser et acculer les citoyens qui restent fidèles au vêtement traditionnel maghrébin, à celui dit occidental, sans marqueurs ostentatoires à un «islam» ténébreux, archaïque et surtout ennemi des femmes, de la fête, de la joie sur terre.

Dans une posture à mi chemin entre plusieurs idéologies contradictoires, des modèles de société différents d’un quartier à un autre, d’une région à une autre, d’un urbanisme d’apocalypse à une ruralité totalement explosée, l’Algérie navigue selon les fluctuations du baril, des «festivals» bricolés à la va-vite en quelques jours et des fortunes qui coulent vers l’informel, la prédation, la corruption massive et les restes à réaliser. A la fin 2010, on nous apprend que des pays du Golfe, le Koweït et l’Arabie saoudite, sont devenus de grandes puissances cinématographiques, là où la représentation, surtout celle de la femme et de son corps sont illicites. Ces manipulations de sous-développés, ces improvisations régressives sont à l’évidence des agressions à la modernité, à la république et des bonus généreusement distribués aux «apparences culturelles» et à l’obscurantisme qui n’a pas de frontières, à la régression dite «bilan d’activités».

Dans une guerre sans merci engagée depuis l’agrément donné au F.I.S. par un gouvernement adoubé par les militaires, les civils, l’Algérie n’a pas cessé un seul jour cette guerre. Des Algériens tombent chaque jour, de chaque côté, des jeunes s’inventent une harga suicidaire, des femmes subissent toutes les violences sous couvert d’un code de la famille mortifère, d’une lâcheté générale, surtout celle de femmes au pouvoir aussi, et de la démission de nombreux clercs obscurs et bien silencieux. «Il est prouvé que toute culture véritable porteuse d’éléments formatifs de longue durée et en mesure d’impulser les aptitudes et facultés de l’imaginaire, de l’esprit critique, de l’analyse, du bon goût et de la vision rationnelle du monde, est nécessairement issue, à moyen ou court terme, de la formation scolaire la mieux entendue et pas l’inverse (1). Ces quelques lignes bien oubliées par les responsables qui participent d’une culture nationale (éducation, université, culture, sports, formation professionnelle…) mettent en exergue la situation actuelle. Celle-ci est bien entendu caractérisée par le combat inégal entre les forces de la régression (bien épaulées, financées, médiatisées dans tous les rouages de l’Etat, des partis conservateurs, dans les mosquées, les cités, les villages) et celles du progrès tenues presque à la clandestinité et dont les voix sont barrées par la puissance des décibels officiels et des programmes T.V., les mêmes pour tous les âges et tous les statuts. Dans l’indifférence absolue de la majorité et avec «la complicité participative» d’artistes, d’intellectuels, d’élites déclassés et enrôlés dans le bricolage et la figuration de série D, l’intégrisme et les régressions prospèrent.

En cette fin d’année, le statu quo est dominant. La donne actuelle est un curieux mixte d’attentisme criminel, de déperditions lourdes (argent détourné, ressources humaines congelées ou expatriées, destructions de l’espace et des valeurs de l’individu), de régressions sur fond d’un terrorisme toujours moribond et encore assassin, d’une islamisation «serpent» mais active. Tous attendent Godet le messie sinon la chute ou la montée du baril, le poste, l’onction, etc. «Puis le vent de l’intégrisme est venu tout fausser dans la sensibilité populaire, dans le sens de la mesure au niveau du simple jugement humain, à grand renfort d’outrances, d’actes frénétiques, et tout cela, au nom d’une religion adoptée unanimement depuis 14 siècles (…)». «Pire que la science fiction: un peuple tout entier assimilé, d’une façon arrogante, à des gens à islamiser, à arabiser, sans aucune considération pour son passé culturel (…)». «De proche en proche, l’islam civilisation, auquel rêvait, entre autres valeurs, comme à une promesse de retour, le peuple algérien colonisé, s’est transformé en cet islam agressif, vociférant, n’ayant que l’anathème, l’imprécation et la banalité dans la bouche de ses prédicateurs. S’il était apparu sous ce visage au VIIème siècle, jamais il n’aurait converti l’Afrique du Nord.» (2).

En attente, comme suspendu, le pays, qui recèle des élites, des politiques de tous les bords, une jeunesse ambitieuse mais stérilisée, peut cultiver les libertés et tous les débats et aller vers une république sereine, conquérante. Dans celle-ci, le citoyen, le croyant, le spirituel, la foi, le religieux, le libre penseur et le mécréant seraient à l’aise, tous. Dans le respect de tous, sous la protection de la loi, ce peuple peut aller loin et très haut dans la hiérarchie internationale. Que les décideurs n’oublient pas qu’ils ne sont que de simples mortels et que, s’ils sont croyants, le Créateur leur demandera des comptes. Et l’histoire aussi. Ils peuvent choisir la rupture ou bien la régression qui fait le sous-développement, la misère, l’intégrisme, l’esclavage des femmes et la prédation dans l’impunité des richesses destinées à l’avenir.

Note :

(1) In «Les ruptures et l’oubli». Mostefa Lacheraf . Ed. Casbah

(2) Ibid.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...