RSS

Pour un ministère du Rêve National ! par El-Houari Dilmi

23 décembre 2010

Contributions

Pour un ministère du Rêve National !

par El-Houari Dilmi

C’est l’histoire à ne jamais enseigner dans les bahuts de Chalachou, l’homme par qui le miracle arriva sous un ciel faussement serein. Né lorsque Boumediene n’était pas encore mort, Chalachou fit ses premiers pas dans la vie au moment où Ben Bella n’était pas encore libre. Entré à l’école publique sous l’ère «regrettée» de «ragda oua t’manndji», il vit le stylo prendre le large sans jamais avoir réussi à le rattraper. Mi-alphabétisé, mi-abêti, Chalachou, arrivé à l’article de la mort, se souvint de son camarade de classe devenu, lui, ministre du Rêve National et lui écrivit une lettre dont voici à peu près le contenu à ne surtout pas lire sans binocles anti-brouillage.



«Moi Chalachou, je suis né exactement trois jours et demi avant le 1er novembre 54. Heureux de voir mon pays goûter au Soleil trop brillant de la Liberté, j’appris que la culture du partage était le meilleur remède pour guérir un peule fatigué de l’injuste joug colonial. Bercé par la musique envoûtante de notre Dali à nous, je vis arrivé au pouvoir un homme qui voulait faire de tous les enfants du pays des médecins, des avocats, des ingénieurs et même des cosmonautes. Il ne voulait ni riche ni pauvre, mais juste une société «clean» où le berger et le khamess n’ont pas droit de cité. A la fin des seventies, cet homme pas comme les autres mourut d’une mort mystérieuse et je vis arriver l’ère «maudite» de «Dormez tous pour mieux vous reposer !».

Ravi par tant de faste et de richesse offerts à un peuple mis au repos éternel, j’assistai, effaré, à la banqueroute de mon pays, obligé de réclamer des sous pour manger à nos ennemis d’hier, juste pour ne pas voir le peuple crever de faim et de désespoir. J’avais presque vingt ans. Ensuite, le pays voulut s’essayer sans prendre goût à cette «mode» dangereuse que d’aucuns appellent la démocratie. Entrés dans un tunnel sans bout, tout le monde dégaina l’arme qu’il pouvait et le pays plongea dans une longue nuit douloureuse. J’avais 45 ans quand un siècle flambant neuf pointa le bout de son nez. Je vis le pays retrouver un peu de sa superbe perdue et de ses flouzes dilapidés. Arrivèrent, ensuite, les projets herculéens qui propulsèrent le pays au seuil des pays émergents au-dessus du lot des peuples à la traîne du développement. Je me mis à rêver debout du Métro d’Alger, de la première voiture algéro-algérienne, d’un Prix Nobel pour Assia Djebar, du retour à la vie de l’Emir Aek, d’El-Anka, de Malek Benabi, de Med Boudiaf, de Aek Alloula, de Hassan «Terro»… J’avais 50 ans déjà.

Au milieu des années deux mille, je me rendis compte que mon pays pouvait encore faire mieux. Comme un élève qui progresse à l’école avec une mention «passable» apposée sur son bulletin. Avec des caisses pleines aux as, le Smig monte à l’équivalent mensuel de dix repas et un dîner pour une famille de quatre personnes. Jusqu’au jour où surgit comme un feu follet le but de Antar le légendaire pour faire chavirer de bonheur cru un peuple longtemps sevré de joie et de…raison de vivre… Aujourd’hui, j’ai l’âge pour m’apprêter à quitter ce monde et je rêve de conduire la première voiture algérienne pour fermer les yeux à jamais et emporter dans ma tombe un rêve que je crus irréalisable…»

Bien à toi, mon ami, ministre du Rêve National !

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...