RSS

«Machi trigui»! par El-Guellil

13 décembre 2010

Contributions

Machi trigui. Les clients pour s’être habitués à cette rengaine l’auront sûrement entendu des milliers de fois. Des «taxieurs» qui ne se donnent même plus la peine de s’arrêter totalement devant le client potentiel. Presque avec la gestuelle il faut apprendre à dire haut et fort et en une fraction de seconde la destination. Et le chauffeur à la mine défaite souvent ralentit à peine pour répondre: machi trigui. Le client qui doit s’adapter à son précieux serviteur et non le contraire.

Déjà certaines destinations et certains parcours sont bannis par ces chauffeurs qui choisissent désormais leurs parcours et le client a le «choix» d’attendre encore le prochain ou d’embarquer si le trajet peut le rapprocher un tant soit peu de son lieu de destination finale. Des chauffeurs de taxis en grands donneurs de leçons des fois voient les travers de toute part mais vous avertissent bien avant qu’ils vous déposent à l’endroit précis car aller plus loin pour vous rapprocher de votre point de chute est impossible comme si la course était gratuite. Le client quémande presque le service payant et le «non» est un niet. Pas question de rouspéter sinon le «taxieur» met fin au service en cachant le néon pour aller prendre son café. Par exemple ces derniers temps le troisième périphérique (du rond-point de l’USTO en passant par celui de cité Djamel) ne va pas au-delà du rond-point d’El Bahia. L’embouteillage en heure de pointe du tronçon qui va d’El Bahia vers la cité Emir Abdelkader semble dissuader les chauffeurs de taxis. Les clients qui sont «déposés» à cet endroit doivent compter sur les chauffeurs clandestins ou continuer à pied. La rue Mostaganem, M’dina Jdida, et bien d’autres trajets sont devenus presque impossibles en taxi et inutile de demander à un chauffeur de pénétrer à l’intérieur du quartier d’El Hamri. Parce que là ça devient une impossibilité mathématique. Les travaux qui sont en cours actuellement dans le cadre du projet du tramway sont pour beaucoup dans cette situation de cacophonie généralisée.

En attendant la concrétisation du projet du tramway, qui décongestionnera un tant soit peu la circulation, on l’espère, le client devra se faire une raison car les «taxieurs» continueront à lui servir: «machi trigui».

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...